Interview

ELUVEITIE (2014 - Version française) - Chrigel Glanzmann (Chant, flûtes, mandoline)

Je me sens en veine aujourd’hui. J’ai la chance et l’opportunité de rencontrer le cool leader d’ELUVEITIE : Chrigel. Je voulais lui parler d’ « Origins » pas seulement de l’aspect musical, les paroles sont également très importantes pour le groupe. Et Chrigel est la bonne personne pour répondre à ces questions sur la culture celtique, les thèmes, l’iconographie.
On a eu une bonne discussion qui ressemblait à peu près à ça :

SBM : Bonjour Chrigel et merci de répondre à nos questions ! Vous êtes de retour de la tournée américaine et malgré le show que vous avez dû stopper à Boston à cause de l’alarme incendie, comment s’est déroulé cette tournée ?


Chrigel : (Rires) : Super ! Vraiment tout était super !

Et maintenant vous être de retour sur le vieux continent et la plupart des concerts français sont sold out. Etait-ce quelque chose que vous attendiez ?

Je pense que tu ne peux jamais attendre quelque ça tu sais et c’est ce qu’on fait, on n’a pas d’attentes, mais bien sûr c’est toujours quelque chose que tu aimerais. Donc ouais on est très content et reconnaissant bien sûr.

Je pensais que sur cette tournée vous utiliseriez votre matériel Honda, à cause de votre partenariat, mais ce n’est pas le cas. C’est quelque chose d’assez inhabituel pour un groupe donc en fait comment vous en êtes venus là ?

Honnêtement je ne suis même pas tout à fait sûr. Je pense qu’un de ces gars a commencé à parler à notre manager, et l’origine de ça c’est que le type qui est responsable de la promotion de Honda en Suisse est en fait un fan d’ELUVEITIE et ils cherchaient un nouveau moyen de promouvoir leurs voitures et surtout les motos. Et c’est tout, ils cherchaient un nouveau original de présenter leurs motos au public, je pense que c’était l’idée de départ.
Puis on a commencé à en parler entre nous et on s’est dit que ça serait bien, l’alchimie était très bonne et on a passé de bons moments ensemble.

Ouais j’étais surpris au début mais pourquoi pas ?
Bon parlons un peu d’ « Origins » maintenant… Quand j’ai écouté la première fois l’album j’ai l’ai trouvé plus agressif, plus sombre, avec des gros riffs death mélodique, tu es d’accord avec ce constat ?


Oui absolument, je le pense vraiment.

Quelle en est la raison ? Est-ce à cause du sujet abordé ou autre chose ?

Hum… oui et non. D’un côté, quand j’écris une chanson, j’écris les paroles après la musique mais quand je commence à écrire la musique, je décide plus ou moins de ce dont elle va parler, sans avoir de paroles concrète mais je sais ce sur quoi je vais écrire. Donc sur chaque chanson j’essaye d’exprimer le contexte lyrique aussi au travers de la musique. Donc dans ce sens oui, ça a quelque chose à voir avec le sujet mais ne n’était pas une décision, je ne me suis pas consciemment dit « Ok c’est parti faisons des chansons plus agressives » ou quelque chose comme ça.
Tu sais quand j’écris une chanson, c’est toujours naturel, c’est un procédé organique, quasiment une intuition. Ça grandit un peu comme ça.

Oui et d’un autre côté on a aussi tous ces éléments folks, typiques du son d’ELUVEITIE. Et ce que j’apprécie vraiment c’est que tous ces instruments se mêlent très bien, ça sonne tellement naturel et jamais cacophonique ! (Rires) Comment fais-tu ça ?

(Rires) Merci beaucoup mec ! Je suis content que tu penses ça.

Ben je le pense ! Tu as du violon, des flûtes, de la vielle à roue etc… mais tout s’emboite parfaitement, et en tant que compositeur principal, je voulais connaitre ta recette.

