Interview

DAVID READMAN (2007) - David Readman (Chant)

Cela fait un moment que j’entends parler de cet album solo. Combien de temps t’a t-il fallu pour le faire, et pourquoi as tu voulu faire un album solo ?

David Readman : C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, et bien évidemment quand tu es chanteur cela rend les choses beaucoup plus faciles. J’ai aussi eu la chance de pouvoir faire cet album, et ce pour tout, l’écriture, l’enregistrement, l’organisation. J’ai aussi voulu faire une déclaration avec ce disque, avec mon nom dessus.

Il y a tout un tas d’invités sur ton album, plus ou moins connus. Peux tu nous les présenter s’il te plaît ?!

C’est une histoire un peu longue, et un peu compliquée, mais je vais essayer. I y a Dirk Bruinenberg à la batterie qui a travaillé avec moi sur les album de Adagio ; j’ai été très impressionné par son travail en studio et je savais que c’était lui qu’il me fallait. Un super gars aussi ! Chris Schmidt qui venait tout juste d’enregistrer avec Dennis Ward l’abum Sunstorm de Joe Lynn Turner. De plus c’était un très grand ami du groupe depuis des années. Pour la basse, c’est venu du moment où j’ai rencontré Paul Logue sur Internet, et où nous avons parlé de mon album solo. Je lui ai envoyé via le Net quelques mp3 et il a joué dessus. Pour la guitare ce fût moins simple. J’ai travaillé avec Uwe mais je n’ai pas voulu trop d’implication avec les autres membres du groupe, car c’est mon album solo, et je lui en ai parlé pour que tout soit clair. J’ai envoyé un e-mail à Alex Beyrodt, il a aimé l’idée, il a commencé à travailler et ça l’a fait.
L’étape suivante a été Tommy Denander, qui m’a été recommandé par Paul Logue, après avoir joué un solo dans Love In Vain. Je savais juste qu’il avait joué sur Long Way To Heaven. Pour le clavier, c’était clair, il me fallait Günter Werno, et Eric Ragno m’a envoyé un e-mail me disant qu’il l’avait rencontré au Prog Power à Atlanta, et qu’il aimerait se joindre au projet, pour quelques chansons. Une nouvelle fois, j’ai envoyé des morceaux via Internet.

J’ai toujours voulu te poser cette question: comment fais tu pour trouver toutes ces superbes mélodies ?

Les chansons viennent d’un peu partout en fait. Je prépare principalement des démos sur mon ordinateur dans mon studio. C’est de cette façon que je travaille ces derniers temps, tu peux changer plein de choses facilement et c’est bien pratique. C’est bien de jouer dans d’autres groupes, mais ça n’a jamais vraiment marché pour moi ; Comme j’ai toujours écrit des chansons pour Pink Cream 69 et d’autres projets, la phase de composition n’est pas un problème. Certaines chansons viennet des démos que j’avais faites pour Pink Cream 69 ces dernières années, pour m’appuyer comme chanteur dans le groupe. Je pense que la partie la plus compliquée est de travailler avec d’autres personnes. Certaines personnes ont des studios chez eux et savent comment enregistrer eux même la musique et ce avec aisance. Dans personnes se lancent dans ce domaine et il leur faut plus de temps pour faire le même travail, c’est pourquoi j’ai tout prévu dans les crédits, comme si c’était des moins de lecture d’e-mails, de téléchargement, et d’écoute du matériel dans mon studio. Sans Internet, tout cela aurait été impossible !

Vas tu partir en tournée pour présenter ton album aux fans?

J’espère bien. Je pense que ça sera pour l’année prochaine, car ce n’est aps facile d’avoir un groupe comme celui-ci. Les musiciens résident un peu partout dans le monde, Etats-Unis, Ecosse, Suède.

Pour moi, tu es un des meilleurs chanteurs de la scène metal actuelle. Dans quel genre d’album aimerais tu chanter, en temps qu’invité je veux dire ?!

En fait pour être honnête, Led Zeppelin, ou Van Halen serait vraiment la classe. Attendons de voir … (rires)

Maintenant, une question à propos de ton groupe qui a 20ans? Quel est ton impression sur ces 13 années passées avec Pink Cream 69 ?

PC69 et l’Allemagne ont été une très bonne chose pour moi, il y a eu de bons et de mauvais moment, comme tout le monde dans sa vie. Les gars m’ont donné la chance de rendre mon rêve réalité, de faire de superbes albums, et de voyager à travers le monde. Mais tout ça ne serait pas arrivé si je ne savais pas chanter…

C’est la fin de l’interview, ton dernier mot ?

Merci pour cette interview, et je suis impatient de rencontrer à nouveau les fans français. ‘Let there be rock !’


Merci


 
Critique : Guillaume
Vues : 1251 fois