Interview

ADAGIO (2006) - Stephan Forté

Tout d’abords merci de répondre aux questions pour seigneurs du métal

Avec plaisir


3eme album et 3eme line up, là tu tiens le bon bout,es tu est enfin arrivé à ce que tu voulais, aussi bien humainement que musicalement ?


Exactement : là on ne ce lâche plus, on ne se quitte plus et on affronte tout ensemble, c’est la magie d’être entre potes, en plus ce sont des musiciens exceptionnels. Je suis super content d’avoir des amis avec moi.


D’où vient ce titre « Fire forever » il dénote tellement du reste de l’album ?


A la base je vais pas le cacher c’est un titre formaté pour le japon ; on a fait un titre dans l’esprit de ce qu’ils aiment à la In Nomine du premier album, up tempo et voilà. Ce n’est pas un titre habituel d’Adagio mais on va quand même prendre plaisir à le jouer sur scène


Pourquoi avoir fait cette reprise « Fame » et surtout pourquoi l’avoir introduit dans l’album et pas en bonus ?


Tout simplement parce que le but de Fame était de faire une reprise qui n’ai aucun rapport avec Adagio et essayer d’en faire une chanson d’Adagio, on a choisi un titre diamétralement opposé là en l’occurrence un tube disco et on en a fait une chanson d’Adagio le but c’était ça !
A la base c’est pour le fun. Et puis on aime pas trop Undying voilà.


Quelle est la raison pour laquelle tu t’es occupé de la production avec Kévin ?


Pour être libre artistiquement de pouvoir faire nos choix, expérimentés, pas seulement faire la musique d’Adagio mais aussi la produire dans le sens ou on voulait que l’album représente réellement ce qu’ont voulait. Ce qui veut dire beaucoup plus de travail, beaucoup plus de difficultés pour nous surtout quand on voit le travail du dernier album qui fut produit par Dennis Ward (Angra, Pink Cream 69).
Mais on savait que ce serait plus de travail, on se sentait de la faire comme ça pour être le plus satisfait, et au final on est très contant du résultat et on va continuer dans cet esprit là je pense.
Pas forcément continuer avec le même son mais continuer dans le sens Adagio.


D’ailleurs je la trouve un peu plus brute par rapport à Underworld, c’est fait exprès ?


Oui : Underworld c’est quelque chose de très aseptisé, très gai enfin au niveau de la batterie c’est pas un vrai son naturel, et là on a voulu voir si on arrivait à garder de la puissance en ayant un son très naturel de batterie moins aseptisé.
En gros et ce fut un vrai challenge car c’est facile d’avoir un gros son de batterie en studio, on a voulu le faire comme ça et on est très content pour la prochaine fois on fera encore différemment.


Ou sont passé les jolies co-écritures dont on avait parlé, car là sur le livré tout les titres sont écris Forté ?


Et oui mais tu vois sur Underworld, il y a eu des titres qui ont été co-écris mais cela n’a même pas été marqué sur le livré. Tu vois Niflheim à était co-écris avec Frank, Next Profundis Frank Kévin et moi et là sur cet album, j’ai… tout écrit (rire) mais j’ai changé d’approche dans la sens ou je leur donne moins d’information qu’avant pour leur laisser plus de liberté de s’exprimer avec leur personnalité. Il y a une ligne directrice assez finie mais en même temps ils peuvent changer leur truc avec leur personnalité, tu vois par exemple si Frank doit faire un Do il préfèrera faire un arpège plutôt que le note, c’est comme ça qu’il le sens. Donc comme ça on retrouve quand même la cohésion du groupe car chacun y met sa patte.


Gus réalise une performance formidable quel a été vraiment son travail sur cet album ?


Un gros travail de… ben lui à la base il vient du FM même si il est fan de métal comme nous tous mais il a du renforcer le ton un petit peu car il en une voix assez claire très mélodique, mais il a une capacité à s’adapter et une polyvalence assez exceptionnelle, et il y a eu aucun problème. Sont plus gros travail a été de nous supporter Kévin et moi car on est pointilleux très pointilleux, donc cela peut être chiant pour les gens qui n’ont pas l’habitude mais apparemment il n’est pas mort (rire).


C’est lui qui a écris les lignes vocales ?


Non c’est moi, il a ‘juste’ eu a interpréter, mettre les intonations comme il fallait, nuancer en accord.


Dit moi niveau texte ça sens la ‘gaieté’ (rire) qu’est ce qui t’a inspiré ces derniers temps pour en arriver là ?


Je suis fan de film d’épouvante et de l’art sombre en général donc ce n’est pas une introspection comme sur Underworld car j’en ai assez dit sur moi, non là c’est moins personnel. Si c’était le reflet de moi je ne serais pas là pour en parler (rire).


Comme prévu il y a beaucoup de passage Black, qui les a réalisé ? Et n’as tu pas peur de faire partir les fans allergiques, à force et aussi peut être te retrouver au carrefour de beaucoup trop de style (néoclassique, progressif, black…) ?


