Live Report

IN FLMAES - LA POLOMA NIMES - 17/4/2019

 
Ce soir je pars à la découverte d'une nouvelle salle, la 'récente' Paloma de Nîmes qui accueille les grands Suédois d'In Flames. Arrivé à temps après quelques bouchons me voilà prêt à prendre place et à profiter de ce concert.

Le1er groupe à intervenir Light The Torch investit les planches à l'heure pour un show sympa. Le style qu'ils nous proposent ne se démarque pas trop de la scène actuelle, et malgré un chanteur qui se donne à fond avec une bonne voix claire tout cela manque de cohésion et de réussite dans sa communication avec le public. 35 minutes pas dégueu mais rien de chamboulant.

Le 2ème arrive c'est Norma Jean, bien plus énergique et schizophrénique. Un groupe puissant avec un chanteur habité au chant hurlé impressionnant. Quelques titres avec une base hard rock psychédélique sont intéressants, avant de redevenir un rouleau compresseur complexe et enragé
'Marilyn Monroe' est sauvage et dure à appréhender et durant ces 35 minutes m'aura donné des problèmes de digestion.

Place au grand moment de la soirée, In Flames, sachant que c'est ma grande première.
Je constate d’emblée que c'est Chris Broderick (Ex Megadeth) qui remplace Niklas Engelin à la deuxième guitare.
Le concert débute et d'entrée deux choses marquent, le son hyper puissant et clair qui permet de profiter de chaque membres du groupe (oui même la basse!!) et un jeu de lumières splendide certes parfois un peu trop stroboscopique (attention au épileptique) mais d'un effet monstrueux.
Le groupe est en forme et carré au possible, un peu trop même, je trouve que l'ensemble manque d'âme.
Coté chant Andrès est très en voix, les cours pris lui on fait du bien, sa voix gutturale est impressionnante, et son chant clair maitrisé. Dommage que pour ce dernier cela s’aggrave avec le temps. Par contre son chant crié viscéral a presque totalement disparu ce qui me peine car c'est bien la chose que j’adorai chez lui.
Coté set list le groupe puise allègrement dans son répertoire moderne avec bien sur le petit dernier mis plus en avant et qui sonne d'enfer dans ses conditions.
Le public à répondu présent la salle étant fort bien remplie et réagit allègrement aux demandes d'un Andrès taquin. Au final un concert fort bien exécuté mais qui ma laissé un sentiment de frustration, car j'avoue j'en attendais plus de ce poids lourd du métal.

Voices
Everything's Gone
Pinball Map
Where the Dead Ships Dwell
Call My Name
Monsters in the Ballroom
All for Me
(This Is Our) House
Deep Inside
Here Until Forever
The Chosen Pessimist
Leeches
Burn
Colony
My Sweet Shadow
The Truth
I Am Above
Cloud Connected
The End
The Mirror's Truth
 
Critique : Guillaume
Date :
Vues : 64 fois