Chronique

ALICE COOPER - DETROIT STORIES / EAR Music 2021

Notre grand maître du haut de ses 73 ans ne semble pas vouloir arrêter ni même ralentir, la preuve le voici avec un tout nouvel album qui rend hommage à sa ville natale de Detroit, berceau du rock dur. Composé, enregistré, avec pratiquement que des musiciens de cette ville, attention ça ne va pas rigoler !

On commence avec une reprise du Velvet Underground « Rock N Roll » qui envoie sévère. Du rock sauvage qui pose les bonnes bases. Un titre sur lequel apparaît le Blues-man le plus Rock Joe Bonamassa. À la suite « Go Man Go » déboule à fond les ballons dans un esprit presque Punk. Efficace à souhait et va droit du but ! Ça rappelle les travaux d'Hollywood Vampires.
« Our Love Will Change the World », prend le relais avec une autre reprise (Outrageous), qui se veut bien plus pop. Un moment haut en couleur et en bonne humeur qui montre un autre visage du Coop. Fort sympathique, tout comme « Social Debris » certes plus Rock mais qui garde cette bonne humeur communicative.
Attention ovni en vue avec « $1000 High Heel Shoes » qui lorgne sévère vers la Motown (elle aussi de Détroit) et qui nous offre de la soul avec chœurs féminins et cuivre ! Un pur régal qui montre que malgré tout notre artiste s'amuse encore et ne veut toujours pas rester enfermé dans un genre. On retrouve du plus habituel sur « Hail Mary ». Un titre Rock et dur qui sent la poudre. Du pur Alice Cooper comme on l'aime.
Une relecture d'un titre de l'album 'The eyes of Alice Cooper' avec « Detroit City 2021 » qui va très bien à cet album ! Puis « Drunk and in Love » est un Blues plutôt Heavy sur lequel réapparait Joe Bonamassa qui explose tout avec classe.
Et c'est au tour de « Independence Dave » de se faire entendre avec son Hard Rock décapant aux saveurs 60', 70' des plus délicieuses. Petite drôlerie avec « I Hate You » qui voit les membres d'origine se réunir pour un titre chanté à 4 et qui sert à se vanner les uns, les autres.
La glauque « Wonderful World » arrive et plombe la bonne humeur ambiante. Malgré tout elle se fait douce à nos oreilles et reste dans la tête avec son message positif.
Le « Sister Anne » du MC5, résonne fort dans les enceintes et va réveiller les plus amorphes d'entre vous ! Place à « Hanging on by a Thread (Don't Give Up) » le titre le plus moderne de cet opus qui nous offre un Mid Tempo sombre et lugubre mais jouissif. Un retour à l'époque de 'Brutal planet' bien vu !!
« Shut up and Rock » avec Larry Mullen Jr (U2) à la batterie, déboule direct et t'envoie un uppercut dans les dents. Du Rock du vrai du dur du direct qui va à l'essentiel sans concession ! On termine avec une reprise de Bob Segers « East Side Story » qui clôt de manière simple et positive un album qui une fois encore fait un bien fou !!

Conclusion : Et bien on peut dire que notre Maître sait encore faire de très bons albums avec de bonnes idées et un fil rouge intéressant. Cet hommage à Detroit et une pure réussite qui fait un bien fou !! Des albums comme ça j'en redemande plus !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 134 fois