Chronique

ANGRA – TEMPLE OF SHADOWS / JVC 2004

Il était un petit navire, il était un petit navire, qui n’AVE ja ja jamais navigué…. Enfin je suppose que tout le monde connais la chanson. Dans ce cas là, il s’agit plutôt d’un navire de belle envergure et qui a beaucoup navigué. Et oui, dix ans d’existence pour Angra , avec de magnifiques albums, des tournées du feu de dieu, un split, un « Rebirth » bien bon mais qui a servi de starter. La machine bien huilée, avec le live et le DVD et voilà que nos brésiliens nous pondent un « Temple Of Shadows » incroyablement bon. L’attente à était longue (deux grosses années, mais bien grosses), mais ne vous en faites pas, le résultat est là. Loin de nous la période « Fireworks » et retour dans l’esprit du très bon « Holy Land », voire mieux. Le must : des invités de folie avec Sir Kai Hansen (Gamma Ray) & Sir Hansi Kursch (Blind Guardian) et Dame Sabine Edeslbacher (Edenbridge). Rien que ça !!

Les présentations sont finies. Passons aux hostilités sur cet album de 13 titres. On attaque avec la classique intro qui ici se nomme « Deus Le Volt ! » , atmosphere un poil sombre, piano pour déboucher sur une des bombes de l’album « Sprend your fire » . Du bon power speed comme on l’aime. Mais qu’entends je ? Andre Matos au chant ? Non, c’est bien notre Edu qui se régale et qui excelle. Ca commence très bien, la rythmique à 200 à l’heure, la voix agressive, Kiko & Rafael sont au top, tout comme Aquiles ou Felipe. Les chœurs sont fait par Sabine Edelsbacher , ce qui embellit cette chanson. Le tout suivi d’un solo à la gratte… imaginez… ces doigts touchant les cordes de cet instrument. Glorious !
On repart headbanguant, la tête qui tiens encore sur nos épaules avec un « Angels and Demons » où le chant est encore parfait, bien mieux que sur le « Rebirth ». Un petit poussage de cri et hop ça repart, le son est propre et puissant, les solos bien speed et hallucinant (ya pas d’autres mots). Que dire si ce n’est du grand Angra. Le fond synthé rend ce titre excellent, une belle victoire.
« Whising Well » arrive calmement, avec une mélodie bien entraînante, un refrain superbe appuyé par des chœurs, un morceaux doux et reposant. Pour emballer une fille, le tempo s’y prête bien. Encore un solo guitare qui pointe le bout de son nez sans que l’on se plaigne. Un morceau à écouter les yeux fermés pour l’apprécier encore plus.
On revient dans un registre plus heavy avec « Waiting Silence » , où une batterie chevaleresque se présente, suivie du chant puis d’un break. Angra remet les pendules à zéro avec un couplet et un refrain d’enfer. Fini les rabat-joie, on part à la chasse avec un « Shadow Hunter » , guitare sèche et castagnettes en main, le tout sur un air portugais, aux quels viennent se greffer guitares électro, basse et batterie. Chant posé, chœurs, tout est là pour penser aux fantômes. Edu revient dans un registre un peu plus aigu et moins agressif que sur les précédentes chansons, ce qui est fort appréciable. Un très bon chant, sur ce refrain à l’esprit joyeux. Edu pousse sa voix dans les hautes sphères et on repart dans une ambiance joyeuse de ce morceau très portugais.
« No Pain For The Dead » arrive avec un passage acoustique entraînant, avec une voix calme et de toute beauté pour déboucher sur un air plus puissant, plus lourd, plus agressif, qui se voit alterner avec un passage symphonique et apaisant avec les violons et la magnifique voix de Sabine Edelsbacher et on rebondit dans un registre plus agressif avec un duo Edu/sabine. Que dire ?
Voilà LE titre de l’album « Temple Of Hate » . Morceau de power speed bien couillu avec une gratte d’enfer. La bombe. Préparez vous car ce morceau fait très mal, et sur scène….imaginez Kai et Edu en duo en live, cela va être le méga pogo dans la fosse. Le must ? Et bien c’est Kai Hansen qui le rajoute. Sa superbe voix, fait de ce morceau un hit mélangeant bien le Angra au Gamma Ray. Les deux chanteurs vous donnent la chaire de poule, on en a la chaire de poule. Le solo de Kiko est extra, le passage symphonique aussi. Décidément ce Kai est vraiment bon.
« Winds Of Destination » nous fait du rentre dedans, une belle claque dans notre gueule avec cette rythmique agressive et directe tout en restant mélodieuse. Le tout appuyé par la voix de Hansi Kursch . Que d’émotions, décidément, Angra veut nous faire avoir une crise cardiaque. Ce morceau speed est de toute beauté, un petit break pour un passage piano calme et apaisant pour reprendre sur un tempo plus heavy et plus speed.
« Sprouts Of Time » et ses maracas, une petite île et ça serait le top. En effet, nous avons droit à n titre dans la lignée d’un grand « Carolyna IV ». Un titre bien joyeux, et entraînant. Un petit passage à la guitare sèche et hop on repart sur un mid tempo. On enchaîne avec « Morning Star » qui nous aborde avec des tam-tams et une rythmique plutôt calme pour débouler sur un rythme heavy avec solos guitare à la clef. Un morceau sympa, mais pas aussi attrayant que les autres.
Nous voici sur l’avant dernier titre de l’album « Late Redemption » qui se pointe timidement, un début de ballade, avec des chœurs, et l’apparition d’un autre invité : un chanteur brésilien, pour un chant en portugais. Un bon morceau mélodique, avec une montée en puissance qui embelli ce titre. Le dernier titre « Gate XIII » n’est autre qu’un outro de cinq minutes. Un instrumentale complétant la courte intro. Le tout avec des passages symphoniques et mélodieux à souhaits.

Une belle conclusion pour un superbe album. Le grand Angra est de retour. Accrochez vous ça va faire très mal. Un opus à ne pas louper surtout que celui ci sera disponible en France avec en bonus le DVD « Live In Sao Paulo » de la tournée Rebirh. Oui oui, vous avez bien lu. Alors préparez vous, car la tournée début 2005 va être hallucinante.
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel d'Angra
Vues : 5004 fois