Chronique

MANEGARM - FORNALDARSAGOR / Napalm Records 2019

Après un excellent album éponyme sorti en 2015, MANEGARM a de nouveau capté mon attention. Et en ce milieu (presque) d'année, ils reviennent avec ce "Fornaldarsagor" dont le premier extrait était alléchant. Moins long (huit titres au compteur), les suédois ont pris le parti de donner dans l’ambiance et le côté progressif. Combo gagnant ? Réponse dans quelques lignes.

Dès le premier titre « Sveablotet » on sent une empreinte black metal plus présente. Autant dans le chant d’Erik que dans les blasts. On entend toujours la pâte du groupe avec ce chant guerrier caractéristique. Pour le coup on peut pas dire que le groupe se répète. Il en sera de même pour « Slaget vid Bravella » qui malgré tout aura un meilleur impact. Le refrain et son rythme changeant en font un morceau de grande qualité, oscillant entre heavy et black metal. Le chant d’Erik a quelque chose de plus. Une maîtrise certes mais pas que. Une âme, tel un troubadour il n’est pas là que pour « lire » il est là pour « conter ».
Dans les méandres assombries de cet opus on trouvera néanmoins un titre qui sonne plus « simple » mais tellement jouissif… Il s’agit du premier extrait : « Hervors arv ». Mon dieu que ce titre file la patate !!! Du vrai viking qui te donne envie de maraver tout ce qui bouge comme si c’était JUL… Du bonheur !
En opposition directe à ces passages brutaux et véloces va éclore un morceau posé qui me rappelle « Blot » du précédent opus. Les douces mélodies de « Ett sista farväl » en duo avec Ellinor Videfors posent une ambiance mélancolique où Erik m’étonne encore un peu plus avec son chant. Bien que je ne ressente pas la même émotion que sur les titres similaires antérieurs, le morceaux sait se montrer changeant et efficace.
Plus mid tempo « Spjutbädden» apporte sa petite touche folk pesante qui montre qu’après quatre titres le groupe varie encore les plaisirs et ne se contente pas d’une seule recette. Et cela va continuer avec le plus léger et classique « Tvenne drömmar ». Malgré un chant agressif il se dégage une certaine sérénité du morceau. Puissante certes mais rien de violent à mon sens.

Il faut aussi souligner que les morceaux sont assez long par moment, frôlant les huit minutes, ce qui par moment fait un peu trop traîner le titre. Souvent on ne fait pas attention mais par moments le groupe veut empiler trop de couches et cela ternie le résultat légèrement. La production est au poil à chaque note, le travail d’équilibre est excellent.
« Krakes sista strid » cristallise avec grandeur tout le savoir faire de MANEGARM, folk parfaitement dosé, chant implacable, puissant et vindicatif d’une entité encore inconnue. Le titre mue, vous promène entre diverses émotions sans que vous en ayez conscience. Masterpiece !
Le dernier titre, plus ambiant, posé, envoûtant il est un parfait moment pour conclure les contes et sagas que nous a narré le groupe.

Le trio continue sûrement son ascension vers les sommets de son art. Pas encore tout à fait parfait mais riche, varié, intelligent, cet opus est un coup de pied dans la fourmilière de ce style trop souvent guindé. Merci de nous avoir remis les pieds sur terre.
 
Critique : SBM
Note : 8/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 141 fois