Chronique

FINGER LICK - ONE WAY RIDE / Autoproduction 2020

Ces Bruxellois ont déjà de la bouteille puisqu'ils nous ont offert en l'espace de quelques années deux Ep : «Control Freak » et « Bad Luck », sortis respectivement en 2014 et 2016. Les musiciens qui composent le groupe ont officié dans nombre de groupes de la capitale belge et assurément cela s'entend : on sent l'expérience ici. Elle transparait en effet dans chacun des morceaux proposés. Ce mini-album de six titres sonne très stoner classique, à mi chemin de Kyuss et de Queens Of The Stone Age. La voix rocailleuse, les guitares lourdes : on est bien dans l'esprit desert rock. Mais le combo ne se contente pas de délivrer ses gammes stoner qu'il maitrise pourtant à la perfection. Sur nombre de compositions, on sent une influence grunge non négligeable. C'est particulièrement vrai sur le morceau qui ouvre le disque, ce « Cool As Ice » qui fleure bon les 90's avec un chant très Cornellien. A ses influences stoner et grunge, Finger Lick ajoute une dose de classic-rock pour bonne mesure. C'est particulièrement vrai sur « One Way Ride », morceau au refrain accrocheur parfait pour tailler la route sur une highway américaine.

Ce qui est plaisant avec ce disque, c'est qu'il n'est pas redondant. Le combo a plus d'une corde à son arc et s'amuse à nous offrir des petites digressions qui font toute la différence : comme cette voix féminine sur « Little Witch », l'un des sommets du disque.

Sept ans après leurs débuts, Finger Lick montre qu'il est devenu au fil des années l'un des groupes les plus intéressants de la scène belge. On espère qu'à ce mini-album succèdera très vite un 33 tours
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 237 fois