Interview

RAGESTORM (2011) - Capitaine Napalm

Présent depuis quelques années sur la scène italienne, RAGESTORM est un fleuron de death metal. Après la sortie de leur dernier album, le groupe revient sur son parcours.


Quel sont vos préférences musicales ?

Nos découvertes metal sont très hétérogènes : hard rock, hard core, punk, folk et Presque tous les sous-genres… nous aimons écouter différents styles de metal.


Sept ans d’expériences, pensez-vous que votre musique a changé ?

Bien sur. Nous pensons que chaque EP est une évolution naturelle de son prédécesseur.


Qu’avez-vous appris depuis les débuts de RAGESTORM ? Vous rappellez-vous de quelques erreurs de jeunesse ?

En sept ans, nous avons appris beaucoup. Quand cette aventure a débuté, nous étions des jeunes de 16 pleins de lassitude sans aucune expérience tandis qu’aujourd’hui nous avons amélioré le processus d’écriture de nos chansons. Nous savons comment nous placer sur scène et quel comportement avoir en studio d’enregistrement. En outre, nous avons appris que l’amitié et la passion pour le metal sont les seules choses qui ont réellement de l’importance quand on fait parti d’un groupe et c’est probablement la plus grande leçon… il n’y a pas de regrets dans la vie de RageStorM !


Parlez-nous de votre dernier album…

Le nouvel album est le plus abouti, le plus complet et le plus brutal que nous n’avons jamais enregistré. Quand notre ancien chanteur a quitté le groupe, pour la première nous avons eut la chance d’écrire tout ce que nous voulions. The Meatgrinder Manifesto est le résultat de la liberté. Les titres sont variés, nous avons des riffs rapides et extrêmes, on trouve aussi des mid-tempos et des parties mélodiques. Nous avons passés beaucoup de temps à écrire les paroles car nous voulions créer un petit manifeste de ce que nous pensons de la société.


Pourquoi avoir choisi ce titre pour votre album ?

Nous l’avons choisi ainsi car il représente à la perfection l’album. Il évoque le sens des paroles, elles représentent toutes une partie de notre opinion (notre manifeste) sur le monde et ses 5 nouvelles chansons sont les plus percutantes que nous avons écrites.


Que préférez-vous dans cet album ?

Pour être honnête, nous sommes satisfaits par chacun de ces morceaux. Si je devais choisir une seule chose, je dirais que je suis particulièrement fier des paroles de The Meatgrinder Theory. Ses idées sont derrière le concept.


Quel est le style qu’aborde RAGESTORM ?

D’après moi nous somme plus proche de death metal suédois avec du thrash et des influences de metalcore. Par comparaison, The Meatgrinder Manifesto ressemble à un album de Canibal Corpse, vous serez d’accord avec moi.


Un mot sur la cover…

La couverture a entièrement été réalisée par notre guitaristE principal ? Tele et c’est dans cette simplicité qu’il représente une humanité complètement asservie par les Lourdes machines de la société.


Quelles sont les réactions face à THE MEATGRINDER MANIFESTO ?

Malheureusement, je dois admettre qu’excepté quelques exceptions comme les SEIGNEURS DU METAL. Les réactions sont un peu moins positives que nous l’aurions cru.


Ce bruit qu’on entend dans l’intro faisant référence à des machines est ingénieuse…

L’idée était de placer l’auditeur au milieu de ces bruits d’engins pour qu’il soit dans l’ambiance de ce qui suivrait avec l’album.


Quel est le thème principal que vous avez abordé ?

Comme je l’ai dis précédemment, The Meatgrinder Manifesto est un album concept. Au commencement, les paroles de The Meatgrinder Theory, qui sont une sorte de transposition moderne de l'antique mythe de Platon sur la grotte. Ces paroles sont une explication générale de notre opinion sur le monde tandis que les autres titres sont une corollaire que nous avons utilisé pour parler decertains problèmes comme l’indifférence, la dictature des médias, les théories étranges le nouvel ordre mondial.

Une bonne surprise (pour moi), c’est de trouver dans votre album puissant et agressif des passages mélodiques. Pourquoi ce choix ?

