Chronique

REVOLUTION SAINTS - RISE / Frontiers Music 2020

Le trio Blades / Aldrich / Castronovo de Revolution Saints revient en ce début d’année avec leur nouvel et troisième album « Rise ». Avec deux albums envoûtant, autant dire que ce nouvel opus est attendu et que le premier single « When The Heartache Has Gone » (qui est aussi le titre qui lance l’album) nous met l’eau à la bouche. Ambiance des plus joyeuse (et il en faut vu le contexte actuel), mélodies endiablées, le tout sur un mid tempo bien rock porté par un Jack Blades au chant, qui il faut le dire est en grande forme.

Niveau production, on ressent aisément la touche d’Alessandro Del Vecchio que ce soit pour le son ou encore les compositions qui sont parfaitement adaptés à ces musiciens. Sur « Price We Pay », le second titre, le duo vocal Deen Castronovo / Jack Blades rajoute de la puissance et de la dynamique pendant que Doug Aldrich nous délecte d’un solo à la guitare émoustillant.
On pourrait s’attendre à rester confiner dans cette ambiance mais que né ni. Le titre éponyme « Rise » porte bien son nom et change de dynamique en faisant monter la pression avec une accélération du rythme mais aussi un chant plus agressif tout comme les guitares bien plus incisives. « Coming Home » est un bon compromis entre les trois premiers titres qui nous conforte sur notre premier sentiment: ce Rise est une petite pépite qui donne la niaque, le sourire et honnitement, je vais me répéter dessus mais j’insiste: avec ce contexte sanitaire mondial des plus difficiles, avoir un disque de cette volupté chez soit pour se détendre, passer le temps, se changer les idées et apprécier les qualités techniques de ces trois messieurs est sans mentir nécessaire et plaisant.

Alors non, l’album de ne se résume pas à ces quatre morceaux mais à un ensemble de onze pièces, qui assemblées les uns aux autres n’ont pas de déchets. Les breaks se font avec force et délicatesse comme par exemple avec la power ballade « Closer » - chose qui actuellement est interdite mais qui ici réchauffe les coeurs et remonte le moral. Et non, il ne faut pas être dépressif pour apprécier cet album. Vous êtes joyeux, il vous apportera encore plus de gaité.
L’éventuel seul regret, s’il peut y en avoir un, sera qu’une fois l’immersion faite, on se perd et on à l’impression qu’un seul petit quart d’heure vient de passer alors que non ce sont plus de 50min qui sont passées, avec un coup de coeur pour des titres comme « Higher », « It’s Not The End(It’s Just The Beginning) » ou encore « Win Or Lose».
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 63 fois