Chronique

PHARAOH - BE GONE / Templar Productions 2008

Mais voila un album de Heavy Métal qu'il est bien !!! Pharaoh nous fait part ici de leur troisième opus depuis 2003, avec toujours au manche à six cordes et aux manettes, Matt Johnsen (guitariste tant qu'à faire du combo). Ce quartet américain sévit depuis 2003 avec les albums "After the Fire", puis en 2006 avec "The Longest Night". Toujours dans la même veine que ses prédécesseurs, "Be Gone" nous délivre un Heavy Métal, taillé dans le roc, tout aussi bien sur le plan de la production comme de la composition.

Dés le premier titre, "Speak to me", les Américains nous font découvrir toute l'amplitude de leur talent en passant par différentes ambiances, du son électronique (non, n'ayez pas peur, c'est juste pour l'intro !!), aux riffs électriques harmonisés, en passant par de jolis passages acoustiques. La voix de Tim Ayar est déroutante aux premiers abords, en effet celle-ci est souvent doublée, voir harmonisée, ce qui donne une impression d'entendre un mélange de Rob Halford (Judas Priest), Eric Adams (ManOwaR) voir un Russel Allen (Symphony X) plus qu'enroué… Cela tombe bien pour moi, car j'adore tous ces bons chanteurs !

On retrouvera, à partir du second titre, "Dark New Life", Le tempo propre au Heavy Métal, où l'on pourra noter, que le son de la partie rythmique est pour une fois, très travaillé, et en ressort un son de basse des plus propre, avec une batterie qui ne couvre pas la totalité du spectre, MERCI à la production (Matt Johnsen et Matt Crooks) qui ont fait ici du très bon travail. L'on pourra noter le gros travail de liaison du bassiste Chris Kerns, qui s'amuse à reprendre les mélodies de la guitare tout en restant en place avec la grosse caisse de Chris Black. J'oubliais presque de vous informer que les guitaristes du groupe "RIOT", Mark Reale et Mike Flintz ont vu de la lumière et sont venus taper le bœuf (pauvre bête…) avec les gars de Pharaoh.

Belle transition, car sur le titre suivant, "No Remains", c'est le guitariste Jim Dofka, (pour les connaisseurs) qui se pliera au jeu. C'est à partir du quatrième titre, que ce groupe à vraiment commencer à m'accrocher les oreilles. Les riffs de guitares sont tout simplement ultra efficaces et donnent envie d'agripper son manche (de guitare bien sur…) pour essayer de retrouver à l'oreille ces petites merveilles !!

Première pause de l'album sur le titre "Buried at Sea", pour une durée de 7 minutes, pause où le chanteur peut enfin s'exprimer pleinement et nous faire découvrir son beau timbre de voix, caractéristique aux chanteurs de Heavy. Oui, Pharaoh c'est du sérieux !! J'aime bien ce moment donné des albums de la même tranche, car c'est souvent à ce moment là que le groupe se lâche pour nous faire profiter de sa meilleure "matière". Alors ouvrez bien vos oreilles, c'est le moment !

Mention spéciale pour la suite de l'album avec le titre épique "Cover your Eyes and Pray", avec un son de guitare à défriser un chauve !!! 5 minutes de pur bonheur, où l'on pourrait se laisser tenter de se demander, en se tapant la tête par terre : "Mais pourquoi ce n'est pas le dernier ManOwaR !!!!!" (…) L'album se terminera par le titre éponyme "Be gone" qui conclue cette galette avec maints soli guitaristiques laissant une bonne sensation de "Heavy Métal Up In Your Face" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Comme je le disais plus haut, Pharaoh c'est du sérieux, c'est très bon Heavy Métal à la sauce Américaine, et j'ai bien hâte de voir ces quatre gars sur les scènes hexagonales, espérons !!…
 
Critique :
Note : 8/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 1330 fois