Live Report

HELLFEST 2018 - Autres Scènes - 3/7/2018

 
Si les Main Stages sont là pour apporter de la diversité musicale histoire de plaire à tous le monde, les autres scènes, elles, sont là pour les afficionados de l’extrême. Ainsi la Warzone (où je n'irai que pour un groupe) est dédiée au punk et au hardcore pur et dur.
Le Temple sera voué au black metal et l'Altar au death et ses dérivés. C'est sur ces deux dernières que je passerai le plus clair de mon temps.
La Valley, elle, fait office de scène découverte où on pourra jouer du rock, du psychédélique, du nawak ou du stoner. Et cette année ces scènes envoyaient du lourd!

VENDREDI

L'avantage des tentes c'est qu'on est au frais et à l'abri du vent. Sorte de petit nid douillé pour métalleux. Pour ce vendredi ça sera un nid surtout black metal, ce qui me permettra d'étendre mes connaissances sur ce style que je n'affectionne pas particulièrement. Pourtant dès Caïnan Dawn et son jeu scénique très froid je ne peux m’empêcher d'être attirer par cette voix d'outre tombe et cette ambiance glaciale. Bien que je préfère la prestation de Schammasch car plus visuel, le chanteur étant peint et vêtu d'une tenue type moine, assez intéressant et une musique directe et violente.
Je vais pas vous jouer de la flûte ; ce que j'attendais c'était surtout Misanthrope! Le retour des frenchies en terre clissonaise est visiblement très attendu et le groupe livrera une excellente prestation en prenant tout le monde à contre pied car ne jouant quasiment que des anciens morceaux. Un moyen de revisiter sympathiquement les classiques et rappeler que le groupe a de la bouteille ! Merci pour ça les gars !
Étant très affairé sur les Main Stages je louperai malheureusement Solstafir et ferai Therion en fin de soirée. Le son sera bon mais je trouve qu’il se dégage moins de magie que dans un petit concert en salle. Dommage... C’est sûrement moi qui fait mon difficile.
Petite journée mais pas de soucis c’est les deux prochains jours qui sont chargés !

SAMEDI

Pour aujourd’hui il y a un certain nombre de groupes que j’attends, et autant vous dire que ça a été la course entre les tentes et les Main Stages. Rapide passage le matin avec Marie pour voir Incendiary à la Warzone. Le chant me rappelle Zack de la Rocha mais avec un style plus hardcore. Pas inintéressant pour démarre la journée avec une mousse...
Après un rapide coup d’œil à Ho99o9, groupe américain mixant hip-hop et punk hardcore (A ce jour Marie et moi ne savons toujours pas ce qu’on a écouté) mais le show envoyait du très très lourd. J’ai rarement vu un telle énergie ! Les gars étaient comme possédés ! A voir au moins une fois.
Je continue ma ronde avec Heilung et là non plus je ne sais pas ce que j’ai écouté. Chant tibétain style « throat singing », très visuel au demeurant. Cornes de cerfs, vieilles tenues, maquillage shamanique, la totale. Mais sortie de ça, musicalement, je n’y ai pas trouvé mon compte.
Un peu plus tard je reste dans le même genre avec Arkona. Le style plus ambiant prog développé par le groupe ne me touche pas plus que ça mais il y avait une bonne énergie sur scène et le public répond présent.

