Interview

AND OCEANS (2020) - Mathias Lillmåns (Chant) et Timo Kontio (Guitare)

On peut parfois être déçu du retour d'un groupe après des années de séparation. Surtout si celles-ci se comptent en dizaine. And Oceans est une exception à la règle. Près de vingt ans après leur dernier album, « Cypher », les Finnois nous reviennent avec un excellent disque « Cosmic World Mother ».Un splendide album de black sympho aux variations death subtils. Entretien avec leur chanteur Mathias et leur guitariste Timo.

« Vous revenez après dix sept ans d'absence. J'imagine que cela doit vous faire bizarre un retour après tant d'années ? »


« Oui, cela faisait un moment que nous avions disparu des radars, effectivement. On a arrêté en 2005 après avoir donné deux derniers concerts. C'est vrai que ça fait un bail. »

« Je sais que vous avez joué dans des groupes ensemble. Est-ce cela qui vous a donné envie de redonner naissance à And Oceans ? »

« Pas vraiment. Le retour de And Oceans vient de différent facteurs. Nous aimons le son du symphonique black metal des années 90 et le death-metal old-school. On avait envie de refaire cela. Notre vécu commun dans des groupes n'a pas influencé sur ce retour. »

« Est-ce que vos fans vous ont mis la pression pour un retour possible du groupe ? »

« Pas vraiment. Il y a des gens qui continuaient de parler de And Oceans mais ce n'est pas la raison pour laquelle nous nous reformons. Même si les concerts que nous avons donné il y a deux ans se sont super bien passés et nous ont donné l'envie de poursuivre l'aventure, ce n'est pas la base de ce retour. »

Avec cet album, vous revenez à vos sources black-metal symphonique en éliminant presque totalement votre côté électronique »

« C'est vrai. C'était intentionnel. Nous voulions retrouver le son de nos vieux albums. Après, tu ne sais jamais si tu vas y parvenir. »

« Même s'il y a moins ce côté électronique, les claviers restent très importants chez vous. »

« Tout à fait. Cela a toujours été ainsi dans And Oceans. Peut être que dans les prochains albums, il y aura encore davantage de synthé. Notre clavier expérimente beaucoup. Il a composé deux morceaux pour ce disque et a bossé sur les arrangements car il connait bien le travail en studio. C'est la première fois que nous composons des morceaux aux synthés. »

« Le chant est à la fois en suédois et en anglais. Pour quelle raison ? »

« Mathias s'est senti libre de chanter en suédois lorsqu'il le sentait. Cela donne un côté plus varié au disque. »

« Celui-ci est-il un concept album autour des thématiques de transformations physique et psychique ? »

« Oui, c'en est un. Cela parle des différentes énergies, de leurs transformations. Cela parle aussi de l'énergie après la vie. Après, chacun peut y donner l'interprétation qu'il veut. »

« Qui est Adrien Bousson qui a réalisé la pochette ? J'imagine qu'il est français. »

«Oui, tout à fait. Il connait bien le groupe et avait étudié nos anciens art-works. Il travaille régulièrement pour Season of Mist. Il est talentueux. »

« Vous avez enregistré au Wolfthrone Studios à Forsby en Finlande. Parce que le producteur du lieu Owe Inborr est un ami à vous ? »

« C'est l'une des raisons. Il y a aussi le fait que ce soit près de chez Timo. C'était pratique à cet égard. C'est un endroit super calme au milieu de nulle part. Il y a 100 habitants à tout casser dans cette ville et même pas un magasin. Si tu veux acheter un truc, tu dois aller au village à côté. Ce studio devient de plus en plus connu. Owe travaille régulièrement avec un label belge de black metal. Il était dans des groupes black et stoner. »

« Vos morceaux à l'opposé des groupes de black sympho sont courts. »

« Nous ne l'avons pas pensé consciemment. Nous avions des morceaux plus longs sur nos premiers albums. Mais ce n'est pas important. S'il y a un feeling pour faire des titres de sept minutes, on le fera. »

« Même si vous êtes un groupe black, la mélodie compte chez And Oceans. »

« Cela a toujours été ainsi. Les mélodies sont importantes pour nous. Si un morceau doit se faire sans mélodie, on n'en fera pas. On ne les force pas mais oui elles comptent. »

« L'instrumental de l'album, « In Abbhorence Upon Meadows » est un peu à part du reste disque. »

« Il a été composé par le clavier. Notre album est assez long et ce morceau est comme une respiration, un break avant de repartir de plus belle. »

« Il y a trois nouveaux membres dans le groupe. Que vous apportent-ils : une nouvelle énergie, un sang neuf, une façon de voir différente ? »

« Tout ce que tu viens de dire. Le batteur a dix ans de moins que Timo. Ce sont tous de supers musiciens. Ils nous apportent beaucoup. »

« Le disque sort en ce mois de Mai. N'est-ce pas un peu dur de le sortir en pleine crise du Covid-19 ? »

« Si bien sûr. On ne sait pas ce qui va se passer dans les prochaines semaines, les prochains mois. Nos concerts sont bien sûr annulés. On espère repartir en tournée assez vite. »

« Vous avez quand même pu donner quelques concerts cette année. »

« Oui, nous avons donné un concert lors d'un festival en Finlande. On ne sait pas encore si nous pourrons jouer en Finlande cet été ou à l'automne, dans de petits clubs. On l' espère. »

« C'est trop con de revenir après dix-sept ans d'absence juste à ce moment-là. »

« C'est clair (rires). »

« Timo, est-ce que tes projets hors And Oceans ont influencé sur la composition de ce disque ? »

« Pas vraiment parce que mes autres projets étaient très différent de And Oceans. Je faisais des trucs metal-indus. C'est pourquoi je suis content de ce retour avec And Oceans, de revenir au black sympho et au death. »

« Pensez-vous que And Oceans a influencé la dernière vague black ? »

« On ne sait pas trop. Nos deux premiers albums sonnaient un peu différemment des groupes black de l'époque mais Dimmu Borgir, Emperor existaient déjà à l'époque. Nous n'étions pas les seuls à faire ce genre de musique. »

« Vous avez réalisé plusieurs clips avant la sortie de l'album. Il y en aura d'autres ? »

« Probablement pas. En tout cas, pas pour le moment. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 94 fois