Ouf !! Personnellement je ne pense pas, on fait ce qu’on aime sans se poser ce genre de question ; c’est vrai que les fans de prog pur risquent d’être désorienté mais bon a fait vraiment ce qu’on voulait faire.


Et pour les voix black qui les a réalisées ?


C’est moi


Je peux avoir une petite démonstration ?

Là je peux mais je suis dans les couloirs de XII bis records si je fais ça je vais me faire foutre dehors par le sécurité (rire).


D’accord je ne vais pas insister !! (rire)

Tu verras en concert




Les titres sont plus court, tu as préféré privilégier l’efficacité comme sur Sanctus Ignis que la complexité comme sur Underworld ?


Je vois ce que tu veux dire mais Dominate est plus rentre dedans moins prog plus brutal, on voulait faire un vrai album de métal pas dans la demi mesure ; donc ça veux dire pas de compromis c’est aller à l’essentiel tout en conservant l’identité d’Adagio. Mais en format plus court. Donc je ne dirai pas comme Sanctus Ignis mais tout simplement comme Dominate.


On sent vraiment de la liberté au niveau de ton jeu surtout en solo, tu ne t’es fixé aucune limite tu as laissé ton cœur parler aux travers de ta guitare je me trompe ?


J’ai été restreint par le temps en fait. Vu que les chansons sont plus courtes et que c’est le chant qui prédomine je ne pouvais pas faire des solos interminables, il a fallu que je sorte mes idées sur un laps de temps assez court donc c’est vrai que l’on m’a reproché d’avoir fait un peu trop de shred moi je le voit pas tu tout comme ça, forcement, tout simplement parce que j’avais peu de temps et quand on a beaucoup d’idées dans la tête ça fait pas mal de trucs.


Comment ça se fait que la set liste soit différente entre Japon et Europe ?


Parce que comme je t’ai dit tout à l’heure Fire Forever est spécialement fait pour le Japon et le morceau de l’album c’est Dominate, c’est la morceau le plus représentatif avec Children of the dead lake.


Encore une fois vous en avez mis du temps pour sortir cet album, tu mets combien de temps pour composer et enregistrer ?


En général pour une chanson normale 3 semaine un mois, pour Fire Forever 3 jours (rire), ouais en général je mets 1 mois par chanson.


La pochette est vraiment sublime, sombre et très poussée au niveau du graphisme et des détails qui l’a réalisé ?


Un grand dessinateur qui malheureusement a décidé d’arrêter de faire du dessin, c’est un véritable artiste dans le sens où il se torture chaque fois qu’il fait quelque chose, et vu qu’il trouvait que ce qu’il faisait c’était médiocre il a décidé de tout arrêter, il s’appelait Anthony Ales et maintenant il a contacté les monastères pour y aller faire du pain et voilà (rire) j’espère que c’est pas moi qui lui ai tapé trop sur le système en étant trop pointilleux. Il avait un talent immense et voilà…


Même niveau pochette tu as complètement changé de style, tu as donné en quelque sorte une image au son ?


Exactement, maintenant c’est un nouveau concept un nouveau départ pour Adagio.


Maintenant tu fais vraiment ce que tu as envie de faire ?


Non ça l’a toujours été mais c’est plus affirmé au niveau de nos goûts et je pense que l’on devait refaire Underworld qui reste toujours un album qui nous tient particulièrement à cœur il serait plus métal, tu vois je pense que le prochain sera un combinaison entre Underworld et Dominate. Orchestral comme Underworld et puissant comme Dominate.


Le fait d’avoir un line up ‘à toi’ plus stable ça te permet de développer une musique plus personnelle ?


C’est clair ; tu vois pour Underworld au niveau de la batterie ça joue super bien mais ce sont des parties individuelles, là il y a un ensemble, un esprit de groupe, une individualité commune.


Je sais que c’est peut être un peu tôt, mais y a t’il déjà des projets de concerts (tournée, festival…) ?


Oui le 24 mars à Carthage avec Robert Plant, ça va être super, 7 avril à Eindhoven, le 29 juin c’est la date parisienne à l’Elysée Montmartre en première partie il y aura Andromeda je crois et ensuite on attaque la tournée en septembre puis l’Europe et le reste du monde à partir de l’an prochain.


Pour terminer tu as des nouvelles de David ?


Non il suit son chemin nous le notre et vu que le business a tout pourri donc…


Ok !


Pour conclure je te laisse la parole?


Merci encore pour cet entretient avec les seigneurs du métal, j’espère que les fans vont apprécier Dominate et qu’ils vont venir nombreux au concert, et en attendant de voir tout le monde en tournée je vous souhaite un bon Dominate



Petite info pour préciser que Stephan travail actuellement sur un album solo instrumental qui sera totalement libre et sans concession, album loin d’être abordable dixit le guitariste qui jouera vraiment sans retenue.
 
Critique : Guillaume
Vues : 1588 fois