Interview

SHAARGOT (2018) - Shaargot

Shaargot a su s’imposer en quelques années comme l’un des groupes les plus intéressant de la scène metal-électro française. Après un premier album, le groupe vient de sortir un EP hautement convaincant, « Break your body » entre danse et puissance tribale. Rencontre avec Shaargot, tête pensante du groupe.

« Comment qualifierais-tu Shaargot, indus, post-indus, metal-électro ? »

« C’est difficile à qualifier. On pourrait dire Metal-électro boum-boum. On fait de l’électro avec des gros kits et un son malsain. Le premier album est plutôt style Killing Joke. On nous qualifie souvent de metal-indus mais ce n’est pas une étiquette qui nous convient. »

« Depuis quand existe le groupe ? »

« Depuis trois ans. On a commencé les live à ce moment là. »

« C’étaient quoi les influences du groupe, Punish Yourself ? »

« Clairement eux. Ils sont comme des cousins, des parents. Ils nous considèrent d’ailleurs comme leurs petits frères. On a souvent joué avec eux. C’est toujours très plaisant et le courant passe bien entre nous. Sinon, on est influencé par Infected Mushroom, Combicrist ou les bande-originale de films. »

« Vous faites aussi penser à Ministry ? »

« On nous le dit souvent mais je ne me reconnais pas du tout dans ce groupe. Je trouve ça assez fadasse. On a été influencé par des groupes qui ont été influencés ex mêmes par Ministry comme Rammstein ou Punish mais pas par Ministry. »

« Votre univers est proche de celle des films d’horreur. »

« En fait, je n’en regarde jamais. J’ai fait une école d’audiovisuel. Je suis monteur-vidéo. Je monte nos clips et cherche un univers visuel cohérent. Il y a un côté comics et grand-guignol dans nos vidéos mais pas horreur. »

« L’aspect électro est très important dans le groupe. Il y a un côté dansant chez vous. »

« J’aime la dark-indus. Tu peux danser comme pogoter sur notre musique. Elle est certes moins accessible que celle d’un groupe comme Prodigy par exemple, mais on aime faire danser les gens. »

« Le synthé est aussi très important dans ce groupe. »

« Oui, on est pas là pour faire du Pantera. Mais notre musique plait aux metalleux. On a déjà joué dans un festival viking et cela a été super cool. Cela a été une très bonne expérience. »

« Vous êtes très branchés cyber-punk ? »

« Clairement, nous nous situons à mi-chemin de Blade Runner et Mad Max. Tout notre univers se situe dans celui du cyber-punk. Le personnage de Shaargot est un personnage d’inspiration manga. Shaargot signifie celui qui apporte le chaos. Cela vient d’un vieux jeu de rôle. Shaargot aurait pu être un personnage de Frank Miller par ailleurs. »

« Vos live ne sont pas de simples concerts. »

« Oui, c’est vrai. Ce sont des spectacles.Il y a de la mise en scène dans nos concerts et on essaie d’avoir une interaction avec le public. »

« Il y a un album en préparation ? »

« Il sortira cette année mais je ne sais pas encore quand. On est en auto-production. Financièrement c’est mieux qu’être sur un petit label. Si on signait chez un gros label, ce pourrait être intéressant mais sinon il vaut mieux rester en auto-prod. L’album va être dans la continuité dans ce que l’on a fait auparavant mais dans ce disque le personnage de Shaargot va être plus agressif et donc la thématique musicale le sera également. »

« Les albums sont comme des comics ? »

« Totalement. On va d’ailleurs en sortir un. Je ne suis pas dessinateur mais je vais le scénariser. J’ai essayé le dessin mais ce n’est pas le domaine où je suis le plus doué. »

« Les clips ont fait monter la notoriété du groupe ? »

« Oui, parce que nous sommes dans l’ ère du visuel. C’est ce qui accroche les gens. Les clips sont très important pour nous. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 105 fois