Interview

DEWOLFF (2020) - Pablo et Luka van de Poel, Robin Piso

DeWolff vient de sortir avec « Tascam Tapes » un superbe disque. Un album loin du blues distillé d'ordinaire par le groupe car ce nouvel opus cela en surprendra plus d'un sonne soul/funk. Et les Hollandais s'avèrent aussi bons dans ce genre qu'ils ne le sont dans le blues. Rencontre à Paris.

« J'ai été très surpris la première fois que j'ai écouté votre album car il sonne soul-funk alors que vous faisiez du blues jusqu'ici. »


« Nous n'avions pas l'idée de faire un disque typé tel ou tel genre musical. On a utilisé notre temps libre hors des concerts pour écrire des chansons. On a utilisé un sampler de batterie que nombre de musiciens utilisent pour produire de la funk et de la soul. Cela vient peut être de là. C'était la première fois qu'on utilsait ce truc. »

« C'est vrai mais tout l'album est funk/soul. »

« Il y a des titres qui sont encore assez blues quand même. Après, c'est vrai que les morceaux sont très groovy mais le groove a toujours été important chez Dewolff. »

« Au début, vous sonniez très psyché puis vous avez sonné blues et maintenant soul /funk. Vous changez tout le temps de style. »

« Ce nouvel album est un projet un peu à part du reste de notre discographie. Nous n'avions jamais pensé que nous ferions un album soul. Nos goûts musicaux évoluent avec le temps et nos inspirations changent. Il est vrai que ces dernières années nous écoutions beaucoup de soul mais pour nous cet album reste blues à 80 %. »

« It aint'Easy » sonne comme la BO d'un film de Tarantino. »

« Oh merci. »

« Vous m'avez dit à plusieurs reprises être très éclectiques dans vos goûts musicaux. »

« Oui, nous écoutons de tout. Pour venir faire cette interview à Paris, nous écoutions de la country dans le van. AC/DC n'a jamais changé de genre musical. Nous, nous avons envie de ne jamais refaire le même disque. »

« Vous avez enregistré l'album sur la route ? »

« Oui, on jammait et écrivait des chansons dans le van sur la route en allant d'un concert à l'autre. On utilisait un drum sampler, un synthé dans le van. On a fait quelques arrangements à la fin dans notre studio en Hollande. On avait des tas de cassette mais presque tout était fait. Parfois, on devait retrouver des cassettes perdues dans le van.»

« Vous avez fait cet album pour ne pas vous ennuyer entre les concerts ? »

« On peut s'ennuyer entre les concerts mais la vie en tournée est tellement intense qu'il est important de se reposer. Du coup à un moment nous nous sommes dit qu'avoir cette idée de faire ce disque sur la route était de la folie. Parfois, nous étions crevés et en même temps on se disait ah on devrait peut-être écrire un nouveau morceau. On a écrit certains titres de l'album après des concerts en France. »

« Tout n'est pas improvisé sur le disque ? »

« Non, il y a des choses qui sont écrites. Il y a aussi des morceaux qui sont partis de jams puis ont évolué avec le temps. »

« L'album est très positif mais il y a un morceau comme « Love is such a Waste » qui sonne négatif. Il y avait un sentiment négatif à ce moment là ? Une rupture ? »

« Bonne question. « Love is such a waste » n'est en fait pas si négatif que le titre pourrait l'indiquer. L'idée est que si tu n'étais pas tombé amoureux de cette personne, il ne te serait pas arrivé toute cette merde après. C'est vrai que le disque est positif. Cela a été tant de fun à faire cet album. C'était totalement nouveau pour nous comme façon de produire. »

« N'avez-vous pas peur que vos fans trouvent que vous vous éloignez trop de vos bases avec cet album ? »

« On gagnera d'autres fans. Nos fans de base savent que nos live seront toujours du high energy rock. Au fait, quel est ton morceau préféré du disque ?»

« It aint' Easy », « Rain » , « Blood Meridian 2 » . J'ai beaucoup pensé aux Bo de Tarantino en écoutant le disque. »

« Tu devrais lui envoyer l'album. »

« Vous avez été bons dans le psychédélisme, dans le blues, maintenant dans la soul/funk. Vous voulez vous confronter à chaque fois à un nouveau genre musical pour voir si vous en êtes capables ? »

« Consciemment, non. Nous sommes ultra fans de country aussi comme nous te l'avons dit. Nous aimons beaucoup Gram Parsons. Nous écoutons aussi de l'afro-beat du Ghana. »

« Votre matériel est totalement vintage ? »

« La plupart de notre matériel mais pas tout. Nous aimons bien sûr le son analogique. Sur l'album, nous avons parfois utilisé le matériel des salles où nous jouions. A Biarritz, par exemple, la table de mixage était super. Nous l'avons utilisé. »

« L'album sonne très ensoleillé. Est-ce parce que de nombreux titres ont été enregistré sur la route dans le Sud de la France et en Espagne ? »

« Oui, c'est vrai que c'est un peu un disque d'été. Mais il y a des morceaux qui ont été faits en Allemagne. Pas beaucoup car c'était la fin de la tournée et nous étions vraiment crevés. »

« Vous aviez eu l'idée de ce disque avant de partir en tournée ? »

« Oui.On voulait voir comment ça sonnerait et ça a bien sonné. Il y avait une envie de faire comme les groupes des années 60, 70 qui faisaient des albums lorsqu'ils étaient sur la route. Led Zep 2, par exemple, a été enregistré un peu partout.»

« Il n'y a aucun élément psychédélique dans ce disque. »

« C'est un processus différent de faire un disque psyché. Ce serait impossible d'en faire un comme cela sur la route. Il faut être en studio pour faire un disque psyché. »

« De quoi parle « Blood Meridian One and Two » ?

« C'est tiré d'un livre qui parle de cow-boys outlaws qui chassent les indiens pour l'argent. C'est une histoire très triste. »

« Le disque vient de sortir. Vous partez en tournée bientôt ? »

« Oui. Le disque est prêt depuis un moment donc nous avons eu le temps de nous reposer. Nous pouvons reprendre la route dès Février. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 78 fois