Chronique

ALGHAZANTH - WREATH OF THEVETAT / Woodcut Records 2008

Au premier regard sur la pochette, je crois que nous avons droit ici à un groupe de Black Métal pur souche, qu'en pensez-vous ? Attention, suspens …. Et bien bonne réponse !!!

En effet, ces finlandais maquillés n'arriveraient pas à cacher plus que ça le fameux pot aux roses… ce "Wreath Of Thevetat" n'est autre que la huitième concrétisation de ce combo (3 demos et 5 albums) au demeurant pas très connus. Pourtant une petite étincelle dés les premières notes me font dire qu'ils n'auront rien à envier à leurs pères.

Des les premières mesures, ce groupe pourra vous emmener vers les dédales glacés et obscurs d'un pur groupe de Black. Le son est très froid, très médium (surtout les guitares) et parviendra aisément à poser les fondations de tous bons groupes à prendre au sérieux.

Le plus marquant est l'utilisation de claviers très discrète par rapport à une batterie acoustique très en avant ce qui aura pour effet de vous rappeler les premiers Immortal ou Dissection. Les blasts très bien exécutés, et sans en abuser, vous emporteront inexorablement comme une énorme lame de fond, vers l'ambiance des pionniers du True Black Métal. Ah! nostalgie quand tu nous tiens…

Pour la petite histoire, l'album a été enregistré au «Tico Tico studio», studio finlandais où des "petits" groupes locaux y ont enregistrés comme Impaled Nazarene… le son est brouillon mais on pourra sentir encore les effluves de sang séché des derniers sacrifices perpétués.

Pour revenir aux claviers, n'étant pas un grand fan de cet instrument, la prestation sur le deuxième morceau "The Kings to Come", m'a réconcilié avec ceux-ci. Les nappes ainsi que les brèves interventions y sont des plus efficaces, servant le morceau à merveille, afin de remplir nos cœurs de pierre de spleen Black Metalleux. Sans être trop présentes, ces interventions seront dignes d'un bon musicien et arriveront à faire gagner en crédit tout le groupe.

Pour les guitares, malgré des riffs très épiques, limite Pagan, et la présence sur presque toutes les pistes de guitares acoustiques, il vous faudra un certain temps d'acclimatation à ce son très médium, presque agressif, qui aura du mal à se mélanger au reste des instruments. En parlant des instruments à cordes, notez que la basse, tenue pourtant pas le chanteur, est I-NEX-IS-TANTE !!!! Là au moins c'est clair.

Le seul point négatif est bien malheureusement l'intensité perpétuelle de tous les titres, qui s'enchaînent tous sans nous laisser le temps de respirer. Ce sont, je vous l'accorde, les limites de ce style de musique mais cela est quand bien même dommageable. Sinon pour chaque titre il y aura son lot de bons passages bien accrocheurs que je vais m'empresser de vite faire écouter à mes potes.

L'ensemble reste sérieux, crédible et ne tombe pas dans la parodie, ce qui est déjà une bonne chose. Tout y est et bien joué, Blasts, claviers, guitares acoustiques, chant, passages calmes. Et malgré un manque d'originalité cruel, ce groupe parviendra à vous occuper quelques temps.

Setlist : Moving Mountains / The Kings to Come / The Phosphorescent / On Blackening Soil / Rain of Stars / Twice-Born / Future Made Flesh / As Nothing Consumes Everything
 
Critique :
Note : 7/10
Site du groupe : Site officiel d'Alghazanth
Vues : 1037 fois