Chronique

PINK CREAM 69 - IN10SITY / Frontiers records 2007

Enfin oui! Enfin voici le retour du plus grand groupe de hard mélodique : PC69!!
3 longues années auront été utiles au gang pour accoucher d’un nouveau méfait qui voit l’intronisation du jeune et talentueux Uwe Reitenauer venu seconder Alfred Koffler.
A noter que cet album est le 10ème et qu’il fête aussi les 20 ans d’existence du groupe : happy birthday !

Intro sur des sonorités Africaines bien sympa pour « Children of the dawn » puis débarquant dans un bonheur total, tout le groupe, toujours mené de voix de maître par l’immense David Readman une nouvelle fois plus qu’impérial. Que peut-on dire de ce premier titre : une tuerie made in PC69 !! Accrocheuse, rythmée, mélodique, bref toutes les qualités qui font de ce groupes un must. On poursuit avec « No way out » qui ne fera pas baisser la dureté dans votre caleçon. Un super riff et on repart pour une nouvelle gifle bien organisée. Et putain quel refrain ! Sur scène l’extase assurée !
C’est plus que ravi que j’attend « Crossfire » qui arrive tranquillement, puis sur quelques notes de basse de Dennis Ward, nous offre un super mid tempo mélodique au groove extra, qui donne un coup de fraîcheur bien senti. « I’m not afraid » balance du tonnerre dans la plus pure veine du groupe. Tout est si équilibré : le son (production Dennis Ward gage de qualité) les compositions (Readman, Ward, Koffler : le trio de feu) l’interprétation (a-t-ont besoin d’en rajouter) et ces refrains, ah la la l’extase ! Du pur bonheur !
« A new religion » se veut plus rock, mais reste toujours aussi diaboliquement prenante. David qui n’a pas besoin d’en faire des tonnes pour être exceptionnel réalise encore un travail exemplaire, docile, rugueux, mélodique, agressif, bref divin ! Un immense chanteur ! « The hour of freedom » est un excellant mid tempo aux qualités indéniables. Dur d’en rajouter tant le groupe excelle à chaque coup. A noter que les solos sont là aussi formidables et que le duo Koffler/ Reitenauer fonctionne à merveille.
Aller un peu de rythme avec « Stop this madness » sur lequel Kosta se fait entendre, et une fois le refrain arrivé on est sur le cul, quelle qualité à ce niveau là, impressionnant. Petite interlude guitare chant avec « Desert land » étonnante mais agréable et on poursuit. « Out of this world » donne encore de bonne idée, mais où vont il s’arrêter ? Encore une fois on est surpris par toujours ce côté mélodique et ces refrains accrocheurs qui font effet à chaque coup.
Bon riff décapant pour « It’s just a state of mind » qui poursuit sans broncher cette petite merveille. Certes on peut avouer qu’à la longue on tourne en rond mais quand on aime on s’en fout. Bien bon riff plein de groove et de feeling avec « Wanna hear you rock » qui me fait penser au ‘Come Together’ des Beatles. Un titre chaud, chaud qui voit encore Mr Readman exceller tout comme la paire Koffler/ Reitenauer qui donne des sueurs !
Un petit bonus spécial pour l’Europe ça vous dit ? Moi perso sans soucis, alors « My darkness hour » est faite pour vous. Rien de bien novateur mais les fans apprécieront l'influence qui rappelle le très grand Electrified. On finit (et oui il faut bien à un moment) avec la ballade tant attendue, « Last train to nowhere » et comme on peut s'y attendre le piano et Mr Readman en font un intense moment ! une manière de conclure calmement cet anniversaire.

Conclusion : Merveilleux !! Un très, très grand album de Pink Cream 69 qui montre qu’ils ont encore de très beaux jours devant eux ! Décidément, réellement le meilleur groupe de hard mélodique du monde !
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 1177 fois