Interview

EPICA (2012 - Version française) - Coen Janssen - Claviers

Une des premières date de la tournée, et il est temps pour Coen Janssen de répondre à mes questions concernant le dernier album d’EPICA « Requiem for the Indifferent ».
Dans une bonne ambiance, avec un verre, mon assistante MJ, Monsieur Coen Janssen et moi-même ont changé ce petit moment de temps en ceci :

SBM : Alors merci beaucoup pour ton temps ! Vous êtes de retour en France et ça faisait un moment. C’est une des première dates de la tournée alors comment tu te sens en ce début de tournée où vous présentez le nouvel album au public ?


Coen : Nous sommes très excités d’être à nouveau sur la route, et commencer à Lyon est vraiment cool, cette salle est toujours super pour nous, grosse scène, bonnes lumières… D’habitude le dernier show de la tournée est autour de Lyon et maintenant c’est par là qu’on commence et c’est assez cool.
On a été au zoo de l’autre côté de la rue ce matin, c’était génial.

Oui je vous ai vu y’a quelques heures (Rires)
Comme je disais, vous êtes de retour en France avec un nouvel album ET un nouveau bassiste. Avez-vous anticipé le fait que Yves quitterai le groupe ?


Ben si tu regardes en arrière, bien sur il ya eu des signes mais tu t’y attends jamais… Après ça bien sûr tu peux dire « Il y avait des signes » ou « On aurait du le voir », mais il n’y avait aucun moyen pour lui de combiner la tournée avec EPICA et son autre job, donc il devait choisir entre deux choses qu’il aimait et je suppose que c’était la meilleure chose à faire…
Et maintenant on a Rob !

Et comment a-t-il rejoint le groupe ? Je sais qu’il a travaillé avec Mayan avec Mark, Isaac et tout ça, mais comment vous a-t-il rejoint ? Mark l’a appelé ?

Et bien on était tous ensemble, parlant du remplacement d’Yves et il était en haut de la liste, donc on l’a appelé et il a dit oui ! Donc oui c’est vraiment génial mais malheureusement aujourd’hui il n’est pas là parce que ses problèmes de santé continues, donc il ne sera pas là pour les premières dates…

Mais qui jouera la basse ?

La basse sera jouée par un ordinateur (Rires)

Ça va faire bizarre !

Oui sûrement mais c’est la seule chose qu’on pouvait faire dans ce courts laps de temps. Bien sûr on a les parties enregistrées en studio et on peut les passer… Mais il y aura un message sur le site dans une heure… Mais oui la santé passe avant, et c’est vraiment important pour Rob de se reposer maintenant.

Pas de problèmes je suis sûr que les fans vont comprendre…

Oui j’espère… au moins on jouera et on va s’amuser ce soir ! Sûr !

Sûr ! Et à propos de « Requiem for the Indifferent », l’album semble plus complexe et peut-être moins facile d’accès que les autres , alors comment avez-vous abordé l’écriture de l’album ?

Et bien… On fait pas réellement ça dans le but de faire complexe ou autre… Je pense que c’est moins complexe que les autres, mais ce n’est que mon opinion. Mais tu sais, on écrit toujours de longues chansons qui ont des parties techniques mais je ne sais pas si elles sont plus ou moins complexes…

Oui mais à la première écoute je l’ai trouvé plus complexe qu’un « Consign to Oblivion »…

Les premier albums sont bien moins complexes, et bien sûr, maintenant il faut plus écouter, et la première fois c’est très difficile de comprendre un album d’EPICA je pense, et c’est pourquoi je dis que c’est pas complexe parce que j’ai l’album en tête depuis à peu près un an (Rires)
Mais quand tu l’écoutes plusieurs fois tu commences à sentir les chansons, les idées et tout…

Oui quand je disais complexe, je pensais dans le sens « plus riche »… A propos des riffs, des structures, des parties, des mélodies…

Oui c’est vrai…

Voilà ce genre de complexe… Plus riche !

Ouais, Isaac a été avec nous sur l’écriture depuis le début, il a donc eu tout le temps de faire donner ses propres riffs et c’est terrifiant sur l’album, on a vraiment bien travaillé et le rendu est génial. Et certaines parties, les orchestrations, surtout les sons arabisants marchent très bien, plus riches que les précédents albums.

Il semble que le côté death métal d’EPICA a grandi depuis qu’Isaac et Arjen ont rejoint le groupe. Es-tu d’accord ?

