Interview

DELAIN (Version française - 2016) - Martijn Westerholt (Claviers)

2016 est une année mémorable pour DELAIN. Dix ans d'existence. Dix ans de musique et de tournées. Et comme un événement n'arrive jamais sans cadeaux, le groupe s’apprête à sortir son nouvel album, « Moonbathers ». J'ai donc saisi l'opportunité de discuter avec Martijn des choses passées et celles à venir.

SBM : Salut Martijn, merci pour l'appel.


Martijn : Oh de rien !

Tout d'abord je voudrais souhaiter à toi et au groupe un très joyeux 10ème anniversaire !

Merci beaucoup !

Comment te sens tu par rapport à cette décennie qui vient de s'écouler ?

En y repensant, je pense que je suis très reconnaissant pour ce qui est arrivé, ce qu'on a développé, ce que j'ai appris personnellement, ce que ça m'a apporté. Je suis honoré d'avoir rendu les gens content avec notre musique, je ne m'attendais pas à ça, ce n'était pas planifié, ça s'est juste développé comme ça.

Et comme un anniversaire ne se fait jamais sans cadeaux, le premier qui vous apportez est votre nouvel album « Moonbathers ». J'ai vraiment accroché et je pense que c'est le meilleur cadeau que vous puissiez offrir à vos fans.

Oh merci beaucoup !

De rien. En fait l'album est… comment dire… viral. A la première écoute je me suis dis « Ouais pas mal », mais plus je l'écoute et plus j'accroche ! C'est fou !

Et bien c'est marrant parce que la plupart des gens pensent ça ! (Rires)

Ok donc je suis pas fou ! (Rires) Maintenant que j'ai écouté l'album plusieurs fois je sens qu'un nouvelle ère s'ouvre et que vous pouvez continuer dix ans de plus.

C'est marrant que tu demande ça parce que dans le passé il y a des moments où je pensais « Tu peux pas faire ça pour toujours, qu'est ce que tu vas faire après ? » J'en avais pas la moindre idée. Mais maintenant je ne pense plus du tout ça, maintenant je pense que je peux faire ça jusqu'à ma retraite et j'adore ça. Si jamais pour X raisons ça devait s’arrêter, on verra ce qu'il se passe, mpais tel que je le vois maintenant, je pourrais faire ça pendant des années.

Alors j'espère que les choses se passeront comme prévue. Vous avez une fois de plus travaillé avec Ted Jensen comme producteur, et ce depuis 2014. Comment avez vous commencé à travailler avec lui ?

Étrangement c'est apparu comme ça sur internet, qu'il était notre producteur mais en fait il a juste masterisé l'album. C'est un peu la cerise sur le gâteau en matière de mastering, il est très bon. Il complète le mixage, j'ai moi même produit l'album, il l'a masterisé et le résultat est étonnant, c'est exactement le type de production que j'aime avoir. Je suis donc très content de ça et ce gars est incroyablement bon dans ce qu'il fait.

Ouais il a fait un gros boulot sur l'album, et ce que j'aime le plus ce sont les orchestrations. Tu as utilisé des samples ou fait appel à des musiciens ?

C'est un gros compliment que tu me demande ça parce que ça veut dire que tu ne sais pas si c'est vrai ou pas ! (Rires)
En fait, pendant la création de notre précédent album, « Human Contradiction » je suis entré en contact avec un finlandais nommé Mikko Mustonen parce que j'avais écouté ses travaux sur Marco Hietala, Northern King et les orchestrations utilisées en me demandant « C'est vrai ou c'est faux ? Je sais pas ! ». Donc j'ai demandé à Marco et il s'avère que c'était Mikko Mustonen avec des samples.
Donc je l'ai contacté et dit « Écoute, ce que tu fais a l'air si réel que je voudrais travailler avec toi ». Ça a été possible sur quelques chansons de l'album précédent mais pas toutes car tout était quasiment terminé. Mais pour cet album j'ai pu travailler avec lui depuis le début, on a tous les deux fait des arrangements orchestraux, je peux aussi le faire mais lui est spécialiste en tant que compositeur donc je suis allé vers lui, il a tout orchestré et m'a renvoyé ça. Ensuite on a traité le matériel et on a le résultat, donc c'est juste des samples mais hallucinant grâce à lui.

