Chronique

MASON HILL - AGAINST THE WALL / Wea 2021

Six ans après leurs débuts, autant dire que les écossais n’ont pas chômé entre la sortie de leur premier EP et les nombreux concerts en solo ou en ouverture de grands noms tels Whitesnake, Airbourne, Black Stone Cherry ou encore Inglorious pour ne citer qu’eux.

AGAINST THE WALL, premier album du quatuor, débarque en officialisant le groupe sur la scène musicale avec un disque disponible chez tous les bons disquaires.
La pochette et le titre de l’album pourraient être apparentées à un pied de nez à la crise actuelle, avec un monde de la culture à l’arrêt depuis un an maintenant.
Histoire de mettre l’eau à la bouche, le groupe a opté pour trois single: le titre éponyme Against The Wall, Find My Way et D.N.A, respectivement sortis en septembre / novembre 2020, et enfin janvier cette année.
« Against The Wall » est dans une veine rock mainstream évoquant ici et là un ressentit à la Nickelback. C’est prenant, formaté grand public qui fait son effet et où l’on remarque immédiatement le timbre de voix de Scott Taylor: puissant, limpide et accrocheur. Par contre avec « Find My Way », on entre dans un répertoire plus incisif et énergique. Les guitares de James Bird et Marc Montgomery y jouent un rôle prépondérant, donnant de la profondeur avec un ligne rythmique bien mélodique, appuyée par une autre en lead plus nerveuse. Un hit bien choisit qui sans aucun doute fera son effet sur scène. « D.N.A » met en avant les autres membres du groupe avec une intro batterie / basse qui permettent de donner une nouvelle dynamique et une approche musicale dans les compositions du groupe.

A côté de ça il y a le titre d’ouverture, « Reborn », tout simplement magique; effectué à la guitare acoustique et amplifié par une ambiance sereine et envoutante, qui sert aussi à conclure le dit album avec sa reprise. « No Regret » est un prolongement de « Reborn » mais avec une touche un tout petit peu plus envolée. Une mise en bouche des plus plaisante juste avant le title track évoqué un peu plus haut.
Au milieu de cet ensemble rock, il y a des morceaux plus posés et captivants comme par exemple avec « Who we are », power ballade qui nous laisse rêveur tout en nous donnant le sourire de par sa légèreté voire naïveté (qui ne l’ai pas bien entendu). Vraiment bluffante, tout comme son binôme « Where I belong » en fin d’album, permettant de redescendre sereinement de cette suite de titres aussi intéressants les uns que les autres, qui au final font de ce premier disque un essai plus que transformé.

Les écossais sont loin de nous laisser au pied du mur et on espère que l’on aura l’occasion de les voir défendre leur musique sur scène rapidement, tout comme aussi que le groupe aura la prospérité méritée s’il continue sur cette voie !
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 109 fois