Interview

AMARANTHE (2018) - Olof Morck (Guitare)

Avec son cinquième album, « Helix », Amaranthe revient aux fondamentaux metal. Le changement de line-up intervenu l'an dernier a insufflé une nouvelle énergie au groupe qui avec ce disque sort peut être l'album le plus puissant de sa carrière. Rencontre à Paris avec le charmant Olof Mörck.

« Cette année vous célèbrez les dix ans du groupe. Avez-vous pensé à faire quelque chose de particulier pour le fêter ? »


« On a commencé il y a dix ans mais nous n'avons rien sorti avant 2011. On y pensera dans trois ans. Après, tu as raison, notre première démo date de 2008. On l'avait sorti sur notre Myspace à l'époque, à l'été 2008 précisément. »

« Pourquoi Jake E a-t-il quitté le groupe ? »

« On avait des visions différentes. C'est devenu de plus en plus évident avec le temps. Moi et Nils, qui a rejoint le groupe l'an dernier venons d'un background musical différent mais nous avons une vision similaire. J'ai grandi dans un environnement de death metal mélodique avec des groupes comme In Flames. J'écoutais aussi du classique et de la pop, tout comme Elize qui elle vient vraiment de là. Avec Jake, nos différences n'étaient pas seulement au niveau musical mais aussi sur la façon de gérer le groupe. »

« Le nouvel album est le premier avec Nils Molin. Vous avez changé de chanteur mais « Helix » reste du pur Amaranthe. »

« Nils n'a pas composé pour le disque. Il a une voix heavy metal classique. Il est un peu plus jeune que nous et de ce fait il nous a insufflé une nouvelle énergie. C'était important pour nous de rester Amaranthe. Même si le line-up a bougé, notre style musical n'a pas changé. »

« Le single « 365 » est d'ailleurs dans la continuité de ce que vous faisiez avec ce mélange de death metal et de pop. »

« Oui, c'est vrai. J'ai écouté beaucoup de musique pop à la radio ou en club. Elize a grandi avec ça. C'est un mélange peut être un peu bizarre pour le public metal pur. On a plein de trucs très pop en Suède, de Roxette à Ace of Base et bien sûr Abba. Ce sont des choses qui font partie de ton ADN. »

« Vous êtes quand même clairement un groupe metal »

« Absolument. Même si nous utilisons beaucoup d'éléments pop ou crossover, les fondations du groupe sont metal. Sur ce disque, on a même essayé d'être encore plus heavy que nous ne le sommes habituellement. »

« Pourquoi avoir choisi Jacob Hansen pour produire le disque ? »

« J'avais déjà eu l'occasion de travailler avec lui en 2006 lorsque j'étais dans Nightrage. Je savais qu'un jour nous ferions un disque ensemble pour Amaranthe. On a enregistré l'album au Danemark chez lui. »

« Les visuels occupent une part importante dans l'univers du groupe. »

« C'est très important oui. Moins que la musique bien sûr mais important. Nous sommes très contents de notre vidéo pour « 365 ». Le réalisateur, Patrick Ullaeus est un homme de talent. Il a travaillé avecArch Enemy, Children of Bodom, In Flames. »

« Que signifie le titre de l'album, « Helix » ?

« C'est un code secret. C'était un nom de code de l'Otan. On voulait par ce nom exprimer ce qu'est l'ADN du groupe. »

« La cover fait très affiche de film asiatique. »

« C'est vrai. On voulait quelque chose effectivement dans le style d'une affiche de film. On avait envie d'un truc très coloré, qui flashe bien. »

« Est-ce que le disque est un concept album autour des émotions passées de l'être humain ? »

« Ce n'est pas un concept album parce qu'il n' y a pas d'histoire mais c'est vrai que la plupart des paroles parlent d'un même sujet : les émotions humaines. Nous sommes heureux de vivre perpétuellement notre rêve. Nous avons envie d'être toujours meilleurs. »

« Vous êtes surpris lorsque vous voyez que vos vidéos sont vues plus d'un million de fois sur Youtube ? »

« Je déteste dire ça mais nous nous y sommes habitués. Nous avons envie de devenir très gros comme Sabaton. »

« Etes-vous fiers d'etre entrés dans le Billboard aux Etats-Unis, d'avoir été numéro un dans les charts rock suédois ? »

« Oui c'était très cool. Surtout que nos deux premiers albums n'avaient rien vendu aux Etats-Unis. Depuis c'est devenus le pays où Amaranthe est le plus populaire. On dit souvent que tu n'es pas prophéte en ton pays mais lorsque nous sommes devenus mainstream en Suéde cela a été un très grand plaisir. »

« Comment qualifierais-tu le style Amaranthe ? »

« Il y a les fondations du death melodique à la Suédoise comme peuvent le faire Evergrey ou In Flames. Je dirais du metal moderne mélodique avec des éléments empruntant à la dance et à la pop. »

« Vous venez de Göteborg, ville connue pour sa scène metal. Grandir là-bas vous-a-t-il aidé ? »

« Oui, définitivement. Je ne suis même pas sûr que je jouerai ce genre de musique si je n'étais pas de là-bas. Les groupes de Göteborg comme Evergrey ou In Flames nous ont donné des conseils qui nous ont beaucoup servi. Nous sommes toujours amis avec les groupes de la ville même si la scène aujourd'hui est moins importante qu'autrefois. Elle est toujours là mais composée de gens plus vieux (rires).

« Vous partez bientôt en tournée avec Powerwolf qui joue du power-metal. Cela ne vous dérange pas d'ouvrir pour des groupes qui jouent un style de metal différent du vôtre ? »

« Pas du tout, au contraire. On a ouvert pour un groupe comme Kamelot qui sonne très différent de nous ou même pour des groupes de folk metal. On aime jouer avec des gens qui n'officient pas dans le même style musical que le nôtre. C'est quelque chose d'intéressant et qui t'ouvre l'esprit. »

« Vous avez énormément joué en France. »

« Oui on a très souvent joué ici. A Paris, on a joué au Petit Bain, à la Cigale, au Bataclan. J'ai dû faire une douzaine de concerts à Paris dans ma vie entre mes différents groupes. C'est toujours un immense plaisir car c'est l'une des villes que je préfère au monde. »

« Avez-vous l'intention de sortir bientôt un DVD. Il n' y en a pas encore eu dans la carrière du groupe. »

« Absolument. On en discute. C'est le bon moment pour le sortir. Ce sera sans doute pour l'année prochaine ou la suivante. »

« Tu te marie bientôt. Tu as fait ta demande durant l'un de vos concerts. C'est original comme idée. Quand aura-t-il lieu ? »

« C'était une idée marrante. J'y ai pensé car ma future femme est également musicienne. Je me suis dit que ce serait bien de lui demander durant l'un de nos shows .Elle est venue par surprise nous voir jouer en Suede et j'ai fait ma demande à ce moment là. Le mariage aura lieu en juillet en Transylvanie. »

« Vous jouerez au prochain Hellfest ? »

« J'espère vraiment. On le saura bientôt. Nous n'y avons encore jamais joué et en avons très, très envie. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 27 fois