Chronique

ASTRAL DOORS - WORSHIP OR DIE / Metalville 2019

Poursuivant leur route toute tracée depuis 2003 et la sortie de leur 1er opus, nos Suédois sans sourciller et se poser de questions sortent leur 9ème album. Alors prêt à s'y remettre ?

Ça commence fort avec « Night of the hunter » qui comme on s'y attend poursuit le style du groupe. Un bon point le son plus aéré de celui ci sied bien au titre et évite de se retrouver étouffé par son métal vindicatif. « This must be paradise » accélère encore un peu plus le rythme et apporte un titre assez fun, qui passe bien et livre de bonnes sensations !
La title track débarque en mode mid tempo guerrier qui sent la poudre. Ici on ne rigole pas et même Nils Patrick Johanson semble totalement possédé par ses paroles ! Et bien voilà un morceau qui ne peut laisser indifférent !! Après un tel moment « Concrete heart » arrive avec plus de légèreté, pour notre plus grand bien.
On accélère avec un « Marathon » bien senti. Un titre percutant qui fait le taf et permet de ne pas décrocher. Une petite baisse de régime avec « Despérado » qui semble manquer de conviction. Ça arrive...
Heureusement que « Ride the clouds » remet les pendules à l'heure avec son heavy vibrant et rythmé. Encore un titre qui va faire mal en concert !! Un petit mid tempo avec « Light at the end of the tunnel » qui malgré son titre lugubre offre une chanson plutôt lumineuse.
Ambiance à la Manowar avec chœurs guerriers pour « St Petersburg » qui sent les combats épiques. Un des meilleurs titres de cet opus avec à nouveau un Nils Patrick Johanson en transe ! Une dernière grosse accélération avec la speed « Triumph and superiority » qui défonce tout sur son passage !! Hum que du bonheur !!
Un petit « Let the fire burn » aux relents presque Fm arrive et permet de souffler un peu avec du plus cool sans être ringard pour autant. Tout cela se termine avec « Forgive me father » un titre prenant au début calme et à la suite intense.
Une manière forte de conclure un opus !

Conclusion : Pour ce nouvel album et comme on pouvait que s'y attendre Astral Doors poursuit sa route et nous livre un bon moment. Sans se révolutionner ni même évoluer le groupe a réussi à retrouver un peu plus d'inspiration qui manquait à ses dernières œuvres. Un bon point que voilà.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 104 fois