C’est là que commence mon marathon journalier. Déjà fin de journée et Kataklysm déboule du grand nord canadien ! Autant vous dire que le son était puissant et le show aussi. Maurizio est en forme et nous fera le plaisir de parler français, ça plaît bien au public. Les titres du dernier opus comme « Outsider », « Guillotine » ou « Narcissist » passent très bien en live. Je regrette de ne pas être resté plus longtemps. J’aurais préféré ça à Body Count mais bon, on peut pas tout faire…
Children of Bodom fait son grand retour sur la scène du Hellfest, mais je trouve la prestation trop froide. Lumières pauvres, peu d’interactions. Le même show encore et encore. J’ai certes décroché il y a longtemps et pour sûr, je ne suis toujours pas emballé… A voir sur le prochain album ? Cela dit ça n’enlève pas le talent des gars !
C’est un retour au black metal du Temple pour Watain qui, malgré le style que je n’affectionne pas trop, me mettra une baffe monumentale. La scène est magnifique, ça transpire le malsain, lumières rouges, feu de partout, ouais y’a pas à dire ils savent poser l’ambiance. Le son était impeccable c’était super ! Même chose plus tard, dans un registre totalement différent, avec Nile. Bulldozer à part entière, le groupe américain a atomisé ce qu’il restait de cervicales aux gens présents. Leur brutal death speede à mort et envoie du très très lourd !
Je garde quand même un peu d’énergie car après il y a le grand retour après cinq ans de Dimmu Borgir, venu défendre son dernier né « Eonian ». Le show est très visuel, avec un excellent son. Le groupe reste malheureusement en retrait, laissant Shagrath faire le boulot. Et il le fait très bien. Les titres du dernier album comme « Interdimensional Summit » ou « The Unveiling » passent très bien en live et les classiques « Gateways » ou « Progenies of The Great Apocalypse » déchaînent toujours autant les passions! Parfaite fin de soirée à l’abri du vent avec des groupes de qualité ! Un ou deux verre de Jack le temps que Marie finisse de pogoter sur Hatebreed à la Warzone et hop dans les bras de Morphée (métaphoriquement hein, ce n’est pas ma maîtresse !) que demain y’a marathon !

DIMANCHE

Dernier jour (Noooooooonnnnn!!!!!) au paradis avec un programme chargé ! Je commence doucement au Temple pour l’apéro avec The Great Old Ones. Le black metal des bordelais est direct et efficace. Le public en redemande, le set étant malheureusement trop court à cette heure-ci.
Plus tard je prendrai ma claque avec Manegarm, le metal proposé par les suédois est puissant, festif, donne envie de chanter et étant déjà conquis par l’album je me rend compte qu’en live c’est encore mieux. Dommage que je ne puisse pas assister à tout le show. Et oui photographe au Hellfest on voit beaucoup de chose mais on profite trop peu.
Bon par contre arrivera Amorphis et autant vous dire que là je vais profiter !! Mon chanteur préféré (aka Tomi Joutsen) est là et je me dois de l’être aussi. Sa voix est aussi puissante que sur album, c’est un régal pour les oreilles !!! La setlist est parfaitement taillé pour plaire aux fans comme aux néophytes ! « Bad Blood », « Wrong Direction », « The Bee », « Silver Bride », que des tubes en puissance exécutés par un groupe souriant pour un public à fond ! Un moment parfait pour le fan que je suis.
Et le plus beau c’est que j’enchaîne directement avec Septicflesh !! Le show des grecs est comme à son habitude : puissant et violent. Je ne peux m’empêcher de remarquer que Seth ne chante pas les paroles… il invente ou fait du yoghourt sur quelques morceaux, notamment « Persepolis ». Mais bon je m’en fous, j’ai ma bière, je suis au frais et je kiffe. Y’a rien d’autre à retenir.

Juste avant Iron Maiden j’en profite pour shooter et regarder un titre ou deux de At The Gates visiblement attendu de pieds fermes par les fans. Grosse meute sous l’Altar malgré la présence de la Vierge de Fer à quelques mètres de là. Il faut quand même dire que le death mélodique que sortent les Suédois fait honneur à la ville de Göteborg. Musicalement impeccable, Tomas Lindberg très en voix. Ça slam, ça pogote, ça chante, bref un bon moment pour les gens !
Et je terminerai, très rapidement, la fatigue arrivant à grand pas, avec une bonne découverte, à savoir Carpenter Brut. Si je ne m’abuse, c’est leur premier passage, et ils sont déjà en clôture. Respect, et l’électro rock proposé par les français fait son petit effet. Festif mais rentre dedans, le public est venu en masse sous le Temple pour voir ça et ils ont eu raison. Bonne découverte et parfaite façon de clôturer ce festival dans la joie et la bonne humeur.

Ainsi un grand merci à tous les artistes, le staff, le public pour trois jours de merveille dans les méandres de la musique extrême écoutée par des Bisounours, parce que le Hellfest c’est ça !


 
Critique : SBM
Date : 3/7/2018
Vues : 47 fois