Interview

WILD DAWN (2015) - Greg (chant / guitare rythmique)

Suite à un EP fort sympathique intitulé « Bloody Jane’s Shore » dont la chronique est disponible sur notre site, voici une interview réalisée avec Greg par email.

Bonjour à toi, peux-tu présenter WILD DAWN aux lecteurs des Seigneurs du Metal ?

Salut !
 Donc Wild Dawn, groupe fondé à Orléans qui envoi du gras sauce gras depuis maintenant 7 piges ! 

En 2008, Romain avait son groupe et moi (Greg) je commençais la guitare. Je voulais intégrer le groupe de Romain qui ne le voulait pas car j’étais une bille.

 Et comme les choses sont bien faites, son groupe à splitté et je lui ai dit « maintenant tu n’as plus le choix, faut qu’on gratte ensemble »
. 
De là est partie l’impulsion, nous avons vite été rejoint par Alex à la basse et Morgan aux fûts (de batterie..)

Parle nous de votre nouvel EP « Bloody Jane’s Shore », 6 titres inédits qui sonnent plus stoner rock que précédemment. Doit-on s’attendre définitivement à ce son à l’avenir ?

Je pense qu’on s’est trouvé maintenant. Avant nous étions beaucoup imprégnés par nos influences et ce clivage entre le métal et le hard rock se sentait tellement qu’on a fini par appeler le premier album « Double Sided » ! Sur « Pay Your Dues », c’est déjà un peu moins marqué, mais là on tient quelque chose qui nous convient à tous.

 Nos influences aussi ont évoluées, donc quelque part ça doit aussi jouer et faire partie de nous.
Le processus de création y est aussi vachement pour quelque chose, on est parti d’un constat simple : ça faisait deux ans que nous avions sorti Pay Your Dues et on avait bouclé les concerts de cette tournée, il FALLAIT que nous sortions du son rapidement, évoluer et marquer le coup.

 Au bout de 7 ans, une osmose s’est créée et on arrive à composer vite, c’est ce qu’il s’est passé, on a composé rapidement, ça va à l’essentiel et ce sont les tripes qui parlent ! Pas de prises de tête, beaucoup de fun d’ailleurs !

Sur ce nouvel EP, il y a aussi 3 titres (« S.A.D », « Stone Cold Motherfucker » & « Better Days ») issus de votre précédent album « Pay Your Dues », qui pour l’occasion ont été revisité version acoustique. Pourquoi avoir choisi ces 3 titres là ?


« Aucune idée » aurait été la première chose qui me vienne en tête, mais à bien y réfléchir on a choisi ces trois morceaux là car ce sont celles qui, nous pensons, correspondaient le mieux à un réarrangement unplugged.

Nous les avions composées bien en amont de cet EP ! Elles ont servies pour faire la promo de Pay Your Dues dans les studios de radio, lieux friands de musique live, mais pas adaptés à de la musique amplifiée. 

On à donc décidé de se la jouer unplugged. Et vu que maintenant on à notre studio pour enregistrer, on les à mis en boite un peu à l’arrache pour les balancer en pâture à YouTube.

Et puisqu’on sortait un EP, on les à remasterisées puis incluses dedans. C’est marrant de voir que, malgré les titres affichés en gris sur fond gris sur la cover, les gens ne font pas l’impasse sur les morceaux unplugged et on nous en parle très fréquemment, peut-être même trop haha ! Vu l’engouement, on va essayer de pousser le vice un peu plus loin la prochaine fois, mais ce n’est pas tout de suite qu’on nous verra faire des set acoustiques : Morgan à la finesse d’un monster truck sous nitro, ça ne ferait pas bon ménage …


Parlons de la cover qui a première vu m’a fait penser à la série TV Bates Motel. Si tu connais la série et donc la maison qui se tient derrière le motel (et/ou le film « Psychose »), tu feras peut-être la liaison. On y retrouve un lieu tourmenté et isolé comme sur « Bloody Jane’s Shore ». D’ailleurs, le choix de titre de cet EP colle parfaitement au visuel. Peux-tu nous en dire plus sur ce qui semble être un concept ? Qui a réalisé la cover ?


Je connais Bates Motel et Psychose oui ! C’est pas faux (pour rester dans la lignée des séries …) !
 Ça aurait carrément pu être une inspiration.



C’est le pote Pierre Lazarevic qui s’est occupé de la nouvelle charte graphique ! Ce mec est tellement bourré de talent … Il m’énerve.


Enfaite en écrivant le titre « Bloody Jane’s Shore », je m’imaginais un type, dans un désert, ambiance Mad Max (ou Borderlands pour les gamers… Je suis également un p**in de geek …), conduisant un tas de ferraille qui va tomber en rade d’essence et il s’arrête devant « Bloody Jane’s Shore », lieu où il se passe des choses étranges.
 
J’ai filé les paroles à Pierre, on voulait appeler l’EP comme le titre et il m’a dit « Ok, j’me débrouille, je vous file pas les étapes intermédiaires, que le résultat final ». Chose agréable car généralement, quand vient le moment de l’artwork, on se prend toujours la tête car nous sommes jamais d’accords les uns avec les autres, ca traine, c’est chiant …
1 mois après, la cover était prête, c’était EXACTEMENT ce que j’avais en image de « Bloody Jane’s Shore ».

 Allez voir son travail ici : https://www.facebook.com/pierrelazarevicillustrationsorders


Vraiment, il m’énerve …

Raconte-nous le travail de conception puis de production de ce nouvel EP « Bloody Jane’s Shore » ?


