Chronique

GENE SIMMONS - ASSHOLE / SIMMONS SANCTUARY Records 2004

Un album solo de Gene Simmons on aura tout vu. Le bassiste de la multinationale Kiss nous pond ce skeud au doux nom de asshole (je vous laisse traduire).
Mais quand est-il musicalement parlant ?
Tout débute sur « sweet & dirty love » très hard rock 70 bien cool où Dave Navarro (ex red hot chili peppers / Jane’s addiction) s’amuse bien.
Et là c’est le drame « i’m the firestrarter » est inaudible de l’indus version canard w.c indigeste (c’est du prodigy à la base) mais le pire c’est qu’après il n’y a plus rien de franchement bon à se mettre sous la dent.
Gene oscille entre des compos actuelles « weapons of mass destruction » (pas mal) du rock façon Rolling Stones (je n’est rien contre ce groupe que j’adore) « asshole », « now that you’re gone » du Bob Dylan «waiting for the morning light » coécrit par Bob himself et plein d’autres trucs inimaginables « beautiful », « whatever turns you on », « dog » Certes s’il a voulu faire ce qu’il voulait il ne s’est pas privé, mais voilà le résultat…. pitoyable.
Fan de Kiss ne vous laissez pas tenter mais achetez n’importe quel album du groupe même démaquillé mais laissez celui là loin.
Oh ! « Carnaval soul » commence bien un petit air Queen (j’ai dit un petit air !!!) plane sur cette chanson.
Et pour finir c’est « i dream thounsand dreams » une sorte de Frank Sinatra bourré sur de la musique hawaïenne (quel pied !) c’est pathétique heureusement qu’il n’y a pas de corde près de moi.
Conclusion : je ne sais pas que dire déjà kiss c’est pas ma tasse de thé mais au moins ils ont de très bons tubes mais là j’en vomis d’avance Merci bien pour cet opus qui me fait dire que des groupes actuellement se saignent aux 4 veines pour sortir un album qui sera sans aucun doute 1000 fois meilleur que celui là.
 
Critique : Guillaume
Note : 2/10
Site du groupe :
Vues : 1221 fois