Chronique

CRYSTALLION - HATTÏN / Dockyard1 2008

Pour son deuxième album, le groupe germanique de power melodic metal influencé par Stratovarius, Rhapsody, Sonata Arctica ou encore Helloween, continu d’évoluer dans l’univers mythique et mystique des Templiers. Benjamin Gates en serait-il la cause ?

Comme il se doit, l’album débute par la traditionnelle intro qui ici se nomme « The ambush ». Au moins le ton est donné avec ces deux minutes à la musique épique et guerrière. Une mise en bouche de haute volée. Pour le premier vrai morceau de cette rondelle, c’est « Wings of thunder » qui s’y colle avec hargne soit-il dit au passage. Les mélodies fusent, la double est enclenchée et là le chant me dérange un peu. Et niveau paroles… pas terrible ; répéter ‘and we ride’ ou autre chose trente six fois ce n’est pas terrible.
Pour « Vanishing glory », c’est une intro posée qui est suivie d’une accélération. Par contre le son du synthé est étrange. D’ailleurs il en est de même pour le morceau suivant « Under siege ». Deux morceau qui évoluent dans du heavy power avec des guitares dévouées, des soli bien rock et d’autres plus mélodiques avec du synthé et une batterie à la double bien marquée.

L’intro de « The battle – Onward » me fait penser au générique de Magnum (vive la référence !). Le morceau envoie bien. Un tempo rapide, avec des breaks pour donner plus de patate à l’ensemble. Pour « The Battle- higher than the sky », le moment à retenir est le solo du milieu au milieu de la chanson qui se démarque bien, évoluant dans un esprit Sonata Arctica / Helloween pas dégueulasse du tout. Nouvelle originalité au niveau du titre de cette nouvelle chanson : « The battle – Saracen ascension ». Longue intro mélodique, avec de bons riffs pour une ambiance Helloweenesque période Keepers.

Pour conclure l’album, le morceau le plus long (11 minutes) avec « Preach with an iron tongue ». Le début est calme, posé, ce qui est quand même agréable. Après pas de grosse surprise : une montée, sa crie, un solo guitare, un passage synthé / batterie, et retour au chant pour terminer.

Conclusion : un album qui n’apporte rien du tout au genre. Du déjà vu. L’idée est là, mais dans ce milieu bouché, il faut trouver de nouvelles choses pour se démarquer. Un album sympa mais qui ne marquera pas les esprits quand même. Dommage car un tel ujet, les possibilités sont immenses…
 
Critique : Lionel
Note : 4/10
Site du groupe : Site officiel de Crystallion
Vues : 809 fois