Chronique

W.E.T - RETRANSIMSSION / Frontiers Music Srl 2021

En ce début d’année, et peu de temps après un album solo, Jeff Scott Soto (JSS, ndlr) revient sur les devants de la scène avec le nouvel album de ce trio détonant qu’est W.E.T. En effet, les musiciens ont dès le début su mettre en harmonie leurs talents respectifs en nous offrant à chaque fois des albums aux qualités constantes.
Ce nouvel album arrive après une première année de crise sanitaire tendue, qui a donné plus de temps libre côté créativité pour tous les musiciens, et nous allons voir si ils sont un peu sortis des sentiers battus ou s’ils ont décidé de continuer leur bout de chemin sur une lancée convaincante jusque là.

Sans grande surprise côté durée des morceaux, le groupe va à l’essentiel avec une moyenne de 3:30 par chanson, avec une exception pour la power ballade « What are you waiting for » avec ces cinq minutes de mélancolie. D’ailleurs vous pourrez éteindre les lumières, allumer les chandelles et prendre dans vos bras votre moitié tellement ce titre est envoutant.

Pour ce qui est de l’album, il attaque fort avec « Big Boys Don’t Cry » (single, ndlr) , gros power rock mélodique envolé, appuyé par des choeurs légers et efficaces. On reconnaît immédiatement la pate du trio dans la composition, la production et par l’ambiance générale. Il faut dire que le timbre de JSS est facilement reconnaissable et chaud en même temps. D’ailleurs avec « Moment of Truth » on retrouve une ambiance assez proche de Talisman avec cette mène au clavier donnant un son assez eighties et moderne à la fois. Une mise en place captivante qui ne nous lâchera pas, et ce jusqu’au « One Final Kiss » qui pourrait être un mélange de Georgio Moroder, Robert Tepper et Kenny Loggins tellement la dynamique nous fait replonger dans la musique de film fin des années 80.
Mais au milieu de tout ça il y a aussi des morceaux coups de coeur dont le génial « How Far To Babylon », qui débute de manière percutante, qui pour sûr va en faire vibrer, chanter, sauter, plus d’un à son écouter et aussi sur scène ! Il y a aussi « You Better Believe It » retentissant avec ses coeurs et qui dans son mid tempo viendra se dénoter du reste, appuyant encore plus sur l’aspect mélodique et un peu pop qui nous captivera sans difficulté.

Avec ce « Retransmission » attendez-vous donc à avoir un W.E.T en grande forme, qui arrive à donner de la fraîcheur et de la niaque à ce nouvel album. Un pur moment de bonheur dans lequel aucun musicien n’est délaissé, mais au contraire met ce trio une nouvelle fois à l’unisson. Un peu de bonheur en ces temps incertains côté culturel ne fait pas de mal ! A découvrir.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 94 fois