Chronique

TRICK OR TREAT - EVIL NEEDS CANDY TOO / Valery Records 2006

Avec un tel nom, vous l’aurez compris, ce groupe italien est fan d’un certain groupe allemand dénommé Helloween. Ce quintette influencé heavy allemand de la fin des années 80 n’a rien à envier aux autres groupes car honnêtement l’album décape. La pochette bien kitsch d’ailleurs le prouve bien avec ce rappel aux films Halloweenesques mythiques tels : Jason, Freddy, Ca, Le cercle ou encore les géniaux Gremlins. Le paquet de bonbons est prêt, attention au cholestérol et à la crise de foie.
 
On commence par la traditionnelle intro « It’s snack time » mélangeant musique de manège, voix d’enfant et voix d’un méchant bonhomme. Sur la fin une guitare se fait entendre et nous arrivons immédiatement sur le titre éponyme « Evil needs candy too » qui d’entrée met une claque. Entre guitares, mélodies mes oreilles et mon corps par la suite s’affolent. Quand Alessandro (Conti) arrive au chant c’est la claque : un retour aux sources sur une période Keepers qui décape. Ca bourrine bien et le bonbon est très bon, tout comme le solo guitare de Luca & Guido.
Quoi d’autre qu’une nouvelle gourmandise avec « Time for us all » qui là encore va en scotcher plus d’un c’est sur. Le morceau est un peu plus heavy rock, moins rapide, ce qui varie, et qui donc fort agréable. Le refrain très formaté se laisse digéré sans difficultés. Avec un titre comme celui-ci je m’attends au pire : « Like Donald Duck ». Qu’est ce que ce canard vient faire ici ? Et bien il ouvre le morceau avec sa voix de bécasse, ce qui est fort plaisant et fort rigolo. Une pièce qui lui est consacrée et qui déchire. Après la sonnette la musique s’emballe dans un air joyeux et entraînant. Un morceau d’enfer au refrain explosif. Une bombe scénique.
Une nouvelle fois, nos italiens nous font une bien belle surprise en changeant de nouveau le tempo musical. Cette fois ci ce n’est pas moins une reprise de Cindy Lauper qui nous est proposée : la splendide « Girls just want to have fun ». Guitare légère pour ouvrir le bal, suivie peu de temps après par l’ambiance heavy métal qui dépote bien et qui te fait headbanguer durement sur ce hit des années 80 revu pour l’occasion.
Nicola se charge d’ouvrir le bal avec sa batterie pour « Joyful in sadness ». Pourquoi pas hein ?! Voix en demi ton, avant le chant aigu et normal d’Alessandro. Un morceau influencé par les allemands pour les guitares mais aussi par nos finlandais de Stratovarius pour le chant. Merci Timo Kotipelto.
C’est le week-end alors pourquoi ne pas balader avec « Sunday morning in London » ? Changement d’ambiance totale au passage, avec un ballade qui se pointe à la guitare acoustique, le tout accompagné quelques temps après par les autres instruments. Une belle visite reposante et envoûtante. Petite question posée par le groupe : « Who will save the hero » ? Cette fois-ci le ton remonte pour savoir que notre héro n’est pas perdu et ce sont les influences suédoises stylées Hammerfall qui ressortent, mais honnêtement ça passe bien mieux. 
On a retrouvé notre héro… « Back as a pet ». D’ailleurs, il arrive de belle façon : guitares et basse rentre dedans, chant dynamique et envolé, batterie titillée à souhait. L’animal se défend bien et nous traîne à travers un univers enchanteur que nous dévorons à pleine bouche car pour moi, c’est LE titre phare de l’album. Le refrain est sublime et accrocheur… rien à jeter.
Intro à la Offspring style « Kids aren’t allright » pour « Perfect life » avant que le côté sombre du heavy speed italien ne reprenne ses droits. . Le dernier morceau de l’album quand à lui fait plus style Rhapsody de part sa longueur avec ses 9minutes, mais musicalement rien à voir pour ce « Back to life ». C’est du bon métal puissant, speed et racé qui s’empare et s’imprègne en nous sans difficultés. Un titre mélangeant tous les styles présentés dans cette rondelle : soit que du bon.
 
Conclusion : Des bonbons ou un sort (Trick or Treat) ? Et bien les deux. Je m’explique : les bonbons car l’album se déguste volontiers et avec gourmandise, et un sort car on est envoûté immédiatement dès la première écoute. Un groupe très prometteur que tout fan de speed mélodique ou de musique racée au chant clair se doit d’avoir. Une belle perle en sucre.
 
Critique : Lionel
Note : 9.5/10
Vues : 1139 fois