Interview

PORN (2019) - Philippe Deschemin

Les lyonnais de Porn fêtent cette année leurs quinze ans d'existence. Des années qui les auront vu devenir l'un des groupes français et européens les plus intéressants dans le style rock-metal-indus. Rencontre à Paris avec Philippe Deschemin, fondateur du groupe, à l'occasion de la sortie de leur nouvel opus " The Darkest of Human Desires-Act II", un disque abouti et passionnant.

" Le nouvel album est le second d'une trilogie. Vous l'avez pensé comme cela dès " The Ogre Inside" ? "


" Tout à fait. C'est autour de l'évolution d'un personnage, Mr Strangler. Le premier album, "The Ogre Inside" était basé sur son enfance.Dans le second, celui-là, c'est le passage à l'âge adulte, il devient ce qu'il est : un tueur. Le troisième tournera autour des thèmes de l'enfermement et de la psychiatrie. Il aurait été impossible de tout exprimer sur un seul album. C'est pourquoi j'ai pensé à cette trilogie."

" Mr Strangler est le personnage principal. C'est donc à chaque fois des concept-albums ?"

" Oui. Tous les thèmes dans le premier sont liés et dans celui-là aussi. Dans ce nouvel opus, ils sont liés autour de ses pulsions meurtrières, du passage à l'acte."

" Dans tous les morceaux ou presque il y a des extraits de voix de serial-killers."

" Cela permet de donner une dimension documentaire au disque. Je ne suis pas intéressé par les serial-killers qui n'assument pas leurs actes. Il y a dans l'album des interventions de Charles Manson, de Ed Kemper. Ce dernier voulait se ranger après s'être rendu compte qu'il n'avait pas tué des auto-stoppeurs. Une semaine après, il tuait sa mère. On entend également la voix de Jeffrey Dahmer dans le disque."

" Tu es fasciné par les serial-killers ?"

" Ce qui m'intéresse, c'est le rapport à la pulsion meurtrière. Je parle de l'homicide. Il y en a que je trouve intéressant. Je m'interroge sur la pulsion meurtrière. Il y a beaucoup de tueurs en série qui ne sont que crapuleux comme Thierry Paulin et ceux-là ne m'intéressent pas. "

" Vos vidéos sont-elles influencées par le cinéma d'horreur et fantastique ?"

" Pas vraiment. On travaille souvent avec un réalisateur qui a fait des clips pour Powerfolf. Lui a peut être ce genre de référence. J'adore Kubrick mais pour moi il n'y a personne qui ne lui arrive à la cheville dans le cinéma d'aujourd'hui."

" Porn" a-t-il un rapport avec le porno ?

" Pas du tout. Le nom du groupe vient de l'album "Pornography" de Cure. Ceci dit le rock a toujours été sexué. Je voulais donc un nom de groupe un peu sulfureux. Il y avait un groupe américain qui s'appellait The Men Of Porn mais le nom Porn était libre."

" Avant l'avant dernier album, vous avez peu sorti de trucs."

" On continuait de produire mais on avait pas de label. On a un peu arrêter en 2006 quand il y a eu un creux dans la musique. En 2009, on a ressorti le premier album. On a toujours été actifs et j'ai eu des projets parallèles."

" Vous sonnez indus. Tu considères Porn comme un groupe metal-indus ?"

" On est plus rock que metal. Techniquement, nous sommes plus rock que metal mais le public metal est plus fan du groupe que le public rock."

" Il y a aussi une influence new-wave et cold-wave chez vous."

" Tout à fait. J'adore Cure qui a eu une influence énorme sur ma manière de composer et de chanter. J'ai été aussi influencé par le chanteur de Fields of The Nephilin. J'adore aussi Killing Joke, les trucs post-punk."

" Manson est aussi une influence ?"

" Non pas tellement. On est plus influencés par Paradise Lost que Manson. Je voulais chanter au début du groupe comme un mélange de Bowie et Peter Murphy de Bauhaus. Ce sont aussi des influences de Manson donc c'est sans doute pour cela qu'on nous a comparé."

" Les synthés sont très importants chez vous."

" Les synthés permettent de créer beaucoup de textures différentes. On ne pourrait pas s'en passer."

" Tom Baker a mixé votre album."

" Il a travaillé avec Manson, Rob Zombie, Nine Inch Nails. ll avait le bon timing pour le faire. Il a dû se dire que la base était assez bonne pour travailler dessus. On a produit le disque nous mêmes. Il a mis sa patte sur l'album. C'était un privilège de bosser avec lui."

" Vous venez de tourner un nouveau clip."

" Oui "The last of a million". On l'a tourné aux Etats-Unis. Il sortira fin mars."

" Vous avez beaucoup tourné depuis les débuts du groupe notamment avec Punish Yourself. Vous vous sentez proches d'eux ?"

" Non, parce qu'ils sont dans un truc festif. Je respecte le groupe mais nous ne sommes pas dans le même univers. Nous sommes plus sombres. Musicalement, je me sens plus proche de groupes comme Treponem Pal. J'aime bien musicalement aussi l'EBM, mais quand ça reste dans un univers rock.Le côté EBM dansant ne m'intéresse pas du tout."

" La cover de l'album représente bien ce qu'il y a à l'intérieur du disque."

" Oui, tout à fait. Je voulais que l'on voit le passage à l'acte du personnage. D'où tout ce sang."

" Il y a des dates prévues bientôt ?"

" Oui, on jouera à Paris le 24 Avril et à Lyon le 25. On a des propositions pour jouer avec d'autres groupes. On va voir ça. On a déjà beaucoup tourné à l'étranger. En fait, les pays où nous marchons le mieux ce sont les Etats-Unis et l'Allemagne. En France, sont plus branchés trucs festifs."
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 76 fois