Chronique

JOURNEY - REVELATION / Frontiers Records 2008

Journey n'est pas un groupe tout jeune , et même si le line up a pas mal changé depuis son premier album en 1976 , le nom de Journey est toujours d'actualité en 2008 . Alors l'impact de leur style de musique aujourd'hui est moins grand que par le passé , car nous sommes gavé de musiques riches et diverses . Ce qui nous amène souvent à faire les difficiles !

Si Journey était un tout nouveau groupe , on le qualifierait de Hard FM , d'ailleurs c'est ce que laisse à penser le premier morceau «never walk away», avec sa rythmique punchy et son refrain mélodique et ses guitares bien présentent mais non agressives .On poursuit avec une semi-ballade au solo très soigné et qui dégage une atmosphère particulière . C'est par la suite qu'on sent l'héritage musical du groupe au travers des décennies , car «change the better» nous renvoie directement aux années 80 avec ces sons de claviers un peu cheap ce qui est assez plaisant .

«wildest dream» est plus pêchu avec un riff de piano très réussi , avec un mélange d'instrument oriental ( il me semble que c'est un instrument à cordes Indou ) , des soli magnifiques et un chant qui fait penser légèrement à du Aerosmith , on verrait bien Steven Tyler au chant !
«Faith ine teh Hearthland» est dans un style entre le Sting et les U2 des années 80 ( et oui encore ! )
sur les couplets et les breaks surtout . Un titre vraiment sympa au final à la batterie qui pose le morceau comme il faut . Arrive la seconde «after all these years» , un peu kitch sur les bords , et quoique fort bien réalisé on tombe vite dans le cliché . On a quand même droit à un magnifique solo de guitare !

On continu avec nos clavier cheap sur le morceau «where did I lose Your love» . Nous nous retrouvons avec la chanson la plus typée années 80 de l'album ! On a même droit à un glissando de piano avant le solo aérien de guitare . Un morceau réussi ! Nouvelle ballade avec «what I needed» , moins cliché que la précédente cette fois ci , avec un des riffs plus intéressant et un refrain moins téléphoné au niveau musical, et un solo toujours aussi intense . On poursuit avec «what it takes to win» avec une rythmique atipique à la guitare , un chant un peu éraillé qui fait son effet et un refrain très agréable que l'on mémorise facilement : un bon morceau de plus sur cette galette ! Encore une nouvelle ballade (décidément ! ) avec «turn down the world tonight» avec des airs de Meat Loaf au chant période Bat out of Hell , ce qui n'est pas pour déplaire à l'auditeur . Le dernier morceau est un instrumental au début légèrement «pinkfloydesque» nous ramenant tout droit dans les glorieuses années du rock progressif :«journey(revelation)» teinté de percus , de chant indiens , de nappes planantes et d'une guitare solo au son magnifique ce qui clos d'une très bonne manière cet album . Et pour l’Europe , nous avons droit à un morceau bonus , «let it take you back» qui évolue dans un registre rock très plaisant et ne fait pas tâche comparer au reste de l'album.

Journey nous livre ici un album plus que sympathique, qui donne la pêche et nous fait voyager même si la musique n'est pas vraiment innovante . On passe un bon moment et c'est bien là l'essentiel !
 
Critique :
Note : 8/10
Site du groupe : Site officiel de Journey
Vues : 1188 fois