Chronique

KIKO LOUREIRO - OPEN SOURCE / Kiko Loureiro 2020

C'est avec un certain décalage que je m'occupe du dernier opus solo de notre ami Kiko Loureiro (Ex Angra / Megadeth). Une envie de se dégourdir les doigts et l'esprit après quelques années au sein de Megadeth (je le comprend ça ne doit pas être facile), qui j'espère va être à la hauteur de mes attentes.

Un début tout doux nous intronise « Overflow » avant que la guitare n'arrive dans un style assez moderne. Pour le reste on reconnaît bien le style du Brésilien qui n'a rien perdu de sa dextérité ni de son génie. « Edm (E-Dependent Mind) » débute par des arpèges avant de trouver du riff plutôt Djent. On constate que l'ami Kiko a voulu orienter sa musique vers des sonorités plus actuelles, preuve qu'il ne cherche pas à stagner.
Pour « Imminent Threat » nous trouvons un certain Marty Friedman, qui nous offre un sacré duo de guitares incendiaires, sur un morceau au riff rapide presque Thrash ! Un déluge de notes sans état âme. Cette fois ci c'est Mateus Asato guitariste Brésilien, qui officie sur Instagram, qui débarque sur un « Liquid Times » au riff une fois de plus très Djent. À noter aussi une section rythmique (celle d'Angra) très en contre temps pour accentuer l'effet. Heureusement que Kiko en leader reste lui-même.
« Sertão » continue cet opus dans une veine bien plus progressive. Le travail de la section rythmique est vraiment impressionnant sur ce titre où il est bien mis en avant. A noter des sons qui rappellent fortement Angra à mon plus grand bonheur !
On retrouve du plus habituel avec « Vital Signs » qui aurait pu se trouver sur n'importe quel autre album de notre artiste. Ici les percussions plutôt tribales, siéent bien à la musique. Un peu de douceur avec « Dreamlike » et son influence Joe Satriani. Un jeu et un touché tout en subtilité qui font du bien.
« Black Ice » reprend les tonalités Djent avec énergie ! Ici on ne rigole pas, c'est sauvage !! Les parties solos sont très virtuoses, on sent que notre homme n'a pas voulu faire dans la dentelle ! « In Motion » ralentit un peu l'intensité même si elle reste dans un prog technique de haute volée !
« Running with the Bulls » est entre deux univers celui du métal et celui du flamenco. Un exercice de style des plus intéressant qui démontre la belle palette musicale de notre héros. On termine avec « Du Monde » et un esprit apaisé. Un regard humble sur notre monde.

Conclusion : avec ce nouvel opus solo Kiko joue sur des sonorités modernes tout en restant lui-même. Un album pas stérile, bien au contraire, qui démontre à nouveau l'immense talent de ce mec génial
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 82 fois