Chronique

KAMELOT – ONE COLD WINTERS NIGHT / SPV 2006

Second live pour nos américains, cet opus arrive après les deux albums concepts qui il faut le dire, méritent le détour (je parle bien sûr du Epica & The Black Halo). Ce concert s’est fait à guichets fermés, et les fans ont dû patienter dans le froid et la neige…Forcément on est à Oslo… Cela sera oublier les invités participants à ce spectacle.
 
L’annonce du concert se fait avec la somptueuse « Un assasino molto silenciozo » appuyée par les clappements du public.
Premier morceau choisi, c’est « The black halo ». Une grosse baffe et basse que l’on se prend directement avec ce titre. Le son est très bon, et, lors de l’arrivée de Khan, tout prend de l’ampleur de par sa voix unique : douce et puissante en même temps. Pas le temps de se remettre qu’arrive « Soul society » à grandes pompes. Un morceau calme au début qui nous plonge dans une ambiance de fous. Thomas se régal avec sa guitare, sans oublier le Casey qui est impressionnant. A la fin, Khan discute un peu avec le public juste avant que le génial « The edge of paradise » attaque. Les chœurs, la puissance de la musique : que demander de mieux ? Le public répond allègrement donc tout va bien. Une bonne mise en bouche avec ces trois premiers morceaux puissants mais évoluant plus vers un mid tempo.
Aussi, changement de registre avec la dynamique « Center of the universe » qui là il faut le dire ressort encore mieux qu’en studio. Et cette intro au synthé faite par Oliver! Le solo guitare varie un peu : un guitariste sur scène c’est pas évident même si on est très bon. Une petite variante au niveau du tempo sur le refrain pour Khan. Ca passe bien.
Retour en arrière avec l’album « Fourth Legacy » et la chanson « Nights of Arabia » qui une nouvelle fois déchire tout. Ce titre est une merveille, on ne peut que l’aimer. L’intro orientale est du bonheur en barre, et quand le tout s’emballe (merci Casey !!), que le public cri et tape dans ses mains, que Khan chante : c’est l’extase. Avec les américains, pas de repos, on enchaîne sur « Abandonned » qui est une très belle ballade : quelle intensité. Rien que là j’en ai la chaire de poule alors en direct ça doit être splendide. Le repos passé, on r’attaque avec un morceau speed qui se nomme « Forever ». Autant vous dire que là aussi une belle claque est décrochée. Thomas fait une intro guitare qui varie de la version originale et quand il attaque les riffs de la chanson c’est l’euphorie totale ; quelle merveille et quelle bombe. J’adore ! Pour conclure ce titre, Khan joue avec les fans et nous offre un final détonnant : calme et speed subitement.
Au tour de Günter de se faire entendre avec un « keyboard solo », bien mais qui n’est pas forcément nécessaire, même si les qualités de Günter ne sont plus à présenter.
Deuxième single de l’album ‘Black Halo’ voilà « The Hauting ». Sur le clip et sur l’album c’est Simone Simons (Epica) qui s’occupe du chant féminin. Et bien sur scène…. C’est pareil ! La patate !!!
S’en suit « Moonlight » avec un nouvel invité : Sascha Paeth (Heaven’s Gate) à la basse. Décidément on est gâté. Il nous reste encore de l’énergie alors pas question de la gaspiller. Kamelot entame alors une nouvelle bombe: « When the lights are down ». Glenn se regale avec ses cordes (basse). Le refrain de cette chanson est un vrai hit en live, accompagné par les choeurs, on se régale.
Gros morceau maintenant avec l’épique « Elizabeth (part 1, 2 & 3) » de l’album Karma. C’est parti pour treize minutes de sensations fortes avec cette pièce mélodieuse et prenante, qui nous porte vers un univers où l’on frissonne de par la beauté de cette œuvre et les qualités des musiciens.
Changement total de registre avec l’agressive « March of mephisto » qui est impressionnante. Snowy Shaw prend une voix grave pour remplacer celle de Sagrath (sur l’album), et le rendu est énorme. Vous croyez que c’est terminé ? Et bien non voilà une nouvelle détonation avec LE « Karma ». Une vraie tuerie cette chanson, on ne s’en lasse pas. D’ailleurs le public le fait ressentir. Maintenant c’est au tour de Casey de montrer ses compétences avec un « Drum solo ». Une nouvelle fois, il est époustouflant, mais le solo arrive mal dans la set liste. Il coupe l’ambiance de ce final.
Final car voici le dernier titre de ce concert et c’est le grandiose, il n’y a pas d’autres mots, « Farewell ». Un très bon final pour conclure ce concert d’Oslo.
L’outro se trouve être « Abandonned » en version instrumentale.
 
Conclusion : un très bon live où le public est bien présent, les musiciens au top de leur forme, le son énorme, mais où l’on peut regretter ces deux solos qui coupent l’ambiance. Je regretterai personnellement aussi l’absence de la chanson « Fourth Legacy » qui est quand même une référence pour le groupe.
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : site officiel de Kamelot
Vues : 1133 fois