Interview

DOG N STYLE (2019) - Groupe complet

Avec leur deuxième album, "Only Stronger" les spinaliens de Dog'n'Style nous offrent un excellent album de hard-rock classique. Un disque pêchu et très bien produit, idéal pour de longues virées en bagnoles. Rencontre à Paris avec le groupe.

"Vous avez fondé le groupe à Epinal il y a six ans ?"

"C'est cela. En 2013. On a crée le groupe pour s'amuser et puis c'est devenu au fil du temps un projet plus sérieux."

"Vous aviez sorti un EP en 2015, un premier album en 2016. Ce disque a été longtemps à venir."

"Oui parce qu'on a tout revu avec l'ancien batteur de Scorpions, Rudy Lenners. Du coup cela a pris un an de plus. Il nous a beaucoup aidé sur les arrangements. On a aussi pris plus de temps pour bien mûrir les choses."

"Le premier album sonnait hard-rock, metal, stoner. Celui-ci sonne plus ouvertement hard-rock classique."

"Oui, c'est vrai. C'était le feeling que nous avions à ce moment là. Il y a un côté hard-rock 70, c'est sûr. C'est notre sensibilité commune cette musique."

"Il y a un côté très fun dans vos personnages, dans le art-work."

"C'est notre fonds de commerce. On a envie que les gens s'amusent, qu'ils oublient leur merde en venant nous voir. Au niveau visuel, il y a une influence manga, sf et horreur. On aime les nanars, les films délirants avec des lasers. On apprécie le second degré même si notre musique se doit d' être prise au premier. Les gens pourraient se dire que nous sommes cosplay ce que nous ne sommes pas."

"Only Stronger" sonne rock de stade. Que signifie ce titre ?"
"C'est notre état d'esprit. Se renforcer dans les difficultés, ne jamais abandonner. Tu ressors toujours plus fort des embûches que tu traverseras à différents moments de la vie."

"Vous avez enregistré l'album chez vous à Epinal ?"


" Non en Belgique à Namur. On a passé du temps à modifier les détails pour avoir le maximum d'efficacité sur les morceaux. Notre premier album était trop linéaire. Nous avions composé dix morceaux. Ils étaient tous sur le disque. Là, il y en avait trente. Cela nous a permis de faire le tri, de garder les meilleurs titres. "

"Vous avez plein d'influences."

"Nous sommes assez différents dans nos goûts. Nous aimons le hard-rock, le heavy, le glam."

"Vous avez sorti un clip avant la sortie du disque."

"Oui pour faire le teasing de l'album. Ca a bien marché d'ailleurs."

"Vous avez beaucoup tourné depuis vos débuts."

"Nous nous sommes bougés pour ça. On a envoyé des tonnes de mails aux salles et aux bars à travers toute la France. Nous avons crée un réseau ainsi. Les salles de concerts où nous avons joué nous reprennent parce que cela s'était bien passé la première fois. Le live nous a aidé pour la production du disque. Le studio tu en fais un mois tous les trois ans. Le live tu en fais tout le temps."

"Vous avez fait la release party de l'album chez vous à Epinal."

"C'était très cool. Tu es à la maison. Les gens sont là pour toi. Ils connaissent le groupe, les morceaux. C'était normal de la faire là-bas pour les gens qui nous suivent depuis nos débuts."

"Vous venez de faire la première partie de Phil Campbell. Ca s'est bien passé ?"

"En vingt cinq minutes on a réussi à accrocher le public. Ce n'était pas évident car la fan base de Mötorhead est exigeante. Le batteur de Scorpions nous a donné de supers conseils pour accrocher le public, pour ne pas avoir de baisse de régime durant ton concert. On va bientôt jouer dans des clubs à l'étranger."

"Les premiers retours sur le disque sont très bons."

"Cela fait plaisir parce qu'on a bossé comme des fous sur cet album. Le but est que ça plaise aux gens. Et ça leur plait. Tant mieux."

"Comment s'est faite cette évolution vers ce hard classique ?"

"C'est arrivé comme ça. On avait envie de mettre moins de riffs pour laisser plus de place au chant."

"Il y a d'ailleurs un retour du hard-rock classique. Cela devrait vous aider."

"Ce n'est pas encore au niveau que l'on aimerait mais oui il y a un revival. Tu vois que Sortilège revient par exemple. Ou que Trust continue de sortir des albums."

"Vous avez un côté très US dans votre son."

"Clairement. Nous aimons les groupes de metal-core anglais mais ils ne sont pas une influence du groupe."

"Vous vous qualifiez comme un groupe de rock ?"

"Clairement. Nous faisons du rock."

"Vous allez sortir le disque en vinyle."

"On aimerait bien mais les coûts sont énormes. Mais on a envie car les gens nous le demandent."

"Il y a une scène metal dans les Vosges ?"

"Il y a eu une grosse scène death à la fin des années 90-début 2000. A un moment donné, il n'y avait que du punk et du death. Aujourd'hui c'est plutôt rock.Sur Epinal, il y a peu de groupes."

"Vous êtes proches de l'Allemagne. Vous y aviez joué ?"

"On devrait développer ça. On vient de jouer en Espagne. C'était cool. On commence à être un peu connu dans certaines villes espagnoles."
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 137 fois