Chronique

SCARLEAN - SOULMATE / Season of mist 2019

Tiens me voilà en présence d'un jeune groupe Français (et du sud en plus) que je découvre avec leur deuxième opus. Une bonne chose pour cette fin d’année.
A noter l'arrivée d'un bassiste et d'un batteur entre les deux opus, ce qui donnera plus de profondeur à leur section rythmique !!

Un gros riff moderne arrive pour lancer « Next To The Maker » qui débute plutôt bien. Perso je suis ravi de retrouver Alexandre au chant, ex chanteur d'Aquilon (ah Aquilon qu'est ce que c'était bon!!) et Michel Canavaggia à la guitare (un gars de chez moi que je suis depuis 20 ans et Océan !!). Musicalement le groupe mélange plusieurs influences mais se trouve bien dans l'air du temps. Un très bon début qui ne demande qu'à être confirmé. Et voilà «  Haters » encore plus lourde et sombre qui nous fait dire que nos amis ne sont pas là pour apporter joie et bonheur. Le son de cet opus est bien bon, un brin brut pour être encore plus marquant. Je me régale de retrouver cette voix si envoûtante et mélancolique qui n'a rien perdu de sa superbe voir même a gagné en intensité.
« Wasting My Time » et son début calme cache en réalité du lourd plutôt groovy qui se rapprocherait d'un Korn dépressif. Heureusement le refrain plus aérien et une vraie réussite qui apporte un peu de lumière dans cette obscurité. Un peu la même ambiance ouvre « Perfect Demon » qui là encore ne sent pas la joie de vivre et en ce temps hivernal est parfait. Un épais nuage sombre et mélancolique envahit votre univers avant un refrain d'une profonde tristesse porté par cette voix si habitée. Une pure réussite qui prend aux tripes !!
Petite surprise avec la reprise du « Wonderful Life » de Black avec en invité la délicieuse Anneke Van Giersbergen qui apporte une douceur froide à ce titre qui en devient encore plus désenchanté, qu'à l'origine. Un vrai bonheur qui ne peut laisser indifférent. On revient avec un peu de rythme et la groovy « Treat Me Bad » qui devrait être un bon moment en live.
« You Will Never Know » et son début à cappella nous offre un mid tempo plutôt ambiant qui là encore lorgne vers Korn. Un titre peut être un peu moins intense que le reste. « Our World Will Surely Stop », reste un peu dans le même ton, avec plus de guitare. C'est vrai qu'il manque un peu de rythme à cet opus, un peu de tempo varié rendrait sa musique encore plus intense (à voir pour l'avenir).
Nouveau début calme pour « A Lie To Remember » qui alterne couplets lancinants et refrains d'une lourdeur malsaine. Ça en glace le sang. « Ego » ne va pas vous réchauffer avec son métal rugueux, qui n'est à nouveau que mieux éclairé que par un super refrain porté par un Alexandre au sommet.
On termine avec « The Smell Of The Blood » à qui je trouve un coté pop voir gothique très intéressant. Une fin surprenante mais pleine d'espoir sur l'avenir de ce jeune groupe doué.

Conclusion : et bien quelle belle découverte avant de clôturer 2019 ! Un groupe franchement intéressant qui délivre une musique sombre à souhait mais teintée de moments lumineux. Un grand potentiel qui j'espère va être délivré au plus haut ! Vraiment curieux de voir la suite !
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 201 fois