Peut-être que les albums passés était un peu plus… Agressifs, mais je pense qu’on veut rester un groupe mélodique. C’est facile pour nous avec notre chanteuse de faire des chansons pop ou rock et virer le côté métal. Mais on aime tous le métal et c’est pour ça qu’on est dans ce groupe, et on garder ça comme ça. Bien sûr il y a des côtes plus simples mais on aime l’occasion de mettre des blasts ou des grunts et de l’agressivité, et c’est aussi plus fun à jouer ! (Rires)

(Rires) pas de problèmes j’aime ça !
Et le côté death a aussi grandi avec les thèmes abordés dans les textes. Maintenant les paroles sembles plus critiques sur la société, l’humanité… Donc penses-tu que les paroles ont influencées la musique ?


Les paroles arrivent toujours en dernier sur nos albums. On écrit d’abord la musique et Simone et Mark écrivent les paroles donc je pense pas que les paroles influencent vraiment la musique, mais bien sûr quand ils commencent l’écriture, la musique qu’ils voient représente un certain sujet… Je pense qu’on a toujours été critique sur la société dans chacun des albums, mais ça devient plus évident vu la société... part en couilles (Rires)

T’as raison !!
EPICA semble être une vraie démocratie, tout le monde participe à l’écriture, donc comment travaillez-vous ensemble ?


En fait, ça passe par internet ; on envoie les fichiers et la musique qu’on a aux autres et là il nous revient de nouvelles idées, et tout à la fin on se réuni pour travaillé sur des détails spécifiques, mais c’est principalement par internet.

Ok donc vous ne vous réunissez pas ensemble pour jouer…

Non… on vit dans des lieux assez éloignés… Isaac a juste déménagé à Munich en Allemagne, c’est à sept heures de voitures donc c’est dur de se voir. Mais avec les trucs techniques de nos jours, avec ProTool et les ordis tu peux tout envoyer et c’est assez facile.

Oui totalement…
Sur cet album, Simone chante d’une façon vraiment différente, plus… pop et moins lyrique comme tu disais. C’était un choix ou une évolution naturelle de votre musique ?


Les deux je pense… Personnellement je n’aime pas réellement les sons opéra… Tu sais quand Simone a commencé, quand nous avons commencé, Simone était très jeune et n’avait pas beaucoup d’expérience dans un groupe ou devant un public. Bien sûr elle a grandi pendant ces dix dernières années passées à tourner autour du monde et faire plein de concerts, et je pense que le truc bien sur cette évolution et qu’elle peut faire beaucoup plus de choses avec sa voix. Bien sûr elle peut toujours faire du lyrique ou opéra, on en a aussi sur cet album, mais il faut trouver le bon équilibre… Moi je préfère la nouvelle façon de chanter. Je pense que ça colle aussi mieux à la musique même si on est toujours ce groupe gothico symphonique.

Et comme je disais, ça enrichie la musique…
Sur cet album, on a beaucoup de solos, la plupart rock. Et on a aussi un solo de claviers sur « Infernal Warfare » qui sonne vraiment comme un solo de Children of Bodom… Est-ce vrai ou c’est juste mon imagination ?


Non je n’ai pas réfléchis à ce son, je ne connais pas si bien Children of Bodom mais je sais que le claviériste est rapide et énorme… Et je ne joue jamais de solo aussi…

Oui c’est la première fois qu’on en entant un !

Oui c’était une sorte d’expérience, le solo de « Infernal Warfare » était expérimental, il était dans une autre partie en fait et on a échangé puis comme il manquait des parties à remplir alors… « Hey ! Essayons un solo de claviers » et ça a bien marché finalement, donc c’est comme ça que ça marche. Mais bon j’ai juste essayé quelque chose avec le thème de la chanson, voilà comment ça s’est retrouvé là.

Et tu aimes jouer des solos ou tu préfères rester en retrait sur un album, ou même en live ?

Oui j’aime ça, j’ai un solo maintenant et c’est cool ! Mais je suis pas le genre joueur de solo, je me vois plus comme un joueur de piano, accompagnateur plus que soliste mais je peux le faire si je le dois… Mais j’aime aussi jouer ça en live…


J’espère qu’on l’entendra ce soir…


Huumm je pense qu’on va la jouer… Je suis pas sûr, ça dépend des différentes set lists qu’on a, et ce soir c’est la première date de la tournée donc je sais pas… (Rires)

(Rires) Surprise !
Et considères-tu « Requiem for the Indifferent » comme un concept album ? Ou juste des chansons indépendantes avec un thème récurrent ?