Et bien en fait si je veux être libre… Non je ne peux pas dire ça, je suis libre mais… Je dois toujours me concentrer pour ne pas trop composer tu vois, j’aimerais en mettre plus, mais j’essaye de pas mettre trop d’instruments ou autres mais ce n’est pas quelque chose de difficile, ça se fait naturellement quelque part. Et quand j’écris des chansons, comme je disais, ça grandit dans ma tête mais j’écris toujours tout ensemble, je n’écris pas la guitare et ensuite et ensuite le violon qui pourrait aller dessus.

Quel est ta formation musicale qui te permet de composer toutes ces choses, quand as-tu commencé la musique ?

Je ne sais pas, je pense que ça a toujours été là. Je me rappelle avoir commencé mon éducation avec la guitare classique ; c’était la première fois que j’apprenais à jouer de la musique et c’était il y a 33 ou 34 ans. Et depuis je joue de la musique.

Certaines chansons d’ELUVEITIE ont emprunté des mélodies folks traditionnelles sur des chansons comme « Iris Mona » ou « Luxtos ». Vous avez fait de même sur « Origins » ?

Oui !

Sur la chanson « Celtos » ?

Oui mais… il y a toujours pas mal de parties traditionnelles. Et « Celtos » contient, je pense, trois mélodies traditionnelles, mais aussi « Origins », « The Nameless » ou « From Darkness ».

Et cette fois ci tout tourne autour des Gaulois, pourquoi ce choix ? La dernière fois c’était sur les Helvètes.

C’est la même chose… Gaulois est juste un autre mot pour « Celte ». Les Romains appelaient les Celtes « Gaulois » et le mot grec pour ça était « Celte ». Donc ça signifie exactement la même chose.
Et c’est le même sujet pour tous nos albums, c’est ce dont parle ELUVEITIE : la culture celtique et l’Histoire ou la culture Gauloise, tu peux l’appeler comme tu veux, de toute façon c’est la même chose.

Merci beaucoup pour la clarification ! Cette fois tu as aussi fait beaucoup de recherches sur leurs cultures et leurs croyances. Dans le livret tu écris, dans les notes, que beaucoup de choses ne peuvent pas être trouvées parce que les druides n’écrivaient pas les choses religieuses. Est-ce que tu as été, en un sens, déçu de ne pas avoir trouvé de réponses à ce sujet ?

Je n’étais pas déçu parce que ce n’était pas quelque chose de nouveau ; c’est une connaissance commune, c’est comme ça. Beaucoup de connaissances de la mythologie celtiques sont perdues. La culture celtique est un peu comme tu disais : Plus tu en sais, plus tu te poses de questions… Ouais c’est ça ! (Rires)

Et vous avez choisi d’écrire des chansons individuelles avec un thème récurrent plûtot qu’une histoire entière. As-tu hésité à écrire par exemple l’histoire du roi dont il est question dans la chanson « King » : Anti…

Ambicatus.

Ouais merci ! Donc as-tu déjà voulu faire quelque chose comme ça ?

Ouais peut-être un jour… Le truc c’est qu’il y a quelques personnages de la culture celtique que nous connaissons : Ambicatus par exemple. Mais maintenant on ne sait pas grand-chose sur la plupart d’entre eux. Ambicatus est une bonne exception parce qu’on sait quelques petites choses sur lui. Ce n’est pas ce qu’ « Origins » est supposé être, mais peut-être qu’un jour on pourrait faire quelque chose comme ça. Pourquoi pas ?

Et pour la couverture tu as choisi d’utiliser le halo de marteaux de Sucellos. Pourquoi as-tu choisi cette iconographie plutôt que de le représenter sous forme humaine ?

