Chronique

AUGUST BURNS RED - GUARDIANS / Fearless Records 2020

Quinze ans déjà qu'est sorti le premier album de August Burns Red, « Thrill Seeker ». Depuis, le groupe de Pennsylvanie a fait ses preuves sur la scène metal-core mondial enchainant les disques marquants. « Guardians » qui nous arrive aujourd'hui est déjà le neuvième album du quintette. A son écoute, on se rend compte du pourquoi ABR est devenu au fil des années l'un des mastodondes du metal-core aux côtés de Parkway Drive ou Architects. Le précédent album des Américains, « Phantom Anthem » sorti en 2017, était déjà une bien belle réussite mais « Guardians » lui est peut être encore supérieur.

On ne change pas une formule gagnante et avec ce nouvel opus ABR fait ce qu'il sait faire de mieux : du pur ABR.

Dès le premier morceau, « The Narrative » le ton est donné. Ca bastonne sévère, les breakdowns sont terribles, le chant de Jake Luhrs agressif juste comme il faut. On est direct dans l'ambiance. Les titres qui suivent, le single « Bones » et « Paramount » enfoncent le clou. Efficaces et puissants, ces morceaux mettent littéralement l'auditeur dans les cordes.

Après une entrée en matière particulièrement rentre dedans, August Burns Red ralentit un peu le tempo ( juste un peu) le temps d'un « Lighthouse» qui avec son refrain accrocheur en chant clair a tout du futur hymne de stade.
« Dismemenbered Memory » est un modèle de ce que doit être un morceau à la fois agressif et mélodique, équilibre difficile s'il en est mais que les pennsylvaniens maitrisent à la perfection.

Si August Burns Red connait mieux que quiconque les fondamentaux metal-core, le combo ne se contente cependant pas de cela comme le prouvent les derniers titres de l'album à l'image de « Extinct by instinct », morceau extrêmement complexe qui flirte avec le metal-prog et dans lequel on peut même entendre une guitare hispanique et surtout « Three Fountains », qui conclut l'album. Un morceau fabuleux, sans doute le meilleur de l'album. Un titre long, varié et d'une grande complexité.

Le titre démarre par une intro lente avant d'accélérer tel un bolide lancé à pleine vitesse puis prend une trajectoire étonnante et splendide, planante et prog à la fois. Le groupe mêle à de splendides solis de guitares des synthés qui évoquent Depeche Mode. Et que dire de ce refrain accrocheur, entêtant qui vous reste en tête longtemps après le morceau achevé. Un titre unique. Une vraie splendeur qui fait que l'on y revient inlassablement dès l'écoute achevé.

Avec ce nouvel album, August Burns Red confirme qu'ils restent l'un des tous meilleurs groupes metal-core au monde. Riffs puissants et mélodiques,solis inspirés, tout est là et bien là.

Les années passent mais le niveau d'excellence reste.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 9/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 85 fois