Chronique

KOTIPELTO - SERENITY / Double Vision 2007

Avec ce troisième opus solo, Timo Kotipelto confirme ses capacités de compositeur jusque là peu ou pas du tout exploitées au sein du groupe phare finlandais qui l’a mis en avant : Stratovarius. L’album a été produit via on propre label High and Loud. Quel drôle de nom ?! Cela me rappelle quelque chose… Sinon niveau production pure est dure, quoi de plus banal pour un finlandais que de faire le mixage avec Mikko Karmila, et le mastering avec Mika Jussila, les deux étant des monstres des réputés studios Finnvox de Helsinki.

La barre est mise bien haute dès le début avec « Once upon a time » qui déboule à deux cent à l’heure. Quel bonheur de retrouver cette superbe voix ! Du bon speed nordique plein de fraîcheur. Le solo guitare de Tuomas Wäinölä est bien bon, le passage clavier de Janne Wirman pête aussi. Ca attaque fort.
Au tour de « Sleep Well » qui a fait l’objet du single pour l’album. Un titre plus posé avec une ambiance légère pour un mid-tempo et un air plus heavy ; et donc plus accessible aux oreilles de tout le monde. Le refrain bien construit se retient avec aisance ce qui permet une fois de plus de comprendre ce choix pour le single (non disponible chez nous bien évidemment).

Maintenant c’est le title track « Serenity » qui se pointe. Une nappe de clavier, une bonne ligne de basse effectuée par Lauri Porra (Stratovarius), un chant mélodique et haut perché pour ce mid tempo qui est surtout représentatif au niveau des paroles.
« City of mysteries » arrive dans le même tempo que le titre précédent, ce qui commence à être un peu lassant, même si la voix de Timo est forte agréable.

Retour dans un morceau mettant le synthé un peu plus en avant, et avec un tempo un poil plus rapide pour « King Anti-Midas ». Un petit morceau agréable mais sans plus.
Voilà ce que j’attendais depuis un petit moment : du speed ! Et « Angels will cry » le donne avec générosité. Mirka Rantanen percute sans restriction ses peaux, et au passage nous offre un bon moment de défoulement.

Ca manquait trop alors pourquoi pas caller une ballade style « After the rain ». Pour couper l’ambiance, ça coupe. Mais je la trouve mal placée. Il aurait fallu la l’intervertir avec le morceau précédent à mon goût. Attention, cette ballade est agréable, mais trop formatée.
Retour dans une chanson plus directe et puissante avec « Mr. Know-it-all ». Un titre entre speed et power, avec une bonne nappe de claviers. Un retour dan le monde de Kotipelto en douceur.

Gros riff pour débuter « Dreams and reality », qui une nouvelle fois est un mid-tempo dans la lignée du reste de l’album. Comment finir l’album ? Et bien pourquoi pas une nouvelle ballade intitulée « Last defender ». Une guitare acoustique, une voix envoûtante pour une fin agréable.

Conclusion : un album en demi-ton. La production est bonne, mais les morceaux manquent de puissance. Le premier morceau met la barre haute mais le reste à du mal à suivre et change de registre complètement. C’est dommage. Pour les fans de morceaux posés et de Kotipelto (au niveau chant je parle).
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Vues : 1206 fois