Il fallait sortir du son rapidement, donc on s’est dit qu’on allait sortir que 6 morceaux, faire un EP, car de toute façon, quand on voit les Giga octets de musique qu’on peut trimballer dans nos téléphones, on s’est dit que c’était plus en adéquation avec la consommation actuelle de la musique. 

Ces 6 morceaux, tu peux te les approprier plus vite. Donc on a commencé a composer et à pondre une huitaine de titres pour n’en garder que six.

 Nous avons enregistré ça dans notre studio et avec le pote Nicolas Sarda. Nico voulait bosser avec nous et nous aussi mais ça n’a jamais pu se goupiller comme il fallait. On a eu cette occasion et nous avons sauté dessus. 

Enfaite pour l’enregistrement de cet EP, nous étions vraiment entourés d’amis proches, la séance de studio était vraiment bon enfant et de plus, étant donné que nous avions le studio à disposition, on a pu le prendre comme un laboratoire.

Si nous voulions doubler cette guitare ou ce solo, nous le faisions. On testait, on écoutait, et puis on gardait ou on supprimait.

 Nous étions moins à courir après le temps, ce genre de situation où « Les mecs, je ferais bien une harmonie ici et puis là.. Ha mais il nous reste que 2 jours, faut encore planter les voix … », là, on aurait pu se prendre la tête 3 jours sur un « ting » de cymbale qui nous plaisais pas mais ça à été vite.

 On a également mis un point d’honneur à enregistrer la basse et la batterie en même temps pour essayer de capter cette énergie live, difficile à choper en studio.

 Le mix a été fait également par Nico, il s’est arraché pour que ça sonne comme on le voulait. 
Nous sommes vraiment contents d’avoir pu nous entourer de cette équipe.


Un vidéoclip est-il est prévision pour promouvoir cette nouvelle galette ?

Plusieurs… Ça nous botte les formats courts (Comme ta… non ...) !

Quelles sont vos projets pour les mois à venir ? Un album ? Une tournée ?


En vrai, dans les semaines à venir … Nous retournons en studio, ça nous plait d’enregistrer et on a encore des choses à raconter ! Bien sûr on laissera du temps à Bloody Jane’s Shore de faire son trou, il n’est pas près de sortir ce deuxième EP. Mais l’objectif reste quand même de sortir du son plus souvent, on aime beaucoup ces phases là, quand les premiers retours nous parviennent.

 (Je ne sais pas si, à l’heure ou j’écris ces lignes, l’évènement sera passé ou pas). 

Nous avons la release party de l’EP, chez nous, à Orléans, le 24 Avril à l’astrolabe avec Dagoba, Sticky Boys et Impureza, une grosse soirée en prévision !


Nous parlions d’évolution mais aussi de style musical, quels sont les groupes qui vous influencent ?

Je ne sais pas si ils nous influencent, en tout cas, on écoute plein de trucs.
Romain et Morgan sont très branchés AC/DC à la base, Alex est plutôt 70’s avec Deep Purple, Beatles, Led Zep’ et moi je suis tombé dedans avec Metallica.

Pour les autres, ils écoutent beaucoup de groupes, mais pour ma part, j’ai découvert d’autres styles qui me font partir loin : Clutch, Corrosion of Conformity, Monster Magnet, Down …

En 2013, vous avez participé au Hellfest Open Air. Racontez-nous cette expérience…


Enorme ! Nous jouions sur la scène du Metal Corner à 22h30 le jeudi, juste avant que le festival n’ouvre, mais où les chevelus sont déjà là pour faire la fête.

Nous étions programmés au milieu de styles très extrêmes… Je me suis dit qu’on allais passer pour des bluesman … J’étais pas serein … Nous avions déjà fait de grosses scènes, mais là, c’est le HF !


Au moment de monter sur scène, j’entends notre ingé son qui me dit dans les retours « Greg, test les micros, balance un « hey, hey… », je m’execute, et là le public, dont je n’arrivais pas à voir la fin, commence à scander avec moi « HEY ! HEY ! HEY ! »

. La vache, ces frissons !


Au final, nous montons sur scène… Et je ne me suis jamais aussi mal entendu sur une scène depuis que je fais de la musique !
 J’ai quand même pris un kiff absolu, nous avions eu de très bons retours, à refaire… Sur la grande scène cette fois j’espère !


J’imagine-en plus du partage et de l’échange avec le public- qu’avoir côtoyiez de grands noms au Hellfest a du être une expérience enrichissante. A ce propos, avec quels groupes rêverez-vous de partir en tournée ?


Mon rêve de gamin serait de serrer une pogne à James Hetfield ! 

Nous étions partis avec les australiens d’Electric Mary en 2011, nous avions beaucoup appris sur la façon de s’installer, de faire les soundchecks, de gérer leur temps et leurs efforts pendant une tournée… C’était enrichissant pour des gamins comme nous !

 Après, pour partager une tournée, peu m’importe le groupe avec qui ça se fait du moment que le fun est là et que les autres groupes sont un minimum accessibles, et ce n’est malheureusement pas toujours le cas ! Certains se sentent probablement investis d’une mission divine, ce à quoi j’aimerai qu’ils comprennent nous ne faisons que de la musique et qu’il ne faut pas oublier de se faire plaisir avant tout.


Merci beaucoup pour cette interview, je vous laisse le mot de la fin…


Merci pour le soutient et pour cette interview !

 Continuez de faire vivre cette musique rock en soutenant les groupes que vous aimez, allez les voir en concert, achetez leur merch’ !

 Pour Wild Dawn, choppez l’EP (au passage : http://wilddawn.bigcartel.com/), piratez-le si vous voulez, mais surtout, écoutez-le et faites-nous un retour !

Merci encore et à bientôt sur les Seigneurs du Metal.

Cheers!
 
Critique : Elodie
Vues : 801 fois