Chronique

FIVE FINGER DEATH PUNCH - F8 / Better noise records 2020

8ème opus pour nos Américains qui ne cessent de prendre de plus en plus d'envergure. Une sortie dont je n'attends pas grand chose, vu que le groupe aime à reproduire son schéma à outrance.

Un violon nous ouvre l'intro « F8 » qui surprend puis monte en puissance jusqu'à l'explosion « Inside out » qui montre un son de guitare nouveau et sympathique. Musicalement comme pressenti le groupe évolue toujours dans son groove métal rentre dedans et sans subtilité. N'empêche que ce titre fonctionne très bien et il est bon de retrouver notre Yvan en pleine forme !!
« Full circle » apporte un peu plus de subtilité avec son esprit direct dans ta gueule. Heureusement que le groupe est toujours très fort dans ses refrains pour faire respirer tout ça ! Avec « Living the dream » on se trouve en face d'un mid tempo plutôt mélodique bien appliqué. Une pointe de respiration bien portée par un Yvan au top !
Place à « A little bit off » qui démarre doucement, tel un morceau acoustique, puis évolue dans une ambiance plus moderne et électro. Une bizarrerie qui apporte un peu autre chose, et même si c'est pas extraordinaire ça fait du bien. On reprend du sérieux qui déboîte avec « Bottom of the top » ! Du pur FFDP qui ne rigole pas un poil ! Du taillé pour le live qui va faire mal !
On ralentit le rythme avec la plus cool « To be alone ». Un moment toujours bienvenu qui permet de respirer sans perdre en intérêt. Un gros mid tempo plein de testostérones arrive avec « Mother may i (Tic Toc) » qui ne fait vraiment pas dans la dentelle.
Après cette tempête le groupe modère avec la ballade « Darkness settles in » qui passe bien avec assez de puissance pour la rendre accrocheuse. « This is war » déboule toute guitare en avant suivi d'une batterie martelée comme à la guerre. Oui ici ça envoie du lourd du très lourd qui va à l'essentiel sans réfléchir !
« Leave it all behind » arrive en mode rap métal, pour au final nous offrir un titre mélodique assommé par de grosses guitares bien grasses. Un moyen de ratisser large pour intéresser le plus de monde possible. La courte « Scar tissue » débarque en mode dévastateur ! A nouveau le groupe ne fait pas de quartier et démonte tout sur son passage.
On finit avec « Brighter side of grey », un titre plus calme, qui permet de souffler un peu après ces différentes explosions. Une jolie fin que voilà, bien mise en évidence par l'organe d'Yvan !

Conclusion : pour leur 8ème opus nos Américains ont produit ce qu'ils savent faire de mieux avec toujours de bonnes idées et surtout un Yvan Moody en très grande forme qui semble avoir passé un pallier niveau vocal !! Les fans vont adorer !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 155 fois