RageStorm a toujours été puissant, agressif avec des passages mélodiques. Il n’y a aucune cassure à ce niveau là. Les vocaux sont plus puissants car notre nouveau chanteur hurle mieux que le precedent.


Where Health Means Death, j’aime beaucoup ce titre, ses paroles. De nos jours, beaucoup de choses pourraient aller mieux avec le progrès, ce n’est pas le cas. Qu’en pensez-vous ?

Nous pensons que les industries pharmaceutiques représentent le meilleur exemple de désintéressement complet de la vie humaine. Les individus sont traits comme des putains d’animaux pour augmenter leur profit. Nous croyons que le progrès seront inutiles tant que le monde sera infecté par le capitalisme.


A travers votre musique, vous apportez un message contre ces absurdités. Quelques kilometres qui nous séparent, pourtant nous entendons parlé de Berlusconi et des affaires qu’il suscite. J’imagine, de ton côté que l’image donner par notre president est loin d’être exemplaire et terni la reputation des français. Quelle est ton opinion là-dessus ?

Silvio Berlusconi est un fils de pute. Il devrait pourrit en prison jusqu’à sa mort. Je ne connais pas la politique française et je n’ai aucune idée precise sur Sarkosy. Certains disent qu'il est comme un "petit" Berlusconi, si vous voyez ce que je veux dire ce que je veux dire, alors si je peux vous donner une petite suggestion, faîtes très attention !


Revenons à un sujet plus plaisant… comment s’est déroulé l’enregistrement ?

La session d’enregistrement a été drôle comme d’habitude, nous faisons toujours des choses stupides en studio. Nous avons enregistré à Aoste, dans le nouveau studio de l’un de nos amis.


Quelles sont vos principales influences ?

Bien, comme je l’ai dis précédemment, nous avons plusieurs influences, pas seulement du metal. Quand nous avons écrit notre album, nous avons principalement influence par Behemoth, Job For A Cowboy, Krisiun et Hypocrisy.


Votre opinion sur la scène metal. Quel est le paysage musical en Italie ?

La scène musicale est pathétique comme partout en Italie. Il n'y a aucun moyen d'avoir de l'espace médiatique, si vous ne jouez pas une saloperie de musique commerciale facile d’accés, alors le metal, le hardcore et le punk, tellement de groupes de métal, hardcore doivent survivre et son en quelque sorte perdu dans l’oubli, sans aucune aide de personne. Le problème, c’est cette condition très difficile, en vallée d’Aoste (c’est une région de 128 000 personnes) il y a seulement 3 groupes de metal.


Quel serait votre groupe favori ?

Nous écoutons des musiques très différents, ce serait compliqué de répondre. Le seul groupe que nous aimons tous est Hypocrisy.


Votre rêve, jouer en tournée avec ?

SLAYER


Avez-vous d’autres projets ? Des dates en France peut être ?

Nos prochains concerts sont en Italie, à Turin et Varese. Pour les dates françaises, nous attendons de voir jusqu’en septembre. Nous partagerons probablement la scène de Broken Mirror qui est très bon groupe d’Annecy.


Qu’avez-vous prévu d’ici la fin de l’année ?

Oui, nous avons une tournée européenne avec nos amis de Broken Mirror. Nous allons jouer en France, Italie, Autriche, Suisse et eut être dans d’autres pays de l’est. Nous travaillons pour l’organisation de ces dates. Pour le moment, nous allons continuer d’écrire de nouvelles chansons, notre principal projet est d’enregistrer notre premier album.


Si tu veux ajouter quelque chose, c’est à toi…

Bien, que pourrais-je dire… si tu apprécies The Meatgrinder Manifesto, soutien-nous sur facebook et youtube, vice versa sit u veux écouter pour la première fois, écris à l’adresse suivante : ragestorm@hotmail.it et nous t’enverrons l’EP gratuitement par mail. Dans tous les cas, nous espérons te voir dans la fosse tôt ou tard !!

 
Critique : Alisia
Vues : 1193 fois