Dès que j’ai fini le concept de « Origins » il était très clair que je voulais quelque chose de simple et probablement assez abstrait pour la pochette et aussi quelque chose qui symbolise le contenu des textes. Donc j’ai commencé à faire quelques recherches et j’ai aussi travaillé avec un professeur de l’Université de Zurich qui est spécialisé dans les arts celtiques parce qu’on voulait aussi quelque chose qui soit… peint ou quelque chose dans le style utilisé par les Gaulois à l’époque.
Mais en fait il n’y a pas de symbole, quelque chose qui représente la spiritualité celtique. Par exemple si « Origins » avait été un album conceptuel sur la religion catholique, ça aurait été le crucifix. Mais l’album est surtout axé sur les contes étiologiques ce qui signifie les mythes originels et toute la mythologie qui les accompagne, comme d’où viennent les Gaulois.
Il y a quelques histoires, quelques mythes à ce sujet là et dans la plupart des mythes il y a un dieu celtique qui y joue un rôle important. Et aujourd’hui nous ne connaissons pas le nom de ce dieu, il est perdu mais il y a beaucoup de thèses scientifiques au sujet de qui pourrait être ce dieu sans nom. Et la plupart de ces thèses établissent qu’en fait Sucellos serait ce dieu sans nom, c’est pourquoi on a fini par choisir le halo de Sucellos parce que dans la plupart des mythes originels gaulois il joue un rôle important et il est comme… Le père originel, l’ancêtre...

L’origine…

Oui exactement ! C’est pour cela qu’on a fait ça.

Il y a un mot qui revient souvent dans l’album : « Autumnos », et ce n’est pas expliqué dans le livret. Au début je croyais qu’il s’agissait d’un dieu ou une personne mais après quelques recherches j’ai trouvé qu’en fait c’était un mot gallo-breton, « Ande-Dubnos » qui signifie « Monde inférieur ». Et ça colle entièrement avec l’idée des gaulois descendant d’un Dieu chthonien. J’ai bon ?

Hum… Oui et non, en fait ça signifie « Autre Monde » qui est l’équivalent celtique du monde inférieur. Tu sais les grecs et les romains avaient ce genre de concept sur le monde inférieur, comme l’enfer ou un truc du genre. Mais les celtes n’ont rien de tout cela ; ils n’ont pas d’enfer ou de paradis, ils ont juste ce qui est au-delà. Ils l’appellent « Autre monde » ou « Autumnos », mais pour les celtes c’était aussi le royaume des morts mais ce n’étaient pas quelque chose de mauvais, dans la pensée celtique les ténèbres ne sont pas quelque chose de mauvais, c’est en fait l’origine de tout et la mort n’est non plus quelque chose de mal. Donc pour les celtes c’est l’endroit au-delà.

Où la mort n’est qu’une autre étape.

Ouais et c’est une bonne chose, et en le traduisant littéralement ça donne « Autre monde », le monde des Dieux, le monde des âmes. Si tu meurs tu pars pour l’autre monde et c’est aussi ce que croyaient les gaulois, qu’en fait tu venais de là et que Sucellos était leur père, il était un Dieu dans cet autre monde, et ils sont originaires de là, et ils sont ensuite venus sur Terre.

Tu aimes cette philosophie ? Est-ce que, d’une façon, elle te guide dans ta vie ? Des concepts comme « La mort n’est pas la fin » ?

Oui, honnêtement, pour moi, la pensée celtique a beaucoup de sens, avec beaucoup de choses, pas seulement ça, il y a beaucoup d’aspects qui sont raisonnable de mon point de vue.

Ok merci beaucoup ! Et après cette leçon d’Histoire revenons un peu à l’album. Vous avez enregistré la chanson « Call of the Mountain » dans les quatre langues de la Suisse. Je trouve ça vraiment cool, comment ça vous est venu ?

C’est une idée que j’avais en tête depuis plusieurs années maintenant, mais initialement c’était juste pour le fun. On a eu l’idée et on a pensé que ça serait cool donc on voulait déjà faire ça pour une chanson d’ « Helvetios » mais on n’a pas eu le temps. Donc pendant la production d’ « Origins » l’idée est revenue et on a eu le temps donc on s’est dit « Ok cette fois on le fait »

Mon seul regret est qu’Anna est la seule à chanter dans les quatre langues, j’aurais adoré d’entendre chanter en français, tu penses que tu le feras un jour ?

Honnêtement c’était un peu un accident parce qu’on l’a réenregistré environ un mois après l’enregistrement le l’album et en fait je chante dans la version anglaise.

Vraiment ?

