Chronique

UFO – THE MONKEY PUZZLE / SPV STEAMHAMMER 2006

Les vétérans d’UFO reviennent deux ans après un ‘Are you here’ qui m’avait réconcilié avec les Anglais. Les revoici donc avec ce nouvel opus qui voit le retour d’Andy Parker à la batterie en remplacement de Jason Bonham parti chez Foreigner.
 
On ouvre les hostilités avec « Hard being me » qui fait énormément penser au dernier album de Deep Purple (Rapture of the deep), de plus la voix de Phil Mogg se rapproche pas mal de celle d’Ian Gillian. Slide guitare et harmonica sont de sortie avec un piano très présent aussi. Vinnie Moore qui a trouvé ses repères au sein de l’ovni délivre des solos supers inspirés, gorgés de feeling et de talent tout simplement. « Heavenly body » plus heavy étonne au début, puis on se laisse prendre par ce titre lourd mais toujours très bluesy. Vinnie se gave sur ce morceau où sa guitare est reine. Phil nous sort un chant très lourd qui prouve que malgrés leur 37 ans de carrière le groupe tente toujours d’apporter un petit plus.
« Some other guy » sonne comme du Rolling Stones avec quelques touches Purpelinne. L’Harmonica est encore de sortie et Vinnie se régale dans ses parties de 6 cordes endiablées (qui rappelent le très bon Steve Morse d’un certain Deep Purple). Pete Way ,infatigable malgrés les excès tient toujours sa basse avec conviction et prodigue un groove unique. Début acoustique pour « Who’s fooling who » qui ,pour la suite part dans un hard des plus rock qui tient bien la route. Des passages acoustiques donnent une couleur plus rock (avec encore une fois une ressemblance avec les Stones) ce qui est loin d’être désagréable. Mr Moore nous fait véritablement un festival laissant ses hésitations post Michael Schenker au placard et montrant toute l’étendue de son immense talent.  
« Black and blue » se refait plus lourd et on retrouve plus l’esprit Deep Purple. C’est la première fois que je remarque les nombreuses ressemblances entre Phil et Ian au niveau du timbre de voix. Mais bon, tout ceci ne doit pas vous faire peur UFO reste UFO mais un UFO moderne. La première ballade « Drink too much » me fait bizarrement penser à un certain Bruce Springteen avec son côté calme et acoustique. Un moment bien sympa sans être révolutionnaire qui fait du bien par là où il passe.  
« World cruise » attaque à l’ancienne avec guitare sèche, slide et ambiance très bluesy, puis le tout démarre et reste bien ancré dans cette musique pleine de vie; ça dépote sévère et ça fait du bien. Vinnie se démarque encore pour « Down by the river » toujours empiété entre les Rolling Stones et Deep Purple (chose étonnante car on reconnait moins le style UFO) mais on prend toujours du plaisir et on se laisse transporter dans cette musique très américaine.  
« Goodbye you » est une sorte de mid-tempo limite ballade qui calme tout en restant foncièrement rock. Un moment bien sympa avant de reprendre le hard groovy avec « Rolling man » qui sonne là comme du vrai UFO. On a l’impression d’être retombé en 77 (première fois que le line up presque d’aujourd’hui existait, puisque Mr Schenker était à la place de Mr Moore). Pour finir un petit « Kingston town ». un mid-tempo mélodique qui fini de manière plus calme un album rondement bien mené qui fait plaisir.
 
Conclusion : un album bien sympa même si le style du groupe s’est perdu au fil du temps. On peut toujours profiter de ce plaisir d’attendre un Phil Mogg toujours d’aplomb et bien sûr un Vinnie Moore extraordinaire qui délivre un travail exceptionnel. Du bon vieux hard rock teinté de blues comme il est bon d’entendre, fait avec l’expérience et le feeling.
 
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe : site officiel d' UFO
Vues : 1286 fois