Live Report

STEVE 'N SEAGULLS - L'Usine - Istres - 3/12/2016

 
STEVE ’N SEAGULLS

C’est sur une décision de dernière minute que je me dirige vers la salle L’Usine à Istres pour assister au concert des Finlandais. Première surprise, ils jouent dans la grande salle. Seconde surprise, il n’y a tout simplement pas de groupe d’ouverture, et le groupe est déjà présent à son stand de merchandising (du moins Hiltunen et Herman).

Il quasiment 21h30 quand le concert commence, et ça commence dans une version 50/50.
Les premiers 50% : le groupe est en forme, souriant et attaque le sourire aux lèvres, et une énergie débordante. Le plus en forme et le plus grand buveur de bière (car il en faut un) est certainement Pukki (contre basse). Mais il est aussi le plus malheureux de ce début de concert. En effet, nous n’entendons pas son instrument, car soudainement sur « Symphony Of Destruction » le on craque et tombe. Défaut de cable, de rack, on ne sait pas et le concert s’arrête. Deux petites minutes, ça reprend, puis stop aussi net. On nous annonce une pause d’au moins dix minutes, et nous annonce que l’inné son Anti « is sweating his balls off to solve the problem ». Après deux bières englouties rapidement, le groupe part dans les loges. Il aura fallu une bonne quinzaine de minutes pour que le tout reprenne. Pour ne pas rester sur nos dents, le quintet suomi reprend sur « Symphony Of Destruction » et nous replonge dans cet univers barré de leurs reprises fermières.
Ayant eu le temps de boire un peu plus que prévu, le public est encore plus chaud et l’ambiance dans la fosse devient électrisante et délirante, remplie de clowneries ici et là, et les personnes chantant a tu tête.
Bien entendu, il y a des moments forts, dont un en particularité. Pour la seconde fois de sa tournée, le groupe s’essaye sur un titre bonus au moment du rappel: Antisocial de TRUST. Un moment au sommet, chanté par Pukki avec élégance pour une langue assez difficile à parler pour nos confrères nordistes.
A côté de ça, ce sera les « Seek and Destroy » de Metallica, le « Thunderstruck » de AC/DC ou encore le « The Trooper » d’Iron Maiden.

En somme une soirée bon enfant, avec ses aléas qui me confirme mes pensées sur le groupe. Sur album ça reste correct, mais sur scène, c’est le feu complet.

Set List:
Aces High 
(Iron Maiden cover) 

You Could Be Mine 
(Guns N’ Roses cover)
Over the Hills and Far Away 
(Gary Moore cover) 

It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll) 
(AC/DC cover) 

The Trooper 
(Iron Maiden cover) 

Self Esteem 
(The Offspring cover) 

Symphony of Destruction 
(Megadeth cover)
Black Dog 
(Led Zeppelin cover) 

The Pretender 
(Foo Fighters cover) 

You Shook Me All Night Long 
(AC/DC cover)
Fill Up the Tank 


Sad But True 
(Metallica cover)
November Rain 
(Guns N’ Roses cover) 

Burn 
(Deep Purple cover) 

Thunderstruck 
(AC/DC cover) 

Encore:
Antisocial (Trust cover)
Seek & Destroy 
(Metallica cover) 

Born to Be Wild 
(Steppenwolf cover)
 
Critique : Lionel
Date : 3/12/2016
Vues : 53 fois