Ouais les chœurs c’est moi en fait mais c’est très haut, un peu trop pour moi. J’ai pu le faire mais c’était un poil au-delà de mes limites, j’ai du mal à faire ça. Mais quand on a enregistré l’album, j’étais en plein milieu de l’enregistrement du chant donc ma voix était échauffée mais un mois plus tard quand on est retourné au studio pour enregistrer les quatre langues ça ne marchait plus et on avait juste une journée donc c’était ma seule chance : je l’enregistre maintenant ou jamais donc j’ai essayé mais ça ne sonnait pas bien.

En fait je pensais plutôt à une chanson comme « The Nameless » ou « King » avec du growl.

Tu veux dire chanter quelque chose comme ça dans différentes langues ?

Ouais exactement !

Hum ça serait cool ouais ! Pourquoi pas ! Peut-être un jour !

J’espère vraiment ! Et du coup vous allez la jouer ce soir ? Et si oui vous la ferez en français ?

Je ne sais pas encore (Rires)

Surprise ?

Ouais c’est une surprise pour tous les deux ; parce qu’on demandera au public de décider dans quelle langue ils voudraient l’entendre ; donc on ne sait pas.

J’espère qu’ils choisiront la version française ; ça serait super pour un concert français complet !
Est-ce que vous sortirez également un autre album entièrement acoustique ou un DVD live ?


Et bien je peux déjà te dire qu’il y aura une partie 2 à « Evocation ».

Oh c’est super ça !

Un DVD… Je ne sais pas encore, on est en train de penser à ça depuis un petit moment maintenant mais il n’y a pas de projet concret. Ce qu’on a décidé jusque là c’est que si on fait un DVD on veut quelque chose de spécial et pas juste un simple DVD live…

Peut-être avec un concert spécial, avec un orchestre complet, un truc comme ca ?

Oui peut-être un truc comme ça, mais aussi avec … tu sais un reportage complet de tournée, ou un reportage de tournée sur plusieurs continents et les concerts de festival, avec beaucoup de trucs en coulisse.
En fait on a commencé à filmer la tournée US, on avait un caméraman avec nous pour toute une semaine mais comme je disais nous n’avons pas de plans concrets, on réunit juste du matériel et peut-être qu’un jour on verra ce qu’on va en faire.

En parlant de festival, vous étiez cette année au festival français « Hellfest ». Vous avez apprécié le festival ?

Oui c’était génial j’ai toujours voulu jouer au Hellfest !

Donc vous serez là aussi l’année prochaine ?

Je ne pense pas… Je ne pense pas qu’ils vont mettre le même groupe deux ans d’affilé.

Ça arrive pour quelques groupes…

Pour quelques groupes oui mais c’était notre première fois donc je ne pense pas qu’ils nous reprogramment… Je ne sais pas mais je ne pense pas.

Ok donc peut-être l’année suivante.
Dis-moi, as-tu des projets personnels à côté d’ELUVEITIE ?


Hum… Certains d’entre nous oui. Anna a son propre projet solo qui s’appelle tout simplement « Anna Murphy » et parfois elle joue aussi dans d’autres groupes. Mais c’est toujours une histoire de temps ; j’ai aussi un projet personnel, c’est de la musique folk celtique purement traditionnelle, acoustique, j’ai commencé ça il y a quelques années, quelque chose comme 2010, pendant la tournée européenne. Mon idée de base était d’avoir l’album prêt avant cette tournée, mais on est en 2014 et je n’ai même pas commencé à enregistrer. Ça se passe toujours comme ça mais peut-être un jour… J’espère.
Et Päde, notre joueur de cornemuse, et moi-même avons toujours ce groupe de folk que j’ai fondé à peu près six mois avant que je fonde ELUVEITIE, mais le groupe n’est plus actif depuis environ six ou huit ans, mais on ne s’est jamais officiellement séparés donc peut-être un jour on enregistrera un autre album.

Je pense que tu seras toujours débordé alors !
Je pense aussi qu’on est arrivé à la fin de cette interview donc je te laisse les derniers mots si tu veux conclure ou laisser un message aux fans français !


Premièrement : merci à toi pour cette interview…

Mais de rien…

Et bien sûr merci à tous les lecteurs pour s’intéresser au groupe ! Merci à tous !

Merci à toi mec !
 
Critique : SBM
Vues : 1485 fois