Chronique

ETERNAL TEARS OF SORROW – BEFORE THE BLEEDING SUN / Spinefarm 2006

Comme qui dirait, il y a des exceptions qui confirment la règle. Eternal Tears of Sorrow (ETOS) n’est pas forcément dans les groupes que j’affectionnent de part leur style musical : le death métal mélodique. Mais certaines choses font que mon oreille se laisse guider plus facilement par certaines choses que je vais vous faire découvrir.
 
Entrée avec « Sweet Lilith of my dreams » qui arrive avec calme à la guitare. Un peu de synthé pour combler l’ambiance avant de partir dans un passage de speed mélodique (niveau musique) très finlandais. Normal vous me dirait ils le sont. Le tout s’enchaîne dans un speed virtuose et mélodique avec Altti au chant. Une bonne entrée qui laisse entrevoir un plat de résistance fort agréable.
Intro à la Nightwish pour « Another me » qui te fait headbanguer dès le début. La batterie se fait déboîter, la basse se fait frapper avec férocité. La puissance à l’état pur avec un zest de mélodie.
Changement de registre pour l’intro qui se fait au synthé et calment avec « Red Dawn Rising », nous portant à travers la verte plaine jusqu’au moment où le vent se met à souffler un peu plus fort accélérant le tempo et là première surprise, c’est Jarmo Kylmänen (Ram-Zet) qui pose sa voix claire sur cette musique. Un vrai régal sur un air à la Strato.
Intro sombre et puissante pour « Upon the moors » puis Altti reprend sa place avec sa voix hargneuse et attrayante. La nappe de clavier  calme et la musique puissante portent une certaine mélancolie, avec un solo guitare de tueur. Quand au refrain, un bonne patate qui risque de frire parfaitement sur scène.
Un petit tour vers le soleil levant avec « Sakura no rei » qui est bien plus posée mais toujours aussi mélodique. Une ambiance sombre et légère avec une voix féminine en fond sur ce mid tempo qui en ravira plus d’un.
La batterie se fait chevaleresque pour ouvrir « Sinister rain ». La voix de Miriam Renvag (Ram-zet) qui se pose sur la musique donne une ambiance assez atmosphérique et gothique avec un léger appui d’Altti de temps à autre.
Changement d’ambiance, on repart dans le gros, le dur avec « Lost rune of thunder ». Les guitares se font taquiner non stop, et l’ambiance ETOS en place nous attire vers les abîmes. Un mélange de mélodie et d’agressivité assez sympa.
Changement de ton, on rentre dans un espace plus speed mélodique et un poil plus joyeux avec toujours cette énorme nappe de clavier qui nous régale, surplombée par Altti. « Tar Still Flows » est un morceau qui change un peu des autres au niveau style mais pour le reste, c’est du bon.
Dernière chanson de l’album: « Angelheart, ravenheart ( Act I : before the bleeding sun) ». Quel titre… il n’y avait pas plus court? Forcément, ce morceau se voit être épique. Neuf minutes de musique qui commence au synthé et de très belle façon. Un son toujours très finlandais, avec un chant narré pour présenter l’histoire, et bim les chœurs s’y mettent en nous emballent. Tout le long du morceau ce sera le même principe au niveau de l’alternance mais qu’est ce que c’est bon !!!
 
Conclusion : un très bon album nous délivré par ETOS. Une pièce qui fera partie des rares dans ma collection cds aux vues de son genre musical. Mais qui ne change pas d’avis est con ! Alors changerez vous d’avis comme moi et adopterez vous cet album, voire le groupe ?!
 
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Vues : 1059 fois