Chronique

DOPE - NO REGRETS / Koch Records 2009

Mesdames et messieurs, bien le bonjour. Une fois n’est pas coutume mais nous voila partis au pays des mâcheurs de chewing-gum et autres buveurs de Bud. On va taper dans le métal indus et le groupe s’appelle DOPE. A la base, je ne connaissais pas mais, en allant glaner des infos, je cerne un peu mieux le groupe. Fondé en 1997, ils en sont à leur cinquième opus. On ne joue pas la carte de la nouveauté mais plutôt celle de la maturité. A découvrir dans l’instant.

Une intro instrumentale des plus joyeuses avec des soupirs et un électrocardiogramme qui s’affole, ca met la patate !!! Et la, on rentre dans le steak avec un 6-6-SICK lourd, puissant. J’admets que le côté indus, je le sens pas trop la, c’est du thrash patator. Encore un accordage 12 octaves plus bas. Une batterie qui ne donne pas dans le sentiment, des riffs vraiment lourds. Des interventions guitaristiques utiles. Ca sent bon l’album qui va envoyer les pieds.
Le tube de l’album ADDICTION. On sent un peu plus le côté indus mais un choc thermique se produit. Les harmoniques du riff d’intro et les vibratos de la gratte font fortement penser à ….. mais ca peut pas être lui. ET BIEN SI MESSIEURS, DAMES : ZAKK WYLDE EN PERSONNE. Guest Star le plus gros golgoth de l’histoire de la gratte avec son attaque énorme ce son surpuissant, son vibrato à dévisser le manche. LE ZAKK. Autant dire que si le protégé d’OZZY vient poser sa patte sur l’album, c’est que, pour ne pas connaître le groupe, fallait vraiment être une quiche. JE suis une quiche. Pardon.
Le titre éponyme de l’album NO REGRETS. Un tantinet trop homogène mais efficace un pur morceau de thrash, des cris bien posés, des mélodies judicieusement exploitées sur les ponts. C’est très bien composé, les morceaux sont bien articulés. Ce chant rageur fait vraiment bien son travail.
MY FUNERAL, c’est mon coup de cœur. Ca part tout pepère, des couplets tranquilou bilou mais un refrain chantant au possible, super accrocheur. LE TUBE. Vous comprendrez quand vous l’écouterez, vous chanterez le refrain dans votre bagnole en rentrant du taff. Certes, ça sonne néo métal mais il faut vivre avec son temps, hein !!! L’ambiance de ce morceau colle au titre comme une chaussette à un pied. Ca me file un petit frisson, tiens. Même le solo va dans ce sens. Chapeau bas, les gars, chanson du mois !
Retour sur terre, WE ARE. Thrash is not dead. Je ne cerne toujours pas très bien le côté indus. Pour moi, c’est du gros thrash qui balance des watts et ca me plait beaucoup. DIRTY WORLD suit la lancée. Gros accords, riffs thrashy, la voix qui grogne qui va bien et un morceau une fois de plus très accrocheur. Gros travail sur les ambiances, du très bon boulot. INTERLUDE qui porte bien son nom et vlam, VIOLENCE dans la tronche. Lui aussi, nom très bien porté. Ca dépote. Plus l’album passe et plus je découvre ce groupe que j’ignorais et qui déchire vraiment. ZAKK s’y est pas trompé, y’a des watts. Autre constat, avec eux, on s’emmerde pas à faire des morceaux à rallonge. 3min et des brouettes par morceau. Pas de fioriture mais ca n’en est que plus efficace.
BEST FOR ME, deuxième coup de cœur de l’album. Et petit clin d’œil, sur les refrains, j’ai cru entendre LINKIN’ PARK (c’est un compliment). Excellent morceau, hyper accrocheur et vraiment entrainant. 19.5 / 20.
SCORN revient dans la ligne plus conventionnelle de l’album mais reste toujours en mode patator.
Dernier morceau, REBEL YELL. Ca me parle ça. Ca commence, tiens, ca me parle vraiment. Spécial dédicace à Monsieur BILLY IDOL. Font pas dans la dentelle, les ostrogoths venus du pays à la bannière étoilée.
J’abrège sur les titres de la fin en précisant tout de même que c’est tout de la même trempe. Du thrash, des refrains qui envoient le bois. I DON’T GIVE A ……, DIE BOOM BANG BURN F**K et NOTHING FOR ME. Trois morceaux qui naviguent entre thrash, néo metal, heavy, un régal.

Conclusion. EXCELLENT ALBUM. Surprise du mois en ce qui me concerne. Ca tourne en boucle sur l’ordi. Merci à eux de l’effet de surprise avec Maître ZAKK. Merci pour l’hommage au surdéjanté BILLY IDOL. Et merci surtout pour leur prestation, leur composition, l’interprétation, les idées, la qualité de leur album. Un grand merci pour tout et vivement le prochain.


 
Critique : Burno
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 5046 fois