Chronique

THE JOYSTIX - PLAYIN' WITH FIRE / Shotgun generation 2006

Voici The Joystix, jeune groupe Hongrois, mais qui a déjà une jolie expérience musicale, après des débuts où le Glam, le Punk et le Rock' n’ roll étaient mélangés, voyons ce qu’ils nous proposent aujourd’hui.
 
Tout commence par Put me in the trash (tiens, quel joli titre !…), riff rentre dedans, ça dépote, et c’est bel et bien rock n’ roll, autant musicalement qu’au niveau de l’attitude et du chant. Beauty-fool (admirez le jeu de mot, s’il vous plaît !), nous laisse entrevoir leurs origines à la fois Glam et Punk, et me fait penser, par moments, à du Motley Crüe. Right now débarque, et l’impression laissée par les deux premiers morceaux est confirmée : la prise de tête n’est absolument pas une priorité, et ça leur réussi plutôt bien, les bougres : rien d’exceptionnel, mais une pêche que pourrait leur envier plus d’un groupe.
Au tour de Sure thing, dans la lignée des titres précédents, musique pêchue comme il se doit, l’idéal pour les frimeurs qui passent les journées sur la plage, avec le genre de  refrain qui va bien chez les djeun’s. Hoodoo Lovin’ fait elle aussi dans la simplicité et l’entraînant, à la petite différence toutefois que le riff tire ses racines dans le blues, ce qui ne fait pas de mal, loin de là.
Anything you need raisonne, pour certains, je reconnais que la lassitude à des chances de commencer à se faire sentir, mais personnellement, cela se laisse toujours écouter, mais force est de reconnaître que l’album commence à sembler trop linéaire. Kinky arrive à son tour, la voix mi-bluesy, mi-rocker de Blondie est toujours aussi entraînante, et le refrain, tout en chœur, est tout aussi sympa.
Something wrong with the girls today (un problème existentiel, vous l’aurez bien compris...), sonne pour moi comme du punk californien gentillet de la fin des 90’s. I got better things to do ; un petit peu de nouveauté, ils s’éloignent (légèrement…) du style qu’ils nous avaient exposé dans la première partie de l’album, tout en restant dans les clous, ne vous attendez ni à de grandes envolées lyriques, ni à des solos sortis de l’enfer (bien que pour une fois, il y en a un), just Fun and Rock N’ Roll !
So hot, a le petit défaut de débuter par un riff commun qu’on a plus ou moins déjà eu l’occasion d’entendre au début de l’album, ce qui est plus déroutant qu’autre chose, bien que le refrain soit, encore une fois calibré pour être retenu. Spider , une reprise de High-School Motherfuckers (désolé, mais j’avoue ne pas connaître), diffère un peu du reste de l’album, sonnant plutôt Punk-Rock old shool américain, un peu à la Ramones.
Teenage Riot clôture cet album, et étrangement, on dirait presque une suite du titre précédent, dans le même esprit d’un point de vue musical, un petit moment sympa.
 
Conclusion : Un petit groupe agréable à écouter, toutefois, le groupe et son line-up aujourd’hui, ainsi que son orientation musicale, est seulement âgé d’une année, donc, comme on peut l’imaginer, ce premier album n’est pas un monstre de personnalité, et tourne un petit peu en rond. Mais le tout se laisse néanmoins écouter avec plaisir, certains titres étant même très bons. A suivre…
 
Critique :
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 1077 fois