Interview

APOCALYPTICA (2020) - Perttu Kivilaakso

Apocalyptica vient de sortir avec « Cell-O » un disque assez fantastique. Un album très romantique qui plaira tant au public metal qu'aux amateurs de musique classique. Rencontre à Paris avec le fort sympathique Perttu Kivilaakso.

« Comment est venue la décision que « Cell-O » serait un album instrumental ? »


« Sur chaque projet, nous voulons exprimer quelque chose de nouveau. Après la tournée Metallica Covers qui a duré plus longtemps que prévu, on a senti que nous devions retrouver le feeling que nous avions à nos débuts. Nous voulions faire un truc en dehors de toute perspective commerciale, sans la moindre concession. »

« Vos influences sont metal mais viennent aussi du classique. Vous citez Prokoviev, Chostakovitch. Cette influence classique du fait que l'album soit instrumental est-elle plus forte que sur vos autres albums ? »

« Je ne sais pas vraiment mais on s'est sentis libres de faire la musique que nous voulions sans se retrouver dans le format classique du rock. On aime Slayer comme Muse, les bandes sons des jeux vidéos ou le classique. On ne voulait pas faire un disque facile à écouter et il ne l'est pas. »

« Pour un musicien, c'est un challenge de faire à chaque fois quelque chose de nouveau. »

« Totalement. Ce disque a été l'un de nos plus gros challenges. Cela aurait été plus facile de faire un disque avec plein de guests au chant. Ce disque crée, du fait qu'il soit instrumental, une sorte de symphonie. J'espère que c'est une musique qui ouvre des portes. »

« Tu as dit que vous vouliez faire un disque qui laisse l'auditeur libre d'interprétation. »

« Oui, tout à fait. Les chansons sont comme des peintures. Celles-ci racontent une histoire. Nous aimerions que les auditeurs le ressentent de cette façon. »

« Vous êtes très éclectiques dans vos goûts musicaux. Vous avez repris Bowie comme Wagner. »

« J'ai débuté comme musicien classique puis à l'adolescence j'ai découvert Judas Priest, Metallica et n'ai plus écouté que ça durant dix ans. Aujourd'hui, j'écoute du black metal norvégien comme du classique ou Muse. J'ai des goûts très divers en effet. »

« Vous avez sorti les premiers singles de l'album bien avant la sortie du disque. »

« Le premier single, « Ashes of the Modern World » sera le morceau qui ouvrira nos concerts. Il était évident que ce serait le morceau qui ouvrirait aussi l'album. J'ai toujours eu l'image d'un Monde où il n'y aurait plus d'humains. Je suis inquiet pour le futur du monde. Je me rends compte qu'aujourd'hui pour venir faire cette interview j'ai pris un avion et que cela détruit la planète. Nous pouvons faire des choses à notre petit niveau, recycler les choses, par exemple. Nous sommes plein de contradictions car un show rock consomme tant d'énergie et en même temps nous ne devons pas arrêter cela. Le premier single et la plupart des titres de l'album parlent du futur de l'Humanité. »

« Rise » le deuxième single est l'un des morceaux les plus romantiques que vous ayez jamais écrit. »

« C'est l'un des rares morceaux de l'album qui exprime de l'espoir. Nous sommes fiers de cette vidéo. Elle a été réalisée par Lisa Mann qui a fait beaucoup de vidéos pour nous. »

« Vous avez joué récemment avec Sabaton. Vous avez même joué ensemble sur certains morceaux. »

« L'un des membres de Sabaton avait eu envie en nous voyant en concert de collaborer avec nous. On a fait plein de collaborations mais c'est rare que nous en faisions live. On a répété en Suède pour la tournée avec Sabaton. Sur scène, nous jouerons quatre à cinq morceaux avec eux. On adore ces mecs. Ce sont les plus gentils de tout le business. »

« Cette tournée avec Sabaton est énorme. »

« Elle va durer cinq semaines. Nous jouerons au Zénith en France. »

« Quelle sera votre set-list ? »

« Nous jouerons des titres du nouvel album bien sûr mais aussi des titres avec Elize Ryd, la chnteuse de Amaranthe au chant. Nous ferons une sorte de best-of avec des reprises de Metallica. On jouera « Nothing Else Matters », c'est sûr. »

« Votre dernier album arrive cinq ans après le précédent. C'est long. »

« Durant ces quatre années, nous avons donné plus de quatre cent concerts. Nous étions sur la route en permanence. Nous avons eu un break de cinq semaines et avons débuté l'écriture de ce disque. »

« Que signifie le titre du disque « Cell-o » ? »

« Nous espèrons qu'à travers la mélancolie de l'album et celle de de ce titre, il y aura une prise de conscience des gens pour mieux se comporter les uns avec les autres et aussi pour mieux traiter la planète. »

« Vous avez été les premiers à utiliser des violoncelles dans le metal. Cela a dû être surprenant pour le public metal au début. »

« Les gens ont été surpris mais nous avons trouvé notre public très vite, en fait. »

« Vous avez joué il y a quelques années au Hellfest. Quel souvenir en gardez-vous ? »

« C'était merveilleux. Il y a toujours une programmation incroyable à ce festival. Nous n'y jouerons pas cette année mais nous espèrons l'an prochain. »

« Vous avez deux millions de followers sur Facebook. C'est énorme. »

« Tu n'espères jamais qu'un truc comme cela t'arrive. Nous n'avons jamais eu en tête de devenir des rock-stars. Nous voulions simplement faire la musique qui nous plaisait. Pour moi,le plus important est que nous sommes restés amis à l'intérieur du groupe. Si cela n'avait pas été le cas, le groupe aurait splitté.»
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 143 fois