Et bien les chansons n’ont pas le même thème… On ne l’a pas écrit comme un concept album mais je pense que la base de la pensée est là : c’est un requiem pour les indifférents vraiment. Je pense que chaque chanson a quelque chose à voir avec le titre mais on n’est pas partie comme ça au départ, c’est plus venu à la fin. C’est pour ça qu’on a choisit cette chanson pour le titre.

Et penses-tu que l’expérience Mayan a influencé le nouvel album d’EPICA ?

Peut-être, mais tu sais je n’étais pas dans Mayan (Rires)…
Je pense qu’il a perdu un peu d’agressivité sur le projet Mayan, donc peut-être que cet album aurait été plus dur, mais EPICA c’est EPICA, c’est différents compositeurs. Frank et jack ne sont pas d’EPICA, donc ils ont écrit plupart des parties de Mayan avec Mark, et Mark écrit les trucs d’EPICA, donc Isaac et Arjen n’écrivent pas réellement pour Mayan en fait. Mais bien sûr il y a des chevauchements parce que c’est basiquement les mêmes personnes impliquées.

Ok ! Et juste une chose à propos de la chanson « Serenade of Self Destruction », il y a eu un petit souci, peux-tu nous expliquer ce qu’il s’est passé ?

(Rires) Non c’était un gros souci… !
Pour le CD bonus, on avait ajouté une version instrumentale de l’album, c’était seulement pour l’édition limitée, et d’une certaine façon, à la fin, quand ils ont fait le mastering final, les chansons se sont échangées et la mauvaise chanson a fini sur le CD et on n’a rien vu…
Et le soir avant la sortie on avait nos CDs et on a dit « Et si on le passait » et quand on a entendu la mauvaise chanson, ça a été « Noooonnn !! », c’était un soir horrible, je peux te le dire…

Et… Est-ce si grave ? Je veux dire, comme vous avez dit sur le site, on a un collector non ?

Oui tu le voir comme ça finalement et c’est ok, mais quand tu bosses deux ans et demi sur l’album c’est vraiment dur d’accepter que quelque chose cloche… Mais je pense que les choses se sont arrangées vu qu’on en a parlé sur le site et offert la chanson à ceux qui ont la mauvaise version de l’album, pour arranger les choses…
Et c’est pourquoi on va jouer la chanson en live autant qu’on pourra.

Super choix !
Vous allez tourner en Europe maintenant, mais quels sont les plans pour l’automne ? Tournée US ou quelque chose comme ça ?


Oui, on va d’abord faire quelques festivals dans l’été puis ensuite l’Amérique du Sud, l’Amérique du Nord et le Canada, and finalement à la fin de l’année, on va essayer de faire quelques concerts en Angleterre et pays scandinaves et… On sera déjà en 2013 alors… on verra pour la suite !
On va d’abord tourner, tourner, faire des concerts et tourner encore.

Et avez-vous pensé à enregistrer un concert de la tournée pour un DVD ?

Non pas encore… On fête nos dix ans de carrière cette année et on verra si on peut faire quelque chose de spécial à ce sujet mais ça sera après la tournée donc début 2013 ou quelque chose comme ça…

Ok, parce que le dernier live c’était « The Classical Conspiracy » et c’était y’a environ quatre ans…

Bien on y pense, on verra ce qu’on peut faire. On a eu beaucoup de boulot pour préparer l’album et la tournée et… Tu seras au show ce soir ?

Ouais bien sûr !

Et bien on va faire tout un tas de truc spéciaux, c’est la première fois qu’on amène notre propre camion avec tous le matos, et je suis sur que ça sera énorme…

J’espère mais je te fais confiance !
Le temps passe, donc je crois qu’on arrive à la fin de cette interview… Je te laisse donc les derniers mots si tu veux dire quelque chose aux fans français ?


« Je t’aime les français » (en français dans l’interview) !! (Rires)
C’est vraiment génial d’être France, à chaque fois les gens sont vraiment enthousiastes et spécialement dans cette salle. Je pense qu’on y a joué quatre fois ou un truc comme ça, et chaque show a été énorme, vraiment un public cool. Donc c’est toujours un bon endroit pour nous !!

Très bien ! Merci beaucoup pour ton temps et à tout à l’heure !

De rien ! À tout à l’heure !
 
Critique : SBM
Vues : 1470 fois