Chronique

PRIMAL FEAR - SEVEN SEALS / NUCLEAR BLAST 2005

Décidément les allemands de Primal Fear ne s’arrêteront jamais, il y a de cela à peine 1 an sortait le très bon Devil’s ground, et les revoici déjà avec un nouvel opus à nous présenter : mais ou trouvent ils l’énergie et l’inspiration en si peu de temps ?
Donc ‘Seven seals’ 6eme album du combos apparait avec une pochette plus… mature on va dire, mais en sera t’il pareil de la musique ?
 
Entrée en matière directe avec « Demons and angels ». Grosse intro et grosse bastonnade made in heavy métal, la voix de Ralf est excellente dans ces domaines du pur Primal Fear. A noter la production énorme de Charlie Bauerfeind (Angra, Judas Priest,) qui apporte un plus à la musique du groupe, avec l’apport aussi de quelques orchestrations très bien utilisées comme le prouve le petit break.  Sans attendre plus « Rollercoaster » déchaîne les foules avec encore une chanson qui déchire. Un titre qui se rapproche grandement de ceux du Devil’s Ground, avec un refrain imparable la encore du 100% P.F.
Maintenant place à la première surprise de l’album, la titre track. Et oui Seven seals est une sacrée surprise un mid tempo ultra mélodique accompagné par quelque orchestration. Une sorte de power ballade mortelle sur laquelle Ralf est irréprochable chantant comme jamais et apportant une émotion sublime surtout lors du refrain enchantereur. Un super titre qui fait beaucoup de bien. Première remarque : la diversité. Mais rassurez vous ils n’ont pas lâché les pures bombes Heavy pour autant et « Evil spell » le démontre, une intro guerrière à la Hammerfall, puis un riff et un rythme dantesque qui te colle sur place avec un Randy Black époustouflant derrière ses fûts. De quoi ce défouler lors des concerts avec son petit air à la Annihilator. Nouveau riff mortel pour « Immortal ones » un gros morceau bien puissant comme on les aime. Le refrain quand à lui est agréable à chanter, ce qui est un bien bon point pour le live.
Deuxième bonne surprise avec « Diabolus » une entrée orientale du plus bel effet, un couplet calme envoûtant et un refrain majestueux : un pur bijou. Là encore Primal Fear prouve qu’il savent faire autre chose que du pur heavy métal ‘bête et méchant’. Et que dire de l’accélération lors du solo : orgasmique !  Dur de s’en remettre mais la déchaînée « All for one » va nous aider. Intro douce et agréable juste avant la tempête : un riff énorme un cri monumental qui me fait mal au cordes vocales pour encore du bien bien bon.
Riff en béton armé pour la guerrière « Carniwar » un titre marteau pillons au refrain monumental avec des gros chœurs et un Ralf flirtant avec des hauteurs pharamineuses sans perdre sa puissance caractéristique : ouf !!!
Intro au piano pour « Question of honour » et je pense que le groupe y est sincère car c’est vraiment une question d’honneur ce titre pour ce qui ont enterré trop tôt le combos. Un titre sans fioriture qui passe bien du 300% métal Priestien qui est délivré ici tout droit sortit d’un ‘Jaws of death’. Alors convaincu ?
Pour finir le groupe tient à la faire de manière significative, avec la deuxième ballade de leur carrière après la déjà très réussie ‘Bleed for me’ sur Nuclear fire, « In memory » c’est son nom et est réellement splendide avec un Ralf Sheepers qui n’a jamais aussi bien chanté et une mélodie merveilleuse. L’un des plus beau titre du groupe qui sait être doux et émouvant.  
 
Conclusion : Primal fear nous délivre ce qui est pour moi leur meilleur opus, celui de la maturité. Alliant des pures tueries heavy métal avec des titres plus mélodiques les Allemands nous montrent que l’on peu évoluer dans un domaine où cela reste très risqué sans forcément perdre en crédibilité. Primal fera est et restera le meilleur représentant de la scène heavy métal pure souche. 
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Priaml Fear
Vues : 1550 fois