Chronique

PURE REASON REVOLUTION - CAUTIONARY TALES OF THE BRAVE / Inside Out 2007

Ha les Anglais ont le chic pour nous cacher leurs jeunes groupes en devenir : après The Darkness , c'est au tour de Pure Reason Revolution de faire sensation. Dans un autre registre certes, mais tout aussi original. Le premier album " The Dark third " sorti l'an dernier en Angleterre ne nous parviens que cette année, et ceux dans une jolie édition double CD avec un EP en plus . Pour se faire pardonner du retard peut être ?

M'enfin bref, trêve de blabla commençons le voyage musical ......des voix lointaines font leur entrée, un son sourd de basse, un petit air à la guitare acoustique, des sons un peu distordus de gratte électrique par dessus, une intro planante et des airs qui font penser aux Floyd. Une introduction très plaisante qui porte bien son nom " areopause ". Enorme travail au niveau du son, très fluide, et on ne se rend même pas compte des transitions ; bluffant.
Le chant viens se poser d'une manière tellement naturelle… ! Après 5 mins d'instrumentale qui passe comme 30 secondes, une jolie voix féminine démarre toujours dans cette ambiance planante et hop on a droit a un refrain Pop rock qui dégage une bonne dose d'énergie avec une mélodie prenante : en deux chansons l'auditeur se laisse entraîner sans effort.

Alors à partir de là il est difficile de faire une description piste par piste car l'album est à lui tout seul une piste. Il y a une telle unité et une telle richesse sonore que j'ai du mal à décrire cet album: on prend une pincée de Beatles, une cuillère de Beach Boys, une louche de Pink Floyd, des sons space et mystiques, de jolies parties de violon ( et violoncelle ? ), un mélange voix masculine / feminine et ça donne ce disque. De plus les moments calmes et énergiques sont très bien répartis et on n'a pas le temps de s'ennuyer : mais attention faut être dans l'humeur, avoir le temps de se poser et ainsi apprécier pleinement ce disque car c'est du costaud. De la qualité en bloc qu'il faut pouvoir être en mesure de digérer.

Après j'ajoute un petit bémol parce que je pense honnêtement qu'au delà de 35 minutes de concept album sans interruptions le cerveau et les oreilles commencent à chauffer ( pourtant je suis un fan de prog ) : on n’a pas trop envie que ça s'éterniser vers la huitième piste ( sur neuf c'est quand même admirable ). On termine de manière très posée, les oreilles bouillantes venant de faire un marathon d'une heure et l'esprit encore à moitié dans étoiles.

Conclusion : C'est une chronique très décousue j'en conviens, point de flemmardise , juste un envoûtement sonore qui m'ôte les mots de la bouche et qui me laisse entendre une chose essentielle que l'on oublie trop souvent : " écoute et tais toi "
 
Critique :
Note : 9.5/10
Site du groupe :
Vues : 1355 fois