Interview

THINK OF A NEW KIND (2020) - Raf Peter (Chant) et Nils Courbaron (Guitare)

Dix ans de carrière au compteur déjà pour Think of A New Kind. Pour fêter cela dignement, le groupe nous revient aujourd'hui avec un nouvel album, « Ideals will remain ». Le combo poursuit dans la veine death mélo qui a fait sa renommée tout en s'ouvrant à d'autres genres musicaux. C'est ce qui fait toute la richesse de ce nouvel album. Rencontre à Paris avec le groupe.

« Cet album a été long à sortir. Le précédent, « Symbiosis » datait de 2015. Pourquoi cela-a-t-il pris autant de temps ? »


« Il y a eu plusieurs changement de line-up. Les trois albums précédents étaient sortis sur le même label, Sound of Music. Nous avons changé de label. Nous avons enregistré « Ideals will remain » il y a deux ans et on avait l'ambition de le sortir dans les meilleures conditions possibles. On avait l'envie de passer un palier. »

« C'est votre premier concept album. La thématique développée est celle de l'idéal ? »

« Nous aimons les métaphores. Nous voulions parler de notre monde mais d'une manière fantasmée. La thématique est celle d'un monde qui s'est cassé la gueule. Dans ce nouveau monde, il y a un combat entre différentes factions pour le contrôle de la planète. »

« Le clip de « The Pledge » illustre cela. »

« C'est une sorte de métaphore du mal. Des putrides, sorte de zombies, essaient de gérer le monde en créant un climat de terreur. Face à eux, nous combattons par la culture. Nous sommes la résistance face aux putrides. »

« The Pledge » a été choisi comme premier single. Parce qu'il a un côté un peu mainstream ? »

« Le morceau a un refrain fédérateur. Pour la première fois de notre carrière il y a des mots en français dans ce titre : « Notre metal est plus fort que le leur ». Cette phrase on l'avait trouvé au lendemain des attentats du Bataclan. Une semaine après les attentats, nous partions en tournée en première partie de Soilwork. Nous avions eu ce slogan en tête, un slogan contre ceux qui essaient d'imposer leurs idées avec des armes. »

« Soilwork a été une grosse influence du groupe. »

« Oui et ça l'est encore d'une certaine manière. Avec cet album, nous pensons avoir dépassé cette influence. Il y a dans le nouvel album d'autres styles musicaux comme du metal moderne. On découvre d'autres choses qui nous influencent même si nous sommes toujours sur la même recette. Dans le groupe, certains écoutent du djent, d'autres du Messhughah, d'autres du metal moderne. Tout se mélange. »

« Il y a deux morceaux très courts dans l'album. »

« Oui ce sont les deux parties du même morceau, comme des interludes. L'album est pensé en deux parties : la première assez sombre et la seconde plus lumineuse. »

« Vos premiers albums avaient eu de très bons retours. Est-ce que cela vous a mis une quelconque pression pour ce nouveau disque ? »

« Les changements de line-up et l'ambition de passer un palier étaient plus important que tout le reste. Nous avions envie de faire un truc qui nous plaise à tous. Notre premier album avait été très bien accueilli et c'est pour le deuxième que nous avions ressenti un peu de pression. Pas là. Dans les critiques on trouvait certaines d'entre elles injustes qui disaient par exemple que l'on faisait du Soilwork réchauffé. »

« Le son du disque est assez dur. »

« On a eu envie de mettre moins de voix claire. Elle est en avant dans le dernier morceau de l'album. Il y avait ce choix artistique de ne pas avoir le même traitement de la voix que dans notre précédent disque. »

« Le fait de signer chez Verycords est un saut qualitatif pour le groupe, j'imagine. »

« Clairement. Ils nous ont aidé à développer le concept. Tout était prêt mais ils nous ont épaulé sur la façon de sortir du lot. On a confronté nos idées avec le label. Ils ont pensé à un comic-book dans le style Marvel pour promouvoir l'album. On a trouvé l'idée géniale. Cela introduit bien la thématique du disque. C'est Marcelo Ferreira, un brésilien, qui l'a dessiné. »

« Cette année est celle des dix ans de votre premier album. Vous pensez faire quelque chose par rapport à ça ? »

« Ce n'est pas prévu pour le moment mais on pense faire quelque chose, oui. »

« Vous avez tourné en novembre-décembre dernier. C'était pour tester les nouveaux titres live ? »

« C'était pour le plaisir mais effectivement aussi pour tester ces nouveaux morceaux. On jouait cinq, six titres du nouvel album. On avait envie de renouveler notre set-list aussi. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 37 fois