Interview

WITHIN TEMPTATION (2019) - Martjin (Clavier) et Ruud (Guitare)

Within Tempation vient de sortir avec « Resist » l’album le plus pop de sa longue carrière. Un disque qui prouve que les bataves savent se renouveler tout en restant intéressant. Rencontre à Paris avec le groupe.

« Votre dernier album « Hydra » remonte à 2014. Vos fans ont dû attendre longtemps avant de voir l'arrivée de ce « Resist ».


« On avait besoin de respirer et d'explorer d'autres choses en dehors de Withhin Tempation. Nous avons sorti chacun des albums solos, produit d'autres musiciens. Si nous ne faisions pas cela, nous nous ennuierions dans Withhin Tempation. Il est nécessaire de faire autre chose que ce groupe. On est heureux d'être dans Withhin Tempation mais si on ne faisait que cela, on deviendrait fous. »

« Et vos autres activités vous amènent des idées pour le groupe ? »

« Tout à fait. Chacune de nos productions amène de nouvelles idées. »

« Le nouvel album est peut-être le plus pop de votre carrière. Vous vouliez faire quelque chose de différent ? »

« Nous voulons à chaque fois faire quelque chose de différent. Nous aimons beaucoup AC/CD mais ne voulons pas faire comme eux, sortir le même album à chaque fois. Sur ce disque, nous avons exploré de nouvelles choses à la guitare et sommes allés vers une voie très pop. L'album est moitié du Withhin Temptation ancienne manière et une autre moitié va vers une voie plus pop. »

« Que signifie le titre de l'album « Resist » ?

« Une résistance aux social-médias. Les entreprises, les gouvernements connaissent tout de nous, de nos vies privées. Avec google maps et toutes ces choses, tu deviens prisonnier des médias sociaux. La pochette futuriste de l'album exprime cela : « Big Brother is watching you ». Malgré cela, « Resist » n'est pas pour autant un concept-album. »

« Nombre de morceaux parlent d'angoisse, de la guerre. »

« Les morceaux ne sont pas reliés les uns aux autres. C'est pour cela que ce n'est pas un concept album. Nous avons envie que les gens interprètent les paroles comme ils le veulent. »

« On trouve Jacoby Shaddix de Papa Roach en guest sur « The Reckoning ». Comment l’avez-vous rencontré ? »

« Sharon a toujours aimé sa voix. Nous l'avons rencontré lors d'un festival. Sharon a discuté avec lui et l'idée de faire un morceau avec lui est venue comme ça. »

« Il y a beaucoup de synthés sur cet album. »

« Les synthés doublent les guitares. Cela change du coup la façon de faire les arrangements. Cela construit une façon de faire différente pour la voix. Cela prend beaucoup de temps. »

« Il y a pas mal de ballades sur le disque. »

« Firelight » est une pure ballade. Le morceau avait été enregistré pour l’album solo de Sharon. Elle n’avait finalement pas été retenue et on s’est dit que ce serait bien de la mettre sur notre disque. »

« Vous avez enregistré « Resist » chez vous en Hollande ?

« En partie, et aussi en Belgique. »

« Vous ne sonnez plus comme à vos débuts métal-symphonique. »

« C'est difficile d'échapper aux étiquettes. Si tu as débuté dans ce genre, on a tendance à vouloir te mettre dans cette boite. Pour certains médias, Sharon est la fille avec la robe qui se lève le matin habillée comme cela en faisant des vocalises. C’est ridicule. »

« Vous avez pris des risques avec ce disque en sonnant différemment de vos dernières productions. »

« Nous prenons toujours des risques.Si les gens aiment le disque, tant mieux, s’ils ne l’aiment pas, tant pis. Si des gens écoutent « Enter » et cet album, ils penseront que ce n’est pas le même groupe et c’est tant mieux. »

« Cela vous touche les mauvaises critiques ? »

« Bien sûr mais cela ne nous empêchera pas de faire les choses comme nous le sentons. Si tu commences à te dire que si tu fais cela tu vas perdre ta fan-base ou que tu ne plairas pas aux radios, tu es mort. Ce qui importe, c’est de rester toujours honnêtes. »

« Vous aimez beaucoup de choses musicalement ? »

« Enormément de choses. Nous écoutons de la country, du classique. C’est important en tant que musicien d’être toujours ouvert à plein de styles musicaux. Lorsque nous enregistrons un disque, nous écoutons la musique juste pour le plaisir. »

« Vous sortez une version deluxe du CD avec les versions instrumentales des morceaux. C’est pour les fans ? »

« On ne savait même pas qu’il y avait cela. Ce doit être une idée du label. »

« Comment se passe la tournée ? »

« Super bien. On joue dans les capitales du monde : Paris, Londres...On est plus relax que dans le passé à être sur la route car nous sommes plus vieux. On réalise mieux maintenant qu’à nos débuts la chance que nous avons d’être toujours là. Plein de gens sont obligés d’aller bosser du lundi au vendredi. Nous avons la chance d’être musiciens, de donner des concerts. C’est un vrai plaisir. Il est important aussi d’avoir du temps pour ta famille. On arrive à combiner le temps sur la route et le temps pour nos familles. »

« A la fin de votre dernière tournée, vous aviez donné des shows accoustiques. Vous referez cela pour « Resist » ?

« On ne l’a pas encore décidé mais c’est possible, oui. »

« Allez-vous jouer au Hellfest ? »

« On ne sait pas ( NDLR, l’interview a été réalisée avant la programmation du groupe au Hellfest). Sur cette tournée, nous n’avons fait qu’une date en France. On adorerait jouer au Hellfest. Nous avons joué là-bas pour la première édition. C’est l’un des meilleurs festivals au Monde. Nous aimons beaucoup le Wacken mais le Hellfest est fabuleux aussi. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 110 fois