Live Report

SONATA ARCTICA - 30.04.06 Trabendo (Paris)

 
Impatience ! Voilà le maître-mot du concert de ce soir. En 3 jours 25% des places ont été vendus, en une semaine 300 places se sont écoulées et en quelques mois, il fut complet. Il fut également le point de ralliement de nombreux groupement de fans (forums, fan-club). Incroyable la popularité que ce sont fait les Finlandais de Sonata Arctica, majoritairement chez les demoiselles et les jeunes fans, en seulement 4 albums studios. Ce soir, nous aurons donc une confrontation de deux générations, à savoir les fans de Sonata et ceux de Doro. Avantage cependant à ceux du combo finnois.

Pour ce qui est du concert : basse sur-puissante, chant inexistant, batterie tonitruante, set-list peu variée, interaction avec le public nulle, bref seul point positif : il n’y a pas eu de rappel. Je parle évidemment de la répétition de percussions et autres tambours brésiliens qui a duré … TOUT L’APRES-MIDI ( ! ). Au début, ça passe, c’est sympa, mais à la longue, justement, ça devient long. Ajoutez à cela une pluie incessante et vous avez le tableau de ce que fut l’attente la plus longue et la plus pénible de ma carrière de metalleux.
En patientant, on pourra apercevoir quelques têtes connues, présentes professionnellement parlant, telles que Jörg Michael (batteur de Stratovarius) tour-manager de Sonata pour cette tournée ou juste en tant que spectateur en la personne d’Olivier Lapauze (guitariste d’Heavenly). Sympa !

Une lueur de soleil fera une apparition de 18h00 à 18h30 et une petite heure plus tard, nous voilà dans la salle parisienne du Trabendo. Nous entrons rapidement dans le vif du sujet, car Altaria débutera son show alors qu’une bonne partie du public n’est toujours pas rentrée :s
L’ancien side-project de Emppu Vuorinen (Nightwish) et Jani Liimatainen (Sonata Arctica) s’en sort plutôt pas mal, il est vrai que le public est plutôt enthousiaste et bon-enfant (aux deux sens du terme), et que le metal proposé par les Finlandais n’est pas très éloigné de celui de leurs compatriotes et têtes d’affiche de cette tournée. Certes Altaria n’est pas du calibre de Sonata, même période Ecliptica, il n’en demeure pas moins que leur mid-tempo (par comparaison au speed) mélodique est plaisant à écouter, même s’il ne casse pas non plus des briques. Le chanteur assure ce qu’il faut (sauf peut-être dans certains aigüs), le bassiste également même s’il reste beaucoup en retrait, le batteur est vraiment énergique et fait plaisir à voir, le guitariste rythmique fait acte de présence, tandis que le soliste attire toute l’attention. En effet, à chaque solo, le bougre se fait acclamer comme j’ai rarement vu (en particulier pour une première partie et pour un groupe de cette « envergure »), ce qui me fait dire, que pour certain(es) fans, l’excitation de voir Sonata se fait grandissante. Un bon groupe de première partie, bien sympa et qui a une bonne carte à jouer sur cette tournée (tout comme Machine Men sur la précédente).

Set list Altaria (de tête et pas dans l’ordre) :
1. Showdown (The Fallen Empire)
2. Unicorn (Invitation)
3. Valley Of Rainbows (The Fallen Empire)
4. Prophet of Pestilence (Divinity)
5. Unchain The Rain (Divinity)
6. Frozen Hearts (The Fallen Empire)
7. Fire & Ice (Invitation)

L’excitation se fait certes grandissante, il faudra cependant patienter car Doro entre en scène. La Metal Queen était, sur certaines dates, en tête d’affiche mais pas en France et pas ce soir (elle le sera une semaine plus tard à la Loco). Après un excellent album intitulé Warrior Soul, la Belle se voit recevoir un accueil étonnement mitigé, mais cela rejoint ce que je disais en intro, à savoir que c’est surtout le public de Sonata qui a fait que ce concert soit sold-out. Peu importe, Miss Pesch en a certainement vu d’autres et nous offre un show époustouflant d’énergie et de générosité. Tous ses musiciens sont également en forme et cela va dans tous les sens. Mention spéciale à Nick Douglas (bassiste) qui n’aura pas arrêté de saluer le public et de faire le pitre. Johnny Dee aura également été étincelant derrière son kit, tandis que Joe Taylor et Oliver Patolai se seront livrer de beaux duels guitaristiques. Doro, elle, nous aura pris par les … euh … tripes, tantôt charmeuse tantôt hargneuse, bref une vraie metalleuse ;) Les compos du dernier opus sont taillées pour la scène et à vrai dire c’était dur d’en douter. Les grands moments de la prestation de l’Allemande seront les magnifiques interprétations de « You’re my family » véritable chanson d’amour pour ses fans, de « Burning the witches » et l’hymne « All we are » de la période Warlock, de la bonne reprise « Breaking the law » de Judas Priest, ainsi que de la sublime et émouvante « Above the ashes ».
Seul bémol de la soirée, les « Sonata ! Sonata ! » immédiats après la sortie de scène du groupe. Pas très fair-play surtout qu’il restait (il me semble) encore deux morceaux à jouer. Assez choquant tout de même de priver une telle dame du heavy metal de son rappel. Bref passons…

