Chronique

NIGHTMARE - GENETIC DISORDER / Regain records 2007

Deux après un très, très bon “The Dominion Gate” qui m’a fait découvrir le groupe (je sais j’ai pris le train en retard) voici que nos Grenoblois remettent le couvert et prouvent bien leur grande forme depuis leur retour.

« Nothing left behind » nous plonge d’emblée dans l’ambiance particulière de Nightmare, puis l’armada métal déboule avec un Jo Amore de suite grandiose. Le refrain bien prenant vous glace le sang. Première constatation le groupe poursuit son chemin avec un heavy métal de grande classe. Passage plus speed pour un « Battleground for suicide » est-ce Jo qui transcende les titres par sa voix digne d’un Nils Patrick Johanson ! Encore une fois le refrain n’est pas laissé au hasard et fait preuve d’une percussion énorme. Même si les éléments plus symphonique ont disparu au détriment d’un heavy pur et dur, la qualité, elle, est bien présente tout comme ce côté sombre distillé à merveille.
Gros mid tempo pour « Queen of love and pain » qui sent la testostérone ! Un passage viril qui n’est pas sans rappeler Manowar. La fine paire de gratteux n’en est pas en reste distribuant de bons solos. Un petit « Conspiracy » histoire de remettre du rythme soutenu pour un gros heavy à la voix limite Black de Jo qui n’hésite pas à varier son chant pour mieux atteindre nos émotions. A noter que la production signée Fredrik Nordstrom est très puissante mais dommage que la voix de Jo ne soit pas un peu plus en avant.
« Leader of the masquerade » se veut plus mélodique avec un bien bon solo d’ouverture, tout en restant foutrement Nightmare. Quelle intensité portée par ce chant phénoménal de Mr Jo Amore véritable don du ciel. Passage plus 80’s avec l’énergique « Final procession » qui se veut aussi moins sombre. Le refrain est une petite merveille à écouter quel travail à la guitare ! Pour l’instant que du bon.
Grand moment épique avec « The dominion gate (part II) » qui vous laisse sur le cul. Voilà du très grand heavy presque théâtral qui ne vous laissera pas indifférent. Encore une fois Nightmare montre toutes ses qualités en terme de bonne musique. Qui a dit qu’en France on ne savait pas faire de musique !? Avec « The winds of sin » on reprend le heavy bulldozer qui speed à mort et t’arrache les cervicales. Avis de tempête en live assurément. Certes pas le titre le plus technique, mais bien le plus efficace.
Et si vous en voulez encore « Forsaken child » vous en redonne. Un autre grand moment de headbanging qui plaira aux fans. Pourquoi se plaindre alors ? Pour « A thrill of death » retour au lourd mid tempo qui garde malgré tout des passages plus mélodiques. Un moyen de se remettre des deux tornades précédentes. Reste tout de même encore un très bon titre.
Bon riff conventionnel mais efficace pour le dévastateur « Wicked white demon ». Toujours rien à réellement reprocher à Nightmare qui délivre un album entier et bien fait (que c’est putain de bon, du vrai bon heavy).
Aller malheureusement il faut bien terminer et « Dawn of darkness » vous régalera une dernière fois. Jo plus lugubre dans son chant est extra. Encore du bien bon boulot.

Conclusion : certes je ne suis pas le plus grand fan de Nightmare mais je peux dire en tant que grand fan de Heavy : voilà un très bon album ! Puissant, varié et très bien interprété ce Genetic Disorder prouve une fois de plus que Nightmare est un grand de la scène Heavy métal !
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe : site officiel de Nightmare
Vues : 983 fois