Chronique

MAGNUS KARLSSON - WE ARE THE NIGHT / Frontiers records 2020

3 opus pour notre Magnus préféré qui voit une jolie liste d'invités renouvelés se joindre à lui. Alors même si on sait déjà de quoi cela va être composé et bien que notre homme reste assez actif au sein du label Frontiers, j'espère que la magie perdurera !

On entre dans le vif du sujet avec « Hold Your Fire » et le nouveau chouchou du label Dino Jelusick (Animal Bite). Première chose à constater Magnus fait du Magnus, pas une once de nouveauté et même si son talent n'est plus à prouver un peu d'évolution aurait été bienvenu ! A la suite « Kingdom Falls » et Renan Zonta (Electric Mob) font du bon travail sur un mid tempo plutôt envolé. Perso je trouve dommage que les chanteurs engagés n'aient pas plus de charisme car c'était une des principales qualités des premiers opus !
« We Are The Night » voit Magnus Karlsson prendre le micro, pour de l'habituel qui fait le travail mais sans plus. Une petite surprise avec « Queen Of Fire » qui voit Noora Louhimo de Batle Beast faire étal de sa super voix, sur un titre malheureusement un peu cul-cul.
On retrouve Renan Zonata pour un « Dreams And Scars » là encore bien rythmé. Une fois de plus on ne peut pas critiquer la qualité de composition ni celle d'interprétation, mais tout ça semble déjà vu et sans réelle âme ! Puis « All The Way To The Stars » et Mike Andersson (Cloudscape) arrivent pour un moment plus festif. Un titre qui fait bien son effet sans non plus révolutionner quoique ce soit !
Tiens un habitué Ronnie Romero vient pousser la chansonnette sur « One by one » qui évidement rappellera immédiatement The Ferrymen, qu'il partage avec Magnus. Puis le mid tempo épique « Under The Black Star » débarque armé du Croate Dino, qui passe bien mais toujours dans cette désagréable impression de déjà-vu.
Par contre là on hausse le niveau avec l'arrivé de Tony Martin (Ex Black Sabbath) qui chante sur « Temples And Towers » intronisé par un beau solo de guitare, puis déboule à 100 à l'heure permettant à Tony de faire des étincelles : Enfin du très bon !
Magnus revient pour «  Don’t Walk Away » du conventionnel à souhait qui n'a rien à raconter. Bien dommage.
Place à l'instrumental « On My Way Back To Earth » très mélodique mais qui n'apporte pas plus à cet album déjà gavé. On termine avec « Far from over » et à nouveau Tony Martin pour une sorte de pseudo ballade qui ne réussit pas son essai. Une fin qui laisse sur sa faim !!

Conclusion : comme on pouvait le craindre le talent de Magnus Karlsson ne suffit plus à faire de bons albums vu que tous ses projets finissent par se ressembler. Il est dommage d'avoir usé jusqu'à la moelle un tel artiste.
 
Critique : Guillaume
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 105 fois