Set list Doro :
1. I rule the ruins (Triumph and Agony)
2. You’re my family (Warrior Soul)
3. Always live to win (Fight)
4. Haunted heart (Warrior Soul)
5. Burning the witches (Burning The Witches)
6. True as steel (True As Steel)
7. Above the ashes (Warrior Soul)
8. Hellbound (Hellbound)
9. Stranger yesterday (Warrior Soul)
10. Breaking the law (cover Judas Priest)
11. Fight (Fight)
12. All we are (Triumph And Agony)

Après une attente interminable pour beaucoup de fans de Sonata Arctica, leurs idoles apparaissent enfin sur scène. Et c’est partie pour un best-of live de haute tenue. La set-list est quasiment parfaite, quasiment car on trouvera toujours à redire de toute façon (justement, j’aurai bien vu un « The end of this chapter » à la place de « Broken » que je trouve ennuyeuse en live ou « San Sebastian » qui fait un peu doublon avec l’excellente « Victoria’s secret ») et le concert va passer à une allure folle. Scéniquement, rien de bien folichon ou nouveau à se mettre sous la dent, hormis peut-être les « faux retours », tels des blocs de glace avec des spots à l’intérieur (ps : je ne suis pas sûr à 100%), des backdrops très hivernaux et … euh … canins :P
Juste dommage que le groupe n’ait pas donné la même prestation qu’en 2005 alors que la set-list de ce soir était vraiment excellente, avec entre autres, les retours de « Fullmoon », « Kingdom for a heart », « Tallulah » et « Wolf & raven », oui rien que ça ! Bien sûr pas tout le groupe n’est responsable, mais la nonchalance de Marko (basse) et Henrik (clavier) commence vraiment à jouer en leur défaveur et également celle du groupe. Je conçois que Marko ne soit pas un foudre de guerre et que sa timidité fasse partie de son charme, mais il faudrait quand même que le jeune homme arrive au moins à montrer qu’il est content d’être là. Ca en deviendrait presque insultant pour les fans qui le congratulent et l’acclament pour obtenir un médiator. Pour ce qui est d’Henrik, je pense qu’il était dans un mauvais soir (à moins qu’il n’était bourré, hypothèse à ne jamais négliger avec ce joyeux luron :P) et que le peu d’espace sur scène l’a quelque peu incommodé. Concernant les trois autres, rien à redire. Tommy parfait derrière ses fûts et de plus en plus entertainer, Jani toujours aussi virtuose et de plus en plus … euh … « costaud » (un vrai hamster !), tandis que Tony aura été le Monsieur de la soirée. En grande forme vocalement parlant (pléonasme involontaire) et qui sait se mettre le public dans sa poche avec ses speeches entre les chansons. Quels progrès !
Un très bon show de Sonata au final avec une super ambiance et, je le répète, une très bonne set-list. Je me demande maintenant qu’attendre de plus de ce groupe en live ? Je miserai sur un ou deux sourires de Marko, un Henrik sobre (ou alors à moitié), un Jani avec cinq kilos en moins, un Tommy avec des cheveux sales (les siens sont trop propres pour être vrais :P), un Tony comme ce soir et de nouvelles blagues, tel que l’allusion à King Kong pour annoncer « Kingdom for a heart », n’importenawak :)
En tout cas, chapeau bas à ce jeune groupe qui a gravi les échelons à force de travail, d’albums de qualité et de lives souvent carrés. L’enchaînement « My land » / « Black sheep » fonctionne à merveille, le medley est nickel, le passage de « Letter to Dana » dans « Kingdom for a heart » est sympa, le « we're not Iron Maiden, we're not from England ; we are Sonata, we come from Finland » en intro de « Black sheep » est excellent et la joyeuse « Vodka song » en outro sont presques déjà devenus des « habitudes ».
Bref, la fan-base du groupe n’est pas non plus là par hasard.

Set list Sonata Arctica :
1. Intro
2. Misplaced Man (Reckoning Night)
3. Blinded no more (Reckoning Night)
4. Fullmoon (Ecliptica)
5. Victoria’s Secret (Winterheart’s Guild)
6. Kingdom for a heart (Ecliptica)
7. Broken (Winterheart’s Guild)
8. 8th commandment (Ecliptica)
9. San Sebastian (Silence)
10. Tallulah (Silence)
11. My land (Ecliptica)
12. Black Sheep (Silence)
13. Blank file / Wolf & raven (Ecliptica / Silence)
14. Medley (The Power of One, Detruction Preventer, Picturing the Past, Power of One, Revontulet, Peacemaker, False News Travel Fast, Land of the Free, The Ruins of My Life, White Pearl Black Oceans)
15. Don’t say a word (Reckoning Night)
16. The cage (Winterheart’s Guild)
17. Vodka song
 
Critique :
Date : 2006-05-24 03:00:15
Vues : 979 fois