Je dois admettre que la qualité des samples est énorme. On entend vraiment la différence sur cet album. L'autre nouveauté c'est l'arrivée de Merel qui a enregistré son premier album avec DELAIN. Comment ça s'est passé ?

En fait Merel a été accueilli dans le groupe après qu'elle ait remplacé Timo sur la tournée avec SABATON l'année dernière et maintenant c'est un membre à part entière. Cependant pour l'enregistrement elle n'était pas encore active car elle devait finir son éducation musicale à la Rock Academy des Pays Bas et quelques projets musicaux donc elle n'a pas entièrement contribué à l'album mais on l'espère l'avoir sur le prochain album et sur scène bien sûr, elle est très importante pour nous et je pense que maintenant on a le line up le plus fort du groupe avec un bon atmosphère et de bonnes vibrations.

Oui c'est vrai parce que je vous ai vu cette année au Hellfest en Juin et il y a une bonne énergie sur scène. Sourires, complicité, quelque chose qu'on peut vraiment ressentir.

Oh c'est cool que tu aies noté ça, c'est vrai qu'il y a une bonne alchimie dans le groupe.

Je suppose que c'est le plus important.

Oui absolument.

D'ailleurs l'alchimie semble être bonne aussi avec Alissa (White Gluz) parce qu'elle est de retour comme guest sur la première chanson, « Hands of Gold ». J'aime beaucoup le contraste des deux chants mais il semble que ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu de guests masculins dans DELAIN. Charlotte mord ?? (Rires)

(Rires) Non elle mord pas du tout. En fait la raison pour laquelle on a pas plus d'invités est le temps. Normalement tu as besoin de temps pour préparer ça, entrer en contact avec quelqu'un avec qui tu voudrais travailler mais on avait pas le temps parce qu'on était tellement occupé avec les tournée que c'était difficile.
Bien sûr on aurait pu demander à des musiciens avec qui on a travaillé dans le passé, mais parfois on aimerait travailler avec des nouveaux. On a eu Alissa pour la deuxième fois mais demander pour la quatrième fois à Marco ça commence à faire beaucoup. Je ne dis pas que je ne travaillerai plus jamais avec lui parce que c'est un gars fantastique, un bon ami et je suis un grand fan de sa voix donc j'aimerais vraiment travailler à nouveau avec lui à l'avenir. L'autre aspect c'est que cette fois, les chansons n'avaient pas vraiment besoin de chant masculin. Voilà, temps et aussi créativité.

Je pense que ça aurait pu coller, on a beaucoup de différentes ambiances sur l'album, des morceaux puissants avec des éléments symphoniques,mais aussi des passages plus electro bits comme sur « Scandal ». On dirait que vous vous êtes amusé à essayer de nouvelles choses.

Oui absolument. J'ai beaucoup de questions concernant l'objectif fixé quand j'ai commencé à travailler sur l'album. Ça a toujours été de le faire le plus heavy possible, d'offrir plus de contraste, et sur chaque chanson écrite tu veux faire le mieux possible ! (Rires) C'est le seul but que l'on a toujours. Après il se passe ce qu'il se passe et dans ce cas des chansons plus heavy que jamais et les chansons les plus douces de DELAIN, donc le contraste est plus grand sur cet album.
Pourquoi ? Je ne sais pas, la magie de la créativité je suppose.

Tu as raison sur le côté heavy. « Suckerpunch » est l'une d'elle et a aussi été le premier extrait de l'album et c'est une des chansons les plus puissante de DELAIN. C'est pour ça que vous l'avez choisie ?

Oui et non, en fait le problème c'est qu'on avait tellement de demandes pour des concerts et tournées qu'il était difficile de terminer un album. Donc on a coupé la poire en deux. Normalement tu enregistres tout, tu mixes tout mais cette fois on a enregistré et mixé quelques chansons et ensuite on a composé de nouvelles chansons, on les a enregistré et mixé. Au moment de « Suckerpunch » c'est une chanson déjà prête, une des première et on pensait qu'elle était vraiment forte.
Et les gens demandent souvent du nouveau matériel, donc donnons leur du nouveau. On avait les deux revers de la médaille : dire oui aux tournées et dire oui au fans avec du nouveau matériel.

C'était un bon choix parce que ça m'a donné de gros espoirs pour l'album et je suis pas déçu, comme je te disais c'est un beau cadeau pour les fans. L'autre cadeau pour l'anniversaire de DELAIN est le DVD que vous allez enregistrer au Paradiso. Est ce important pour vous de faire ça dans cette salle ?

Important n'est pas vraiment le mot. C'est spécial. C'est un peu le Saint Graal aux Pays-Bas, le Paradiso est une salle légendaire, tous les grands noms ont joué là, de Nirvana à The Police, c'est donc un honneur de pouvoir jouer là aussi. Et c'est aussi notre plus grosse salle en tant que tête d'affiche, environ 1500 personnes et on est presque complet. Et l'ambiance est super pour un DVD parce que c'était une église.
Donc je pense que c'est le bon endroit pour célébrer notre première décennie et le but est de faire le show le plus gros et le plus spécial de notre carrière.

Et les fans peuvent-ils avoir une chance de savoir ce qui se passera ou est-ce une suprise ?

Globalement le truc c'est d'avoir des guests sur scène, ceux qui étaient présents sur les albums précédents, on aimerait surprendre avec quelques effets spéciaux, des versions spéciales des chansons et faire une grosse fête. C'est le plan.

Malheureusement je ne pourrai pas y être, c'est loin de chez moi !

Oui j'imagine.

Étonnement vous avez utilisé le crowd funding, apparemment pour être plus proche des fans. Comment cette idée est-elle venue ?

Et bien on aurait facilement pu sortir ça via notre label, ce n'était pas un problème d'argent. Mais on pense qu'on est là grâce à nos fans, c'est pour ça qu'on voulait les impliquer dans le précédé. La demande de faire un DVD est venue de nos fans, on a eu de nombreuses demandes, alors quoi de mieux que d'impliquer nos fans par une campagne de crowd funding.

J'ai regardé un peu les gages proposés, j'aurais bien fait la dégustation de whisky ! Mais comme je te disais c'est loin de chez moi, je pense que vous devriez faire ça sur tous les concerts ! (Rires)

(Rires) Malheureusement je pense pas que ça soit possible. Si on fait ça sur nos tournées en tête d'affiche, les journées sont trop compactes, tu te couches vers 3 ou 4 heure du matin après le concert, tu dors 8 heures, donc tu te réveille vers midi, petit déjeuner puis douche, ensuite tu fais les balances et tu dînes. Ensuite on a les « meet and greet » et puis le concert. Les journées passent tellement vite qu'on aurait pas le temps.
Et puis le whisky c'est surtout Otto et Charlotte… Je suis un barbare du whisky, si tu me donnes du Jack Daniels je met du coca dedans et là je bois. Certains whisky sont vraiment chers que ça serait du gâchis de me les donner car pour moi ils se ressemblent tous ! (Rires)

Ok pas de whisky pour toi ! Moi qui pensais en apporter une à Lyon ! Vous savez quels morceaux du nouvel album vous allez jouer ?

Et bien j'aimerais jouer toutes les chansons bien sûr mais c'est impossible., on doit alterner les nouveaux et anciens morceaux parce c'est ce que veulent les fans. Mais là je pense qu'on va jouer au moins sept nouvelles chansons, je pense qu'il y aura « Glory and the Scum », « Hands of Gold », « Suckerpunch »...

« Fire with Fire »

Oui « Fire with Fire » aussi. Au moins sept chansons.

Yeah ça c'est une bonne nouvelle, je suis sûr que ça sera un super show. J'ai hâte d'y être ! Je pense que je suis arrivé à la fin de cette interview, donc si tu veux dire quelque chose pour les fans français c'est à toi !

Je voudrais dire que je suis très reconnaisant envers nos fans, et en France on en a des loyaux et c'est toujours un plaisir d'y jouer. A Paris par exemple la foule est dingue, ils sont fous mais dans le bon sens du terme et j'aime ça j'ai vraiment hâte d'y être.

Moi aussi ! Merci encore Martijn, je te souhaite une bonne soirée et espère te voir sur la tournée !

Tout le plaisir est pour moi, merci beaucoup ! Bonne soirée !
 
Critique : SBM
Vues : 533 fois