Interview

MASS HYSTERIA (2019) - Mouss (Chant)

Vendredi soir Mass Hysteria donnait un superbe concert au Zénith. Nous nous sommes entretenus avec Mouss quelques heures avant que le groupe ne monte sur scène. Entretien.

« On s'était vus l'an dernier à la sortie de « Maniac ». Il y avait dès ce moment ce Zénith en point de mire. On y est. »


« On y est, ouais. Faire une date parisienne est toujours un événement. Là on a visé grand avec un Zenith. On y a déjà joué en première partie de Limp Bizkit mais c'est la première fois en tant que tête d'affiche. C'est un gros show avec de la pyrotechnie, de nombreux artifices. Le petit bémol c'est l'annonce de la grève mais cela a amené à une entraide, une solidarité entre nos fans pour venir en covoiturage. »

« La grève vous met indirectement dans la galère mais j'imagine qu'un groupe engagé comme vous la soutient. »

« Totalement. On aurait préféré que ce soit la semaine dernière ou la semaine prochaine mais il n'y a jamais de bon moment pour faire grève. Et cela crée une tension autour de cet événement qui est assez excitante. »

« Maniac » est peut être la plus grosse tournée de votre carrière. »

« L'une plus grosses, c'est sûr. C'est surtout celle où l'on a le plus rempli les salles. A Dijon, on a fait 1000 personnes là où autrefois on en faisait 200, 300. A Brest, chez moi, on a fait 1300 ce qui est l'équivalent d'un Trianon. »

« Cette tournée me semble-t-il vous a galvanisés »

« On aurait continuer malgré le fait que les ventes de disques baissent. On va vendre 15000 copies de « Maniac » ce qui est dans le marché actuel est très bien. Mais c'est vrai que cette tournée nous a fait du bien. »

« Avec le Zenith, le gros événement de l'année pour vous a été le concert au Hellfest. Vous aviez prévu dès votre passage là-bas de le sortir en CD ? »

« Ce qui est dur lorsque tu prépares des événements comme le Hellfest ou le Zénith, c'est que tu ne peux faire que des simulations sur ordi de ce que ça donnera. Tu ne peux pas faire de résidence. On avait l'idée du live si tout se passait bien. Et cela a été le cas. On a refait un montage vidéo à nous pour le DVD. »

« Cette journée 100% metal français était un événement. »

« C'était important pour la scène française. On a été programmé à 22 heures. C'est la meilleure heure possible, je trouve. On a halluciné en voyant qu'on jouerait à cette heure-là. On avait accès à des supers moyens mais je crois qu'il n'y a que nous et Gojira qui les avons utilisés parce que c'était hyper complexe. »

« Depuis vos débuts, vous chantez en français. Vous avez montré que l'on peut faire du metal chanté dans notre langue. C'est important. »

« Clairement. D'abord, tu chantes dans ta langue maternelle. Tu chantes des choses avec une certaine sagesse, une certaine philosophie et je l'espère de la profondeur. En Anglais, je me serais moins bien exprimé. »

« Après le Zenith, vous faites une pause, j'imagine. »

« On fait une petite pause jusqu'au 15 Janvier. Après, il y aura une trentaines de dates l'an prochain. Cette année a été fatiguante. Le fait que les salles soient remplies fait qu'il y a une attente. C'est bien mais cela t'oblige à sortir de ta zone de confort.

« La set-list est surtout axé sur les deux derniers albums. »

« Ce sont deux albums qui enfoncent le clou de ce que l'on a connu à nos débuts. « Matière Noire » a été comme « Contraddictions » pour le groupe. C'est un disque qui a explosé sans que l'on ne s'en rende compte. Pareil pour le public : c'est un disque qui leur a fait le même effet que « Contraddictions ». Il y a des gens qui nous ont découverts avec ces disques. Pour ce soir, on a fait un sondage auprès des fans afin de savoir quels vieux titres que l'on a plus l'habitude de jouer, ils voulaient